(JOCE n° L 3111 du 5 février 1976)


Texte abrogé avec effet au 31 décembre 2014 par l'article 17.1 de la Directive n° 2006/7/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 février 2006 (JOUE n° L 64 du 4 mars 2006).

Vus

Le Conseil des Communautés européennes,

Vu le traité instituant la Communauté économique européenne, et notamment ses articles 100 et 235,

Vu la proposition de la Commission,

Vu l'avis de l'Assemblée,

Vu l'avis du Comité économique et social,

Considérants

Considérant que la protection de l'environnement et de la santé publique rend nécessaires la réduction de la pollution des eaux de baignade et la protection de celles-ci à l'égard d'une dégradation ultérieure;

Considérant qu'un contrôle des eaux de baignade est nécessaire à la réalisation, dans le fonctionnement du marché commun, des objectifs de la Communauté dans les domaines de l'amélioration des conditions de vie, d'un développement harmonieux des activités économiques dans l'ensemble de la Communauté et d'une expansion continue et équilibrée;

Considérant qu'il existe dans ce domaine certaines dispositions législatives, réglementaires ou administratives des Etats membres qui ont une incidence directe sur le fonctionnement du marché commun, mais que tous les pouvoirs d'action requis en la matière n'ont pas été prévus par le traité ; Considérant que le programme d'action des Communautés européennes en matière d'environnement prévoit d'établir en commun des objectifs de qualité fixant les différentes exigences auxquelles un milieu doit satisfaire et notamment la définition des paramètres valables pour l'eau y compris l'eau de baignade;

Considérant que, afin d'atteindre ces objectifs de qualité, les Etats membres devront fixer des valeurs limites correspondant à certains paramètres ; que les eaux de baignade devront être rendues conformes à ces valeurs dans un délai de dix ans après la notification de la présente directive;

Considérant qu'il y a lieu de prévoir que les eaux de baignade seront, à certaines conditions, réputées conformes aux valeurs des paramètres qui s'y rapportent, même si un certain pourcentage d'échantillons, prélevés pendant la saison balnéaire, ne respectent pas les limites spécifiées à l'annexe;

Considérant que, afin d'atteindre une certaine souplesse dans l'application de la présente directive, les Etats membres devront avoir la possibilité de prévoir des dérogations ; que ces dérogations ne pourront néanmoins faire abstraction des impératifs de la protection de la santé publique;

Considérant que le progrès de la technique nécessite une adaptation rapide des prescriptions techniques définies à l'annexe ; qu'il convient, pour faciliter la mise en œuvre des mesures nécessaires à cet effet, de prévoir une procédure instaurant une coopération étroite entre les Etats membres et la Commission au sein d'un comité pour l'adaptation au progrès technique;

Considérant que l'opinion publique manifeste un intérêt croissant pour les questions relatives à l'environnement et à l'amélioration de sa qualité ; qu'il convient donc de l'informer de manière objective sur la qualité des eaux de baignade;

A arrêté la présente directive

Article 1er de la directive du 8 décembre 1975

1. La présente directive concerne la qualité des eaux de baignade à l'exception des eaux destinées aux usages thérapeutiques et des eaux de piscine.

2. Au sens de la présente directive, on entend par :

a) "eaux de baignade" les eaux ou parties de celles-ci, douces, courantes ou stagnantes, ainsi que l'eau de mer, dans lesquelles la baignade : - est expressément autorisée par les autorités compétentes de chaque Etat membre ou - n'est pas interdite et habituellement pratiquée par un nombre important de baigneurs;

b) "zone de baignade" l'endroit où se trouvent des eaux de baignade;

c) "saison balnéaire" la période pendant laquelle une affluence importante de baigneurs peut être envisagée, compte tenu des usages locaux, y compris les éventuelles dispositions locales concernant la pratique de la baignade, ainsi que des conditions météorologiques.

Article 2 de la directive du 8 décembre 1975

Les paramètres physico-chimiques et microbiologiques applicables aux eaux de baignade figurent à l'annexe, qui fait partie intégrante de la présente directive.

Article 3 de la directive du 8 décembre 1975

1. Les Etats membres fixent, pour toutes les zones de baignade, ou pour chacune d'elles, les valeurs applicables aux eaux de baignade en ce qui concerne les paramètres indiqués à l'annexe. En ce qui concerne les paramètres pour lesquels aucune valeur ne figure à l'annexe, les Etats membres peuvent ne pas fixer de valeurs en application du premier alinéa tant que les chiffres n'ont pas été déterminés.

2. Les valeurs fixées en vertu du paragraphe 1 ne peuvent pas être moins sévères que celles indiquées dans la colonne 1 de l'annexe.

3. Lorsque des valeurs apparaissent dans la colonne G de l'annexe, avec ou sans valeur correspondante dans la colonne 1 de la même annexe, les Etats membres s'efforcent de les respecter en tant que guides, sous réserve de l'article 7.

Article 4 de la directive du 8 décembre 1975

1. Les Etats membres prennent les dispositions nécessaires pour que la qualité des eaux de baignade soit rendue conforme aux valeurs limites fixées en vertu de l'article 3 dans un délai de dix ans après la notification de la présente directive.

2. Les Etats membres veillent que, dans les zones de baignade qui seront créées par les autorités compétentes des Etats membres après la notification de la présente directive et qui seront spécialement aménagées en vue de la baignade, les valeurs prévues à l'annexe soient respectées dès l'ouverture de la baignade. Toutefois, pour les zones de baignade créées dans les deux ans qui suivent ladite notification, ces valeurs ne pourront être respectées qu'à la fin de cette période.

3. Dans des cas exceptionnels, les Etats membres peuvent accorder des dérogations en ce qui concerne le délai de dix ans prévu au paragraphe 1. Les justifications d'une telle dérogation, fondées sur un plan de gestion des eaux à l'intérieur de la zone intéressée, doivent être notifiées à la Commission dans les délais les plus brefs et au plus tard dans un délai de six ans après la notification de la présente directive. La Commission procédera à un examen approfondi de ces justifications et, le cas échéant, elle présentera au Conseil à leur sujet des propositions appropriées.

4. En ce qui concerne l'eau de mer au voisinage des frontières et les eaux franchissant les frontières affectant la qualité des eaux de baignade d'un autre Etat membre, les conséquences à tirer des objectifs de qualité communs, pour les zones de baignade, seront déterminées de manière concertée par les Etats riverains. La Commission peut participer à cette concertation.

Article 5 de la directive du 8 décembre 1975

1. Pour l'application de l'article 4, les eaux de baignade sont réputées conformes aux paramètres qui s'y rapportent :

si des échantillons de ces eaux, prélevés selon la fréquence prévue à l'annexe en un même lieu de prélèvement, montrent qu'elles sont conformes aux valeurs des paramètres concernant la qualité de l'eau en question pour:

  • 95 % des échantillons dans le cas des paramètres conformes à ceux spécifiés dans la colonne 1 de l'annexe,
  • 90 % des échantillons dans les autres cas, sauf pour les paramètres coliformes totaux et coliformes fécaux où le pourcentage des échantillons peut être de 80 %,

et si, pour les 5 %, 10 % ou 20 % des échantillons qui, selon le cas, ne sont pas conformes :

  • l'eau ne s'écarte pas de plus de 50 % de la valeur des paramètres en question, exception faite pour les paramètres microbiologiques, le pH et l'oxygène dissous,
  • les échantillons consécutifs d'eau prélevés à une fréquence statistiquement appropriée ne s'écartent pas des valeurs des paramètres qui s'y rapportent.

2. Les dépassements des valeurs visées à l'article 3 ne sont pas pris en considération dans le décompte des pourcentages prévus au paragraphe 1 lorsqu'ils sont la conséquence d'inondations, de catastrophes naturelles ou de conditions météorologiques exceptionnelles.

Article 6 de la directive du 8 décembre 1975

1. Les autorités compétentes des Etats membres effectuent les échantillonnages dont la fréquence minimale est fixée à l'annexe.

2. Les échantillons sont prélevés dans les endroits où la densité moyenne journalière des baigneurs est la plus élevée. Ils sont prélevés de préférence à 30 centimètres sous la surface de l'eau, à l'exception des échantillons d'huiles minérales qui sont prélevés à la surface ; le prélèvement des échantillons doit commencer quinze jours avant le début de la saison balnéaire.

3. L'examen local des conditions prévalant en amont dans le cas des eaux douces courantes et des conditions environnantes dans le cas des eaux douces stagnantes et de l'eau de mer doit être effectué minutieusement et répété périodiquement en vue de déterminer les données géographiques et topographiques, le volume et le caractère de tous les rejets polluants et potentiellement polluants ainsi que leurs effets en fonction de la distance par rapport à la zone de baignade.

4. Si l'inspection effectuée par une autorité compétente ou le prélèvement et l'analyse d'échantillons révèlent l'existence ou la probabilité de rejets de substances susceptibles d'abaisser la qualité de l'eau de baignade, il conviendra d'effectuer des prélèvements supplémentaires. Des prélèvements supplémentaires doivent également être effectués si l'on a toute autre raison de soupçonner une diminution de la qualité de l'eau.

5. Les méthodes d'analyse de référence pour les paramètres considérés sont indiquées à l'annexe. Les laboratoires qui utilisent d'autres méthodes doivent s'assurer que les résultats obtenus sont équivalents ou comparables à ceux indiqués dans l'annexe.

Article 7 de la directive du 8 décembre 1975

1. L'application des dispositions prises en vertu de la présente directive ne peut en aucun cas avoir pour effet de permettre d'accroître directement ou indirectement la dégradation de la qualité actuelle des eaux de baignade.

2. Les Etats membres sont libres à tout moment de déterminer, pour les eaux de baignade, des valeurs plus sévères que celles prévues par la présente directive.

Article 8 de la directive du 8 décembre 1975

Des dérogations à la présente directive sont prévues :

a) pour certains paramètres marqués (O) dans l'annexe en raison de circonstances météorologiques ou géographiques exceptionnelles;

b) lorsque les eaux de baignade subissent un enrichissement naturel en certaines substances qui provoque un dépassement des limites fixées à l'annexe.

On entend par enrichissement naturel le processus par lequel une masse d'eau déterminée reçoit du sol certaines substances contenues dans celui-ci, sans intervention de la part de l'homme.

En aucun cas, les dérogations prévues au présent article ne peuvent faire abstraction des impératifs de la protection de la santé publique.

Lorsqu'un Etat membre a recours à une dérogation, il en informe immédiatement la Commission, en précisant les motifs et les délais.

Article 9 de la directive du 8 décembre 1975

Les modifications nécessaires pour adapter la présente directive au progrès technique se rapportent :

  • aux méthodes d'analyse,
  • aux valeurs paramétriques G et 1 figurant à l'annexe.

Elles sont arrêtées conformément à la procédure prévue à l'article 11.

Article 10 de la directive du 8 décembre 1975

1. Il est institué un comité pour l'adaptation au progrès technique, ci-après dénommé "comité", qui est composé de représentants des Etats membres et présidé par un représentant de la Commission.

2. Le comité établit son règlement intérieur.

Article 11 de la directive du 8 décembre 1975

1. Dans le cas où il est fait référence à la procédure définie au présent article, le comité est saisi par son président, soit à l'initiative de celui-ci, soit à la demande du représentant d'un Etat membre.

2. Le représentant de la Commission soumet au comité un projet de mesures à prendre. Le comité émet son avis sur ce projet dans un délai que le président peut fixer en fonction de l'urgence de la question en cause. Il se prononce à la majorité de quarante et une voix, les voix des Etats membres étant affectées de la pondération prévue à l'article 148, paragraphe 2, du traité. Le président ne prend pas part au vote.

a) La Commission arrête les mesures envisagées lorsqu'elles sont conformes à l'avis du comité;

b) lorsque les mesures envisagées ne sont pas conformes à l'avis du comité, ou en l'absence d'avis, la Commission soumet sans tarder au Conseil une proposition relative aux mesures à prendre. Le Conseil statue à la majorité qualifiée ;

c) si, à l'expiration d'un délai de trois mois à compter de la saisine du Conseil, celui-ci n'a pas statué, les mesures proposées sont arrêtées par la Commission.

Article 12 de la directive du 8 décembre 1975

1. Les Etats membres mettent en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à la présente directive dans un délai de deux ans à compter de sa notification. Ils en informent immédiatement la Commission.

2. Les Etats membres communiquent à la Commission le texte des dispositions essentielles de droit interne qu'ils adoptent dans le domaine régi par la présente directive.

Article 13 de la directive du 8 décembre 1975

Les Etats membres communiquent à la Commission régulièrement et pour la première fois quatre ans après la notification de la présente directive un rapport de synthèse sur les eaux de baignade et leurs caractéristiques les plus significatives.

La Commission publie, avec l'accord préalable de l'Etat membre concerné, les informations obtenues en la matière.

Article 14 de la directive du 8 décembre 1975

Les Etats membres sont destinataires de la présente directive.

Annexe : Qualité requise des eaux de baignade


 
Paramètres
 
G
 
I
 
Fréquence d'échantillonnage minimale Méthode d'analyse ou d'inspection
 
1





 
Microbiologiques:

Coliformes totaux /100ml

 

500

 
10 000

 
bimensuelle (1)

 
Fermentation en tubes multiples. Repiquage des tubes positifs sur milieu de confirmation

Dénombrement selon NPP (nombre le plus probable)
 

2











 
Coliformes fécaux /100ml











 
100











 
2 000











 
bimensuelle (1)











 
ou filtration sur membrane et culture sur milieu approprié tel que gélose lactosé au tergitol, gélose d'endo, bouillon au teepol 0,4 %, repiquage et identification des colonies suspectes

Pour les points 1 et 2, température d' incubation variable, selon que l'on recherche les coliformes totaux ou les coliformes fécaux

3




 
Streptocoques fécaux /100ml




 
100




 




 
(2)




 
Méthode de Litsky

Dénombrement selon NPP (nombre le plus probable)

ou filtration sur membrane. Culture sur un milieu approprié

4



 
Salmonelles /11




 




 
0



 
(2)



 
Concentration par filtration sur membrane.

Inoculation sur milieu type. Enrichissement, repiquage sur gélose d'isolement, identification

5

 
Enterovirus PFU/10 1

 

 
0

 
(2)

 
Concentration par filtration par floculation ou par centrifugation et confirmation
6 Physico-chimiques: pH   6-9 (0) (2) Électrométrie avec calibration aux pH 7 et 9
7



 
Coloration



 




 
Pas de changement anormal de la couleur (0)
 
bimensuelle (1)

(2)

Inspection visuelle

ou photométrie aux étalons de l'échelle Pr.Co

8






 
Huiles minérales mg/l






 
< 0,3

 
Pas de film visible à la surface de l'eau et absence d'odeur


 
bimensuelle (1)

(2)

 

Inspection visuelle et olfactive

ou

extraction sur un volume suffisant et pesée du résidu sec

 

9




 
Substances tensio- actives réagissant au bleu de méthylène

mg/l (Iauryl-sulfate)

 

< 0,3
 
Pas de mousse persistante



 
bimensuelle (1)

(2)
 

Inspection visuelle

ou

spectrophotométrie d'absorption au bleu de méthylène

10






 
Phénols mg/l

(indices phénols) C6H5OH





 

< 0,005


 
Aucune odeur spécifique

< 0,05


 

bimensuelle (1)

(2)


 

Vérification de l'absence d'odeur spécifique due au phénol

ou

spectrophotométrie d'absorption. Méthode à la 4-arninoantipyrine (4-A.A.P.)

11 Transparence m 2 1 (0) bimensuelle (1) Disque de Secchi
12
 
Oxygène dissous

% saturation O2

80-120
 

 
(2)
 
Méthode de Winkler ou méthode électrométrique (oxygène-mètre)
13




 
Résidus goudronneux et matières flottantes telles que bois, plastiques, bouteilles, récipients en verre, en plastique, en caoutchouc et en toute autre matière

Débris ou éclats

absence




 





 
bimensuelle (1)




 
Inspection visuelle





 
14

 
Ammoniaque mg/l NH4

 


 


 
(3)

 
Spectrophotométrie d'absorption, réactif de Nesseler, ou méthode au bleu indophénol
15 Azote Kjeldahl mg/l N     (3) Méthode de Kjeldahl
16



 
Autres substances considérées comme indices de pollution :

Pesticides mg/l

(parathion, HCH,

dieldrine)





 




 
(2)

 
Extraction par solvants appropriés et détermination chromatographique
17



 
Métaux lourds tels que:

Arsenic mg/l As

Cadmium Cd

Chrome VI Cr VI

Plomb I Pb

Mercure Hg





 




 
(2)

 
Absorption atomique éventuellement précédée d'une extraction
 
18
 
Cyanures mg/l Cn
 

 

 
(2)
 
Spectrophotométrie d'absorption à l'aide de réactif spécifique
19
 
Nitrates et mg/l NO3

phosphates PO4


 

 
(3)
 
Spectrophotométrie d'absorption à l'aide d'un réactif spécifique
G = guide
I = impérative
(0) Dépassement des limites prévues en cas de conditions géographiques ou météorologiques exceptionnelles
(1) Lorsqu'un échantillonnage effectué au cours des années précédentes a donné des résultats sensiblement plus favorable que
ceux prévus à la présente annexe et lorsqu'aucune condition susceptible d'avoir diminué la qualité des eaux n'est intervenue, la fréquence d'échantillonnage peut être réduite d'un facteur 2 par les autorités compétentes.
(2) Teneur à vérifier par les autorités compétentes lorsqu'une enquête effectuée dans la zone de baignade en révèle la présence possible ou une détérioration de la qualité des eaux.
(3) Ces paramètres doivent être vérifiés par les autorités compétentes lorsqu'il y a tendance à l'eutrophisation des eaux.

 

A propos du document

Type
Directive
État
abrogé
Date de signature
Date de publication

Documents liés