(JOUE n° L 275 du 28 octobre 2019)

Vus

La Commission européenne,

Vu le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, et notamment son article 292,

Considérants

Considérant ce qui suit :

(1) L’Union s’est engagée à instaurer un système énergétique durable, concurrentiel, sûr et décarboné. La stratégie de l’union de l’énergie a fixé des objectifs ambitieux pour l’Union. Elle vise notamment à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % supplémentaires à l’horizon 2030 par rapport aux niveaux de 1990, à porter l’utilisation des énergies renouvelables à au moins 32 % et à réaliser des économies d’énergie ambitieuses en améliorant la sécurité énergétique, la compétitivité et la durabilité. La directive 2012/27/UE du Parlement européen et du Conseil (1) [la « directive sur l’efficacité énergétique » (DEE »], telle que modifiée par la directive (UE) 2018/2002 (2), fixe un objectif principal consistant à améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 32,5 % au niveau de l’Union d’ici à 2030.

(2) La modération de la demande d’énergie constitue l’une des cinq dimensions de la stratégie de l’union de l’énergie, telle que prévue dans la communication de la Commission du 25 février 2015 intitulée « Cadre stratégique pour une Union de l’énergie résiliente, dotée d’une politique clairvoyante en matière de changement climatique ». La réalisation par l’Union européenne de ses objectifs en matière d’énergie et de climat dépend de la priorité accordée à l’efficacité énergétique, de l’application du principe de primauté de l’efficacité énergétique et de la prise en compte du déploiement des énergies renouvelables.

(3) La communication relative à une vision stratégique européenne à long terme pour une économie prospère, moderne, compétitive et neutre pour le climat (3) souligne que les mesures d’efficacité énergétique devraient jouer un rôle central pour parvenir à une économie neutre pour le climat à l’horizon 2050. Le règlement (UE) 2018/1999 du Parlement européen et du Conseil (4) (le « règlement sur la gouvernance ») impose aux États membres de respecter le principe de primauté de l’efficacité énergétique

(4) Dans son analyse d’impact de la DEE (5) modifiée, la Commission a estimé que la mise en œuvre de l’article 7 de la DEE permettrait de réaliser plus de la moitié des économies d’énergie que les États membres devraient réaliser au titre de cette directive.

(5) La DEE telle que modifiée a une incidence à la fois sur la période actuelle (2014-2020) et (principalement) sur les périodes d’obligation à venir (2021-2030 et au-delà). Les États membres devraient bénéficier d’un soutien pour mettre en œuvre les nouvelles exigences (pertinentes pour les deux périodes d’obligation), mettre en œuvre différemment les exigences existantes (pertinentes pour les deux périodes d’obligation) et déterminer les exigences qui ont été clarifiées sans toutefois être modifiées.

(6) La DEE telle que modifiée étend l’obligation en matière d’économies d’énergie à la période courant du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2030 et au-delà (sous réserve d’un réexamen par la Commission). Pour chaque année de la période d’obligation 2021-2030 et au-delà, les États membres doivent réaliser des économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale équivalentes à de nouvelles économies de 0,8 % de la consommation finale d’énergie au cours de la période et au-delà. À titre exceptionnel, Chypre et Malte sont tenues d’atteindre un objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale correspondant à de nouvelles économies de 0,24 % de la consommation d’énergie finale au cours de la période et au-delà.

(7) La DEE telle que modifiée fournit également des éclaircissements sur le calcul du volume des économies d’énergie. Les modifications précisent que les mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique et les mesures alternatives de politique publique sont sur un pied d’égalité et qu’il est possible de les combiner. Les États membres disposent d’une marge d’appréciation en ce qui concerne la désignation des parties obligées et l’accréditation des volumes des économies d’énergie que chaque partie est tenue de réaliser. La DEE telle que modifiée laisse aux États membres la possibilité de choisir, parmi différents types de mécanismes, celui qui convient le mieux à leur situation et à leurs conditions particulières.

(8) Pour que les États membres s’acquittent de leur obligation en matière d’économies d’énergie, il est important de sensibiliser le public et de fournir des informations fiables sur les avantages de l’efficacité énergétique. Cela peut se faire au moyen de programmes de formation ou d’éducation.

(9) Les modifications autorisent explicitement les États membres à prendre des mesures ciblant des secteurs particuliers, par exemple les bâtiments ou le secteur de l’eau.

(10) Une gestion efficace de l’eau peut contribuer de manière significative aux économies d’énergie et les États membres devraient explorer le potentiel de nouvelles mesures dans ce domaine. Ils sont également incités à élaborer des politiques qui visent simultanément d’autres objectifs liés à la protection de l’environnement et des ressources naturelles.

(11) Afin d’intensifier les efforts visant à réduire la précarité énergétique, les États membres devraient mettre en œuvre en priorité certaines mesures d’efficacité énergétique parmi les ménages vulnérables et définir des critères concernant la manière dont ils lutteront contre la précarité énergétique.

(12) La DEE telle que modifiée comporte des exigences plus claires en ce qui concerne la durée de vie des mesures. Pour le calcul du volume des économies d’énergie, les États membres devraient tenir compte de la durée pendant laquelle une mesure continuera à générer des économies, mais aussi de la possibilité qu’elle en génère moins avec le temps.

(13) La DEE modifiée précise que, lors du calcul des économies d’énergie, les États membres ne devraient pas tenir compte des mesures qu’ils auraient prises de toute façon et qu’ils peuvent revendiquer uniquement les économies supérieures au seuil minimal requis par la législation spécifique de l’Union européenne. Il existe une exemption pour les économies d’énergie liées à la rénovation des bâtiments.

(14) La DEE modifiée souligne l’importance de la surveillance et de la vérification afin de garantir que les mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique et les mesures alternatives de politique publique atteignent leurs objectifs. Les orientations fournies dans la présente recommandation montrent la manière dont les États membres peuvent mettre en place des systèmes efficaces de mesure, de contrôle et de vérification.

(15) Compte tenu de l’importance de l’énergie produite sur ou dans les bâtiments à partir de technologies d’énergie renouvelable, les orientations fournies dans la présente recommandation expliquent la manière dont les États membres peuvent imputer les économies d’énergie réalisées au stade de l’utilisation finale découlant de mesures de politique publique visant à promouvoir l’installation de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables par rapport à leur obligation en matière d’économies d’énergie.

(16) Les États membres mettent en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives transposant l’obligation en matière d’économies d’énergie au plus tard le 25 juin 2020. Avec l’entrée en vigueur, les modifications apportées à l’article 7 de la DEE ont une incidence sur la mise en œuvre de l’obligation en matière d’économies d’énergie pour la période d’obligation 2014-2020. Les orientations fournies dans la présente recommandation aideront également les États membres à cet égard.

(17) La transposition complète et la mise en œuvre effective de la DEE, telle que modifiée, sont nécessaires si l’Union européenne souhaite atteindre ses objectifs en matière d’efficacité énergétique d’ici à 2030 et tenir son engagement consistant de placer les consommateurs au cœur de l’union de l’énergie.

(18) Les États membres disposent d’une marge d’appréciation pour transposer et mettre en œuvre les exigences modifiées concernant leurs obligations en matière d’économies d’énergie de la façon la plus adaptée à leur situation nationale. La présente recommandation explique les exigences modifiées et illustre la façon dont les objectifs de la directive peuvent être atteints. L’objectif est notamment d’assurer une compréhension uniforme de la DEE parmi les États membres lors de la mise au point de leurs mesures de transposition.

(19) Les orientations fournies dans la présente recommandation complètent et remplacent en partie les orientations précédemment publiées par la Commission en ce qui concerne l’article 7 de la DEE (6). Il convient de souligner les incidences des dispositions modificatrices sur la période d’obligation 2014-2020. Il y a lieu de prendre en compte les contributions que la Commission a reçues des États membres depuis la transposition de la directive 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique.

(20) La présente recommandation n’a pas d’incidence sur les effets juridiques de la DEE et est sans préjudice de l’interprétation contraignante de la directive par la Cour de justice. Elle met l’accent sur les dispositions relatives à l’obligation en matière d’économies d’énergie et concerne les articles 7, 7 bis et 7 ter et l’annexe V de la DEE.

(21) L’annexe de la présente recommandation vise à aider les États membres, entre autres, à calculer les économies d’énergie requises, à mettre en place des mesures de politique publique éligibles et à notifier correctement les économies d’énergie réalisées, et propose une série de clarifications et de solutions de mise en œuvre pratique,

(1) Directive 2012/27/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2012 relative à l’efficacité énergétique, modifiant les directives 2009/125/CE et 2010/30/UE et abrogeant les directives 2004/8/CE et 2006/32/CE (JO L 315 du 14.11.2012, p. 1).

(2) Directive (UE) 2018/2002 du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2018 modifiant la directive 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique (JO L 328 du 21.12.2018, p. 210).

(3) Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Conseil, au Comité économique et social, au Comité des régions et à la Banque européenne d’investissement « Une planète propre pour tous - Une vision européenne stratégique à long terme pour une économie prospère, moderne, compétitive et neutre pour le climat » [COM(2018) 773 final].

(4) Règlement (UE) 2018/1999 du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2018 sur la gouvernance de l’union de l’énergie et de l’action pour le climat, modifiant les règlements (CE) n° 663/2009 et (CE) n° 715/2009 du Parlement européen et du Conseil, les directives 94/22/CE, 98/70/CE, 2009/31/CE, 2009/73/CE, 2010/31/UE, 2012/27/UE et 2013/30/UE du Parlement européen et du Conseil, les directives 2009/119/CE et (UE) 2015/652 du Conseil et abrogeant le règlement (UE) n° 525/2013 du Parlement européen et du Conseil (JO L 328 du 21.12.2018, p. 1).

(5) SWD(2016) 402 final.

(6) COM(2013) 762 final et SWD(2013) 451 final, Bruxelles, du 6 novembre 2013.

A adopté la présente recommandation :

Les États membres devraient suivre les orientations figurant à l’annexe de la présente recommandation lorsqu’ils transposent les exigences introduites par la directive (UE) 2018/2002 et énoncées aux articles 7, 7 bis et 7 ter et à l’annexe V de la directive 2012/27/UE.

Fait à Bruxelles, le 25 septembre 2019.

Par la Commission

Miguel ARIAS CAÑETE

Membre de la Commission

Annexe

1. Introduction

La présente recommandation n’exprime que le point de vue de la Commission : à ce titre, elle n’a pas d’incidence sur les effets juridiques des directives et règlements et elle est sans préjudice de l’interprétation contraignante des articles 7, 7 bis et 7 ter et de l’annexe V de la directive 2012/27/UE modifiée, relative à l’efficacité énergétique (ci-après la « DEE »), par la Cour de justice. La présente recommandation s’appuie sur les informations que la Commission a reçues des États membres depuis la transposition de la directive 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique et sur les enseignements qu’elle a tirés des notifications transmises par les États membres et de l’évaluation des plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique et des rapports annuels correspondants (1).

(1) Voir notamment Economidou et al., 2018, Assessment of the Second National Energy Efficiency Action Plans under the Energy Efficiency directive (Évaluation des deuxièmes plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique au titre de la directive relative à l’efficacité énergétique). EUR 29272 EN, Office des publications de l’Union européenne, Luxembourg, 2018, ISBN 978-92-79-87946-3, doi : 10.2760/780472, JRC 110304 (rapport disponible à l’adresse suivante :  https : //ec.europa.eu/jrc/en/publication/eur-scientific-and-technical-research-reports/assessment-second-national-energy-efficiency-action-plans-under-energy-efficiency-directive), et Tsemekidi-Tzeiranaki et al., 2019, Analysis of the Annual Reports 2018 under the Energy Efficiency directive (Analyse des rapports annuels pour 2018 au titre de la directive relative à l’efficacité énergétique). EUR 29667 EN, Office des publications de l’Union européenne, Luxembourg, 2019, ISBN 978-92-79-00173-7, doi : 10.2760/22313, JRC 115238 (rapport disponible à l’adresse suivante :  http : //publications.jrc.ec.europa.eu/repository/bitstream/JRC115238/kjna29667enn.pdf).

Synthèse :  Principales modifications de la directive 2012/27/UE

1. Structure des obligations en matière d’économies d’énergie et dispositions correspondantes

 - Articles 7 (règles générales applicables aux obligations en matière d’économies d’énergie), 7 bis (règles applicables aux mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique) et 7 ter (règles applicables aux mesures alternatives de politique publique) ;

 - annexe V (méthodes et principes communs de calcul) ; et

 - obligations en matière de planification et de rapport au titre du règlement sur la gouvernance.

2. Portée de l’obligation d’économies d’énergie (2021–2030)

 - Une nouvelle période d’obligation en matière d’économies d’énergie 2021–2030 et une prorogation de l’obligation au-delà de 2030 sans date de fin, mais sous réserve d’un réexamen en 2027 et tous les 10 ans par la suite ;

 - une obligation d’atteindre un objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale à l’horizon 2021-2030 au moins équivalent à de nouvelles économies annuelles correspondant à 0,8 % de la consommation d’énergie finale annuelle (à l’exception de Chypre et de Malte, qui doivent réaliser de nouvelles économies annuelles correspondant à 0,24 % de la consommation d’énergie finale annuelle), soit un niveau d’économies supérieur à celui de la période actuelle ;

 - plusieurs options permettant aux États membres de calculer les économies de manière différente, pour autant qu’ils atteignent l’objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale ; et

 - l’obligation faite aux États membres de prendre en considération la nécessité de réduire la précarité énergétique lorsqu’ils élaborent des mesures de politique publique, conformément aux critères qu’ils définissent.

3. Calcul des effets des mesures de politique publique

 - Les États membres ne peuvent comptabiliser les économies d’énergie résultant de la mise en œuvre du droit de l’Union européenne, sauf si elles sont liées à la rénovation de bâtiments. Par dérogation, et sous réserve de certaines conditions, ils peuvent comptabiliser les économies réalisées du fait de la mise en œuvre d’exigences minimales nationales fixées pour les nouveaux bâtiments au titre des économies exigées pour la première période d’obligation (2014–2020) uniquement.

4. Précisions

 - Tant les mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique que les mesures alternatives de politique publique constituent des moyens valables de transposer la DEE ;

 - les économies d’énergie qui résultent de chaque type de mesure de politique sont calculées conformément aux méthodes et principes communs visés à l’annexe V de la DEE ;

 - clarification de l’obligation de mettre en place des systèmes de mesure et de vérification et de l’importance de choisir une proportion représentative des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique ;

 - les États membres peuvent créer un Fonds national pour l’efficacité énergétique conformément à l’article 20, paragraphe 6, de la DEE, soit en tant que mesure alternative de politique publique, soit dans le cadre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique imposant aux parties obligées de réaliser tout ou partie de leurs économies sous forme de contributions à ce fonds ;

 - clarification de l’obligation d’additionnalité (les économies d’énergie s’ajoutent à celles qui auraient de toute façon été générées sans l’activité de la partie obligée ou volontaire), y compris de certains facteurs, comportements opportunistes, effets sur le marché et incidence sur les politiques existantes ;

 - le calcul des économies d’énergie doit tenir compte de la durée de vie des mesures et du taux de diminution des économies au fil du temps ; et

 - les économies d’énergie résultant de l’installation, sur ou dans les bâtiments, de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables, peuvent entrer en ligne de compte, sous réserve du respect des dispositions de l’annexe V.

2. Calcul des économies d’énergie requises au cours de la période d’obligation 2021-2030

« Article 7

Obligations en matière d’économies d’énergie

1. Les États membres doivent atteindre un objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale au moins équivalent à :

a) […]

b) de nouvelles économies annuelles, du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2030, correspondant à 0,8 % de la consommation d’énergie finale annuelle calculée sur la base de la moyenne des trois dernières années précédant le 1er janvier 2019. Par dérogation à cette exigence, Chypre et Malte réalisent de nouvelles économies annuelles, du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2030, correspondant à 0,24 % de la consommation d’énergie finale annuelle calculée sur la base de la moyenne des trois dernières années précédant le 1er janvier 2019. » 

En vertu du point b) ci-dessus, les États membres doivent :

 - atteindre un objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale (soit un volume total d’économies d’énergie) au cours de la période 2021-2030, et

 - réaliser de nouvelles économies (dont le volume n’est pas précisé) chaque année de cette période.

Alors que le taux de nouvelles économies d’énergie annuelles durant la première période d’obligation (2014-2020) est le même pour tous les États membres (soit 1,5 %), cela n’est pas le cas durant la deuxième période (2021-2030) puisque Chypre et Malte doivent atteindre un objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale équivalant à de nouvelles économies correspondant à 0,24 % de la consommation d’énergie finale (1).

Chaque État membre doit atteindre le volume calculé d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale (soit le volume total d’économies d’énergie attendu pour la période 2021-2030) au plus tard le 31 décembre 2030. Contrairement à la première période d’obligation, ce montant ne peut être abaissé en fonction du degré de flexibilité mis en œuvre par l’État membre concerné (2).

Les États membres ne sont pas tenus de réaliser de nouvelles économies correspondant à 0,8 % (0,24 % pour Malte et Chypre) de la consommation d’énergie finale annuelle (3) chaque année de la deuxième période d’obligation. Le degré de flexibilité dont disposent actuellement les États membres, qui leur permet de répartir le volume des nouvelles économies tout au long de la période, reste valable pour la deuxième période et pour les suivantes (4).

(1) L’article 2, point 3, de la DEE définit la « consommation d’énergie finale » comme « la somme des consommations d’énergie de l’industrie, des transports, du secteur résidentiel, du secteur tertiaire et de l’agriculture. Sont exclues la consommation du secteur de la transformation de l’énergie et celle de l’industrie énergétique proprement dite ». L’expression « au stade de l’utilisation finale » n’étant pas définie dans la DEE, il convient de l’interpréter conformément au principe de l’obligation d’économies d’énergie. Le point b) du premier alinéa de l’article 7, paragraphe 1, a pour objectif de réduire la consommation d’énergie finale en abaissant le volume d’énergie utilisé par une personne physique ou une personne morale pour son propre usage (sauf indication contraire). Des conditions particulières sont énoncées s’agissant des économies d’énergie découlant de l’énergie renouvelable produite à partir de sources renouvelables sur ou dans les bâtiments (voir le considérant 43 de la DEE et le point 7.5 du présent document).

(2) Voir la section 3.

(3) Sur la base de la moyenne de la période 2016-2018 [voir l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b)].

(4) Voir aussi le point 2.3.

2.1. Calcul des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale cumulées attendues au cours de la deuxième période d’obligation

Pour calculer le volume d’économies d’énergie cumulées requises au stade de l’utilisation finale au cours de la deuxième période d’obligation, chaque État membre doit d’abord calculer la moyenne de la consommation d’énergie finale pour les trois années précédant l’année 2019 (soit au cours de la période 2016-2018) (5).

Cette moyenne doit ensuite être multipliée par 0,8 % (0,24 % dans le cas de Chypre et de Malte) pour déterminer le volume équivalent de « nouvelles » économies annuelles.

(5) À l’inverse, le point a) du premier alinéa de l’article 7, paragraphe 1, cite les ventes d’énergie aux clients finals comme base du calcul de référence pour la période 2014-2020 [voir le SWD(2013) 451 final, p. 3].

Exemple :

Un État membre a une consommation d’énergie de 102 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) en 2016, de 98 Mtep en 2017 et de 100 Mtep en 2018, ce qui, pour ces trois années, revient à une moyenne de 100 Mtep.

Pour le calcul du volume cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale (2021–2030), le volume minimal de nouvelles économies chaque année est donc de 0,8 Mtep (100 Mtep × 0,8 %).

Les États membres peuvent ensuite calculer le volume cumulé d’économies au stade de l’utilisation finale requis pour l’intégralité de la période d’obligation.

Exemple :

Un État membre calcule que sa consommation d’énergie finale moyenne pour la période 2016-2018 s’élève à 100 Mtep. Par conséquent, le total des économies au stade de l’utilisation finale pour 2021 sera le suivant : (100 × 0,8 % × 1) = 0,8 Mtep.

Sachant qu’il est tenu de réaliser des économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale au moins équivalentes à de nouvelles économies réalisées chaque année de la période comprise entre 2021 et 2030, cet État membre doit calculer le volume de nouvelles économies pour chacune des années suivantes, jusqu’en 2030.

Le volume total calculé pour 2022 sera : (100 × 0,8 % × 2) = 1,6 Mtep d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale [y compris 0,8 Mtep de nouvelles économies en 2022 (ombré en gris dans le tableau ci-dessous)].

Pour chacune des années suivantes jusqu’en 2030, le volume sera calculé de la même façon. Le volume total d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale requis sur cette période de 10 ans est de 44,0 Mtep (100 × 0,8 % × 55).

Année

2021

2022

2023

2024

2025

2026

2027

2028

2029

2030

 

Économies d’énergie au stade de l’utilisation finale (Mtep)

                 

0,8

Total d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale (à l’horizon 2030)

               

0,8

0,8

             

0,8

0,8

0,8

           

0,8

0,8

0,8

0,8

         

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

       

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

     

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

   

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

 

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

Total (Mtep)

0,8

1,6

2,4

3,2

4,0

4,8

5,6

6,4

7,2

8,0

44,0 (6)

(6) = 100 × 0,8 % × 55.


2.2. Jeu de données statistiques

2.2.1. Utilisation du jeu de données d’Eurostat

Pour déterminer les jeux de données statistiques à utiliser pour la période d’obligation 2021-2030, les États membres doivent utiliser le jeu de données d’Eurostat, qui est considéré être la source par défaut pour calculer les volumes d’économies requis [voir l’annexe III, point 1 c), du règlement sur la gouvernance].

En 2019, Eurostat a révisé le bilan énergétique à la lumière des « Recommandations internationales pour les statistiques énergétiques » publiées par la Commission de statistique des Nations unies (7). Pour les contributions d’efficacité énergétique et les obligations en matière d’économies d’énergie des États membres, l’agence européenne de statistique a créé une catégorie particulière, appelée « consommation d’énergie finale (Europe 2020-2030) » (8) (code FEC2020-2030). Cette catégorie comprend les éléments requis au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE, et les États membres doivent l’utiliser aux fins de leur obligation d’économies d’énergie (9).

Cette nouvelle catégorie comprend les définitions arithmétiques suivantes, qui sont basées sur les dernières modifications du règlement (CE) n° 1099/2008 du Parlement européen et du Conseil (10) :

Consommation d’énergie finale (Europe 2020-2030) [total tous produits confondus] =

consommation d’énergie finale [total tous produits confondus]

– consommation d’énergie finale [chaleur ambiante (pompes à chaleur)]

+ aviation internationale [total tous produits confondus]

+ entrées en transformation hauts-fourneaux [total tous produits confondus]

– sorties de transformation hauts-fourneaux [total tous produits confondus]

+ hauts-fourneaux dans le secteur de l’énergie [combustibles fossiles solides]

+ hauts-fourneaux dans le secteur de l’énergie [gaz manufacturés]

+ hauts-fourneaux dans le secteur de l’énergie [tourbe et produits de la tourbe]

+ hauts-fourneaux dans le secteur de l’énergie [schiste bitumineux et sables bitumineux]

+ hauts-fourneaux dans le secteur de l’énergie [pétroles et produits pétroliers]

+ hauts-fourneaux dans le secteur de l’énergie [gaz naturel]

(7) https : //unstats.un.org/unsd/energy/ires/

(8) https : //ec.europa.eu/eurostat/documents/10186/6246844/Eurobase-changes-energy.pdf (voir la p. 25).

(9) La méthodologie Eurostat révisée est exposée à l’adresse suivante :

https : //ec.europa.eu/eurostat/documents/10186/6246844/Eurobase-changes-energy.pdf

(10) Règlement (CE) n° 1099/2008 du Parlement européen et du Conseil du 22 octobre 2008 concernant les statistiques de l’énergie (JO L 304 du 14.11.2008, p. 1).

2.2.2. Recours à d’autres sources statistiques et aux estimations d’experts

Les États membres peuvent avoir recours à d’autres sources statistiques, mais ils sont toutefois tenus d’expliquer et de justifier ce recours et les éventuels écarts dans les quantités obtenues dans leur notification à la Commission [voir l’annexe III, point 1 c), du règlement sur la gouvernance].

Si les données pour certaines années ne sont pas disponibles au moment où les États membres doivent transmettre leur notification, ils peuvent avoir recours à des estimations d’experts (recours qu’ils justifieront également dans leur notification). Si, une fois les données officielles disponibles, des écarts sensibles sont observés entre ces estimations et les chiffres réels, le volume d’économies requis sera corrigé sur la base de ces derniers chiffres.

Il est recommandé aux États membres de corriger les estimations sur la base des données officielles dans les meilleurs délais dans le cadre du mécanisme de gouvernance, lors de la soumission ou de la notification obligatoire suivante au titre du règlement sur la gouvernance (par exemple, dans la mise à jour du plan national intégré en matière d’énergie et de climat au plus tard le 30 juin 2023, conformément à l’article 14, paragraphe 1, dudit règlement).

2.2.3. Énergie utilisée dans les transports

Sans préjudice de l’article 7, paragraphe 2, point b), de la DEE (11), les États membres ne peuvent plus exclure la consommation d’énergie finale dans les transports de leur calcul de référence pour la deuxième période d’obligation et les périodes d’obligation suivantes.

(11) Voir les points 3.2 et 3.4.

2.2.4. Énergie produite pour usage final propre

Alors que les économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale au cours de la première période d’obligation sont basées sur les « ventes d’énergie aux clients finals », la DEE modifie volontairement cette base pour la deuxième période et les périodes suivantes, la remplaçant par la « consommation d’énergie finale ».

Par conséquent, les États membres doivent inclure l’énergie produite pour usage final propre (par exemple, l’électricité produite au moyen de systèmes photovoltaïques, la chaleur produite par des capteurs solaires thermiques ou la co-incinération des déchets dans l’industrie) dans le calcul de référence pour ces périodes.

La catégorie « consommation d’énergie finale » d’Eurostat [code B 101700 (12)], telle qu’elle était applicable au moment de la négociation et de l’adoption de la DEE, comprenait certaines énergies renouvelables pertinentes pour une utilisation à petite échelle sur ou dans les bâtiments [énergie solaire, y compris systèmes photovoltaïques et thermiques, énergie éolienne, biomasse solide, biogaz et biocombustibles liquides (13)]. La chaleur ambiante, utilisée, par exemple, dans les pompes à chaleur, ne figurait pas dans la catégorie « consommation d’énergie finale ». Pour garantir que l’obligation d’économies d’énergie visée à l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, convenue entre les co-législateurs, ne soit pas affectée par la révision des bilans énergétiques, aux fins de l’efficacité énergétique, Eurostat a établi et publie une catégorie particulière appelée « consommation d’énergie finale (Europe 2020-2030) » (code FEC2020-2030), et continue d’en exclure la chaleur ambiante jusqu’en 2030 (14).

Toutefois, si l’annexe III, point 1 c), du règlement sur la gouvernance exige l’utilisation par défaut du jeu de données d’Eurostat, les États membres doivent tenir compte de l’ensemble des données disponibles à l’échelle nationale. Si ces données s’écartent des données d’Eurostat, les États membres doivent indiquer leurs sources nationales si celles-ci sont plus précises. Ils doivent les inclure dans leur calcul de référence et expliquer dans leur plan national intégré en matière d’énergie et de climat à quelles sources de données ils ont eu recours, y compris les éventuels volumes de consommation d’énergie finale additionnels, officiels ou estimables, qui ne sont pas couverts par le jeu de données d’Eurostat.

(12) « Total de la consommation d’énergie pour toutes les utilisations de l’énergie ».

(13) « Énergie finale» , telle que définie dans le règlement (CE) n° 1099/2008.

(14) Voir point 2.2.1. La nouvelle méthodologie arrêtée par Eurostat est exposée à l’adresse suivante :

https : //ec.europa.eu/eurostat/documents/10186/6246844/Eurobase-changes-energy.pdf

2.3. Répartition des économies d’énergie sur la période 2021-2030

En vertu du dernier alinéa de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, les États membres doivent déterminer « l’étalement de la quantité ainsi calculée des nouvelles économies tout au long de chacune des périodes [d’obligation], pour autant que les économies d’énergie au stade de l’utilisation finale cumulées totales requises soient réalisées avant la fin de chaque période d’obligation ».

Exemples :

Un État membre peut choisir d’augmenter ses économies d’énergie de façon linéaire dans le temps, tandis qu’un autre peut décider de commencer plus tard, et d’imposer des économies plus importantes vers le milieu ou la fin de la deuxième période d’obligation.

Un autre État membre peut décider de répartir le volume requis d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale (par exemple, 44,0 Mtep) comme indiqué ci-dessous, pour autant que le volume cumulé d’économies requises soit atteint entre 2021 et 2030 (et en supposant que toutes les mesures aient des effets durables qui assurent des économies chaque année au moins jusqu’en 2030) :

Année

2021

2022

2023

2024

2025

2026

2027

2028

2029

2030

 

Économies d’énergie au stade de l’utilisation finale (Mtep)

                 

0,8

Total d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale (à l’horizon 2030)

               

1,1

1,1

             

0,5

0,6

0,6

           

0,7

0,7

0,7

0,7

         

0,6

0,6

0,6

0,6

0,6

       

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

0,8

     

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

   

1,2

1,2

1,2

1,2

1,2

1,2

1,2

1,2

 

0,9

0,9

0,9

0,9

0,9

0,9

0,9

0,9

0,9

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

Total (Mtep)

0,4

1,3

2,5

3,5

4,3

4,9

5,6

6,1

7,3

8,1

44


Si un État membre établit ou exploite un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique, il n’est pas tenu de rendre compte de la manière dont il entend répartir l’effort tout au long de la période d’obligation. Toutefois, il est recommandé aux États membres de déterminer et de rendre compte de la manière dont ils entendent procéder. En vertu du point 3.1 b) de l’annexe III du règlement sur la gouvernance, les États membres doivent notifier le volume cumulé et annuel d’économies attendu et la durée de leurs mécanismes.

Les États membres qui établissent ou maintiennent des mesures alternatives de politique publique au titre de l’article 7 ter de la DEE, et/ou un fonds national pour l’efficacité énergétique au titre de l’article 20, paragraphe 6, de la DEE, ont toute latitude pour répartir sur l’ensemble de la deuxième période d’obligation les économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale requises. Il leur est loisible, sans qu’ils y soient tenus, d’introduire des périodes intermédiaires qui ne doivent pas nécessairement être toutes de la même longueur. Toutefois, le point 3.2 c) de l’annexe III du règlement sur la gouvernance impose aux États membres de notifier le « volume total cumulé et annuel d’économies attendu pour chaque mesure et/ou volume d’économies d’énergie à atteindre au cours de toute période intermédiaire ».

3. Autres moyens de calculer les exigences en matière d’économies

3.1. Ratio et périmètre

Les options énoncées à l’article 7, paragraphe 2, de la DEE n’affectent en rien l’obligation d’économies d’énergie visée à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE. L’article 7, paragraphes 2 et 4, de la DEE permet aux États membres d’utiliser différentes méthodes de calcul (par exemple, pour tenir compte de facteurs nationaux), mais cela ne doit pas entraîner une réduction du volume d’économies d’énergie requis :  autrement dit, les États membres doivent s’assurer que le calcul par l’une ou plusieurs des méthodes proposées à l’article 7, paragraphe 2, de la DEE aboutit au minimum d’économies d’énergie cumulées requis à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE.

Ainsi, s’agissant de la période d’obligation 2021-2030, qu’ils utilisent ou non les options énoncées à l’article 7, paragraphes 2 et 4, de la DEE, les États membres doivent s’assurer que l’objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale requis, équivalent à de nouvelles économies annuelles d’au moins 0,8 % (15), est atteint au plus tard le 31 décembre 2030. Par conséquent, pour garantir que le recours aux possibilités envisagées au titre de l’article 7, paragraphes 2 et 4, de la DEE, ne conduit pas à une réduction du volume minimal net calculé des nouvelles économies d’énergie à réaliser en matière de consommation d’énergie finale au cours de la période d’obligation, le niveau d’économies d’énergie annuelles réalisées en propre par les États membres doit être supérieur à celui requis pour atteindre l’objectif cumulé d’économies d’énergie visé à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE (16). Les États membres ne sont pas obligés de faire usage des options énoncées à l’article 7, paragraphe 2, de la DEE.

(15) 0,24 % pour Chypre et Malte.

(16) Voir l’appendice I et les points 3.2, 3.3 et 3.4.

3.2. Options prévues par l’article 7, paragraphe 2, de la DEE

L’article 7, paragraphe 2, de la DEE, permet aux États membres de calculer le volume imposé d’économies d’énergie :

 - en appliquant un taux annuel d’économies aux ventes d’énergie aux clients finals, ou à la consommation d’énergie finale, calculé sur la base de la moyenne de la période 2016-2018 ; et/ou

 - en excluant du calcul, en tout ou partie, l’énergie utilisée dans les transports ; et/ou

 - en recourant à l’une des options énoncées au paragraphe 4 de l’article 7 de la DEE.

3.3. Taux annuel d’économies propre et calcul de référence

Lorsqu’un État membre recourt à une ou plusieurs options, il est tenu, en vertu de l’article 7, paragraphe 3, de la DEE, d’établir :

 - son propre taux annuel d’économies, qui est appliqué dans le calcul de ses économies cumulées d’énergie au stade de l’utilisation finale pour garantir que le volume d’économies requis n’est pas inférieur à celui requis au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE ; et

 - sa propre méthode de calcul qui peut exclure, en tout ou en partie, l’énergie utilisée dans les transports (17).

Cette double obligation s’ajoute (18) aux calculs du taux annuel de nouvelles économies et du volume cumulé d’économies au stade de l’utilisation finale en application de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE.

L’article 7, paragraphe 5, deuxième alinéa, de la DEE, prévoit que, indépendamment du fait que les États membres décident d’exclure, en tout ou en partie, l’énergie utilisée dans les transports de leur méthode de calcul ou de recourir à l’une des options visées à l’article 7, paragraphe 4, de la DEE, ils garantissent que le volume net, ainsi calculé, des nouvelles économies d’énergie à réaliser dans la consommation d’énergie finale tout au long de la période d’obligation 2021-2030 n’est pas inférieur au volume obtenu en appliquant le taux annuel d’économies visé à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), soit 0,8 % (0,24 % pour Chypre et Malte).

(17) Voir l’appendice I.

(18) Voir l’annexe III, point 2, du règlement sur la gouvernance.

3.4. Options prévues par l’article 7, paragraphe 4, de la DEE

Pour la période d’obligation 2021-2030, les États membres peuvent faire usage de l’une ou plusieurs des options suivantes (article 7, paragraphe 4, de la DEE) :

b) exclusion totale ou partielle des activités industrielles relevant du système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre de l’Union européenne (SEQE-UE) ;

c) comptabiliser certaines économies d’énergie réalisées dans les secteurs de la transformation et du transport ;

d) comptabiliser les économies résultant d’actions mises en œuvre après la fin 2008, qui continuent de produire des effets au-delà de 2020 ;

e) comptabiliser les économies résultant d’actions spécifiques menées du début 2018 à la fin 2020 et qui continuent de générer des économies au-delà de 2020 ;

f) exclusion de 30 % de l’énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments et résultant de mesures de politique publique qui promeuvent de nouvelles installations de technologies fondées sur les énergies renouvelables ; et

g) comptabiliser certaines économies d’énergie qui dépassent le volume d’économies d’énergie imposé pour la période d’obligation 2014-2020.

En vertu de l’article 7, paragraphe 5, point b), de la DEE, ces options peuvent être utilisées uniquement pour « le volume d’économies d’énergie calculé conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3 » et l’application de toutes les options prises dans leur ensemble ne peut pas « avoir pour effet de réduire [ce volume] de plus de 35 % ».

Il est primordial de noter que ces options ne peuvent pas être utilisées pour réduire le volume total d’économies d’énergie cumulées au stade de l’utilisation finale imposé au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE. Autrement dit, indépendamment du fait que les États membres décident d’exclure, en tout ou en partie, l’énergie utilisée dans les transports de leur méthode de calcul ou de recourir à l’une de ces options, ils doivent faire en sorte que le volume net, ainsi calculé, des nouvelles économies d’énergie à réaliser dans la consommation d’énergie finale pendant la période d’obligation 2021-2030 n’est pas inférieur au volume obtenu en appliquant le taux annuel d’économies visé à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE (19). À cette fin, l’article 7, paragraphe 5, de la DEE, impose aux États membres de calculer l’effet, pour la période d’obligation, de la décision de recourir à une ou plusieurs options (20).

Les options visées aux points b) et f) de l’article 7, paragraphe 4, de la DEE, peuvent être utilisées uniquement aux fins de leur propre méthode de calcul, conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE. Les volumes peuvent être déduits de ce calcul (sous réserve des conditions prévues).

Les options visées aux points c), d), e) et g) concernent les économies d’énergie et peuvent être comptabilisées uniquement dans le volume calculé des économies requises au titre de l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE :  ainsi, elles ne peuvent être utilisées pour abaisser le niveau de l’obligation d’économies d’énergie prévue à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE, mais peuvent toutefois être utilisées pour contribuer à le respecter.

(19) Dans les limites fixées à l’article 7, paragraphe 5, deuxième alinéa.

(20) Voir la section 9.

3.4.1. Les options en détail

3.4.1.1. Exclusion totale ou partielle des activités industrielles relevant du système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre de l’Union européenne (SEQE-UE) [article 7, paragraphe 4, point b)]

Dès lors qu’un État membre a uniquement recours à l’option d’exclure la totalité ou une partie des ventes d’énergie utilisée aux fins des activités industrielles relevant du SEQE-UE [article 7, paragraphe 4, point b), de la DEE], il doit déterminer les quantités d’énergie fournies ou vendues au détail et qui sont utilisés aux fins de ces activités industrielles. Ce calcul se fonde sur l’énergie utilisée aux fins des activités industrielles énumérées à l’annexe I de la directive SEQE-UE (21).

L’énergie utilisée aux fins des « activités de l’énergie » énumérées dans cette annexe [installations de combustion dont la puissance calorifique totale de combustion est supérieure à 20 MW (à l’exception des installations d’incinération de déchets dangereux ou municipaux), raffinage de pétrole et production de coke] et l’énergie utilisée dans l’aviation sont ensuite déduites de ces quantités (22).

3.4.1.2. Économies d’énergie réalisées dans les secteurs de la transformation et du transport de l’énergie [article 7, paragraphe 4, point c)]

L’article 7, paragraphe 4, point c), de la DEE, permet aux États membres de comptabiliser les économies d’énergie réalisées dans les secteurs de la transformation, du transport et de la distribution de l’énergie, y compris les infrastructures de réseaux de chaleur et de froid efficaces, résultant de la mise en œuvre des exigences énoncées à l’article 14, paragraphe 4, à l’article 14, paragraphe 5, point b), et à l’article 15, paragraphes 1 à 6 et 9, de la DEE, dans le volume d’économies d’énergie calculé conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE (23).

(21) Directive 2003/87/CE du Parlement européen et du Conseil du 13 octobre 2003 établissant un système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre dans la Communauté, telle que modifiée par la directive 2009/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009, et modifiant la directive 96/61/CE du Conseil (JO L 275 du 25.10.2003, p. 32).

(22) Autre possibilité, pour déterminer les quantités d’énergie utilisées dans les activités industrielles qui ne relèvent pas du SEQE-UE, le chiffre communiqué pour l’énergie finale utilisée dans un secteur industriel donné pourrait être multiplié par le rapport entre les émissions de gaz à effet de serre produites par les activités relevant du SEQE-UE et celles qui n’en relèvent pas, tel qu’il figure dans les inventaires des gaz à effet de serre.

(23) Voir la section 9.

3.4.1.3. Économies d’énergie découlant d’actions spécifiques récemment mises en œuvre à partir du 31 décembre 2008 [article 7, paragraphe 4, point d)]

Dès lors qu’un État membre comptabilise des économies d’énergie découlant d’actions spécifiques récemment mises en œuvre à partir du 31 décembre 2008 dans le volume d’économies d’énergie requis, calculé conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE, ces actions doivent continuer de produire des effets en 2020 en ce qui concerne la période d’obligation 2021-2030, à savoir donner lieu à de nouvelles économies d’énergie après le 31 décembre 2020. L’article 2, paragraphe 19, de la DEE, définit l’« action spécifique » comme une action conduisant à une amélioration de l’efficacité énergétique pouvant être vérifiée et mesurée ou estimée et menée en application d’une mesure politique. Qui plus est, les économies d’énergie doivent être mesurées et vérifiées.

3.4.1.4. Actions spécifiques menées entre le début 2018 et la fin 2020 [article 7, paragraphe 4, point e)]

Selon l’article 7, paragraphe 4, point e), de la DEE, un État membre peut comptabiliser, dans le volume d’économies calculé conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE, les économies d’énergie résultant de mesures de politique publique à condition qu’il puisse être démontré que ces mesures produisent des actions spécifiques, menées entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020, et qui continuent de générer des économies après cette période.

Tandis que l’article 7, paragraphe 4, point d), de la DEE, renvoie à la mise en œuvre d’actions spécifiques entre le 31 décembre 2008 et le 31 décembre 2013, l’article 7, paragraphe 4, point e), de la DEE s’applique uniquement aux actions spécifiques mises en œuvre entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020. Cette différence est significative dès lors que les États membres envisagent une durée de vie pouvant atteindre 21 ans pour une action mise en œuvre en 2008, et une durée de vie pouvant atteindre 12 ans pour une action mise en œuvre en 2018. En pratique, cela signifie que le premier cas est pertinent, par exemple, pour les actions ayant une durée de vie longue, telles que l’isolation de l’enveloppe d’un bâtiment.

3.4.1.5. Énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments et résultant de mesures de politique publique qui promeuvent de nouvelles installations de technologies fondées sur les énergies renouvelables [article 7, paragraphe 4, point f)]

Cette option permet aux États membres d’exclure du calcul du volume d’économies d’énergie requis au titre de l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE un volume vérifiable d’énergie produite à usage personnel au moyen de nouvelles installations de technologies fondées sur les énergies renouvelables sur ou dans les bâtiments.

Le recours à cette option est restreint à trois égards :

 - 30 % au plus de l’énergie produite à usage personnel au moyen de nouvelles installations de technologies fondées sur les énergies renouvelables sur ou dans les bâtiments peuvent être exclus du calcul de référence ;

 - il ne doit pas entraîner une réduction de plus de 35 % du volume calculé conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE ; et

 - la quantité de cette énergie ne peut être exclue du calcul de l’obligation d’économies au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE.

L’annexe V, point 2 e), de la DEE, précise la manière dont les économies d’énergie découlant de mesures qui promeuvent l’installation, sur ou dans les bâtiments, de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables, peuvent être comptabilisées dans le volume d’économies imposé au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE (24). Cette comptabilisation n’est soumise à aucune restriction de volume.

Étant donné que l’article 7, paragraphe 4, point f), de la DEE, fait référence au « volume vérifiable d’énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments (25) » (et non au volume réellement utilisé), il appartient aux États membres de déterminer et de vérifier les volumes d’énergie renouvelable (en ktep, en MW ou équivalent) qui sera produite à usage personnel sur les bâtiments à la suite de la mise en œuvre de politiques qui promeuvent les nouvelles installations dans la période d’obligation 2021-2030. Étant donné que cette disposition fait référence à un « volume vérifiable », ce calcul peut prendre en compte le volume moyen estimé d’énergie renouvelable à produire à usage personnel au cours de la période 2021-2030 uniquement à partir des unités installées sur ou dans les bâtiments après le 31 décembre 2020.

L’article 21, point b) 3), du règlement sur la gouvernance, impose aux États membres d’inclure des informations sur la mise en œuvre du mécanisme national d’obligations en matière d’efficacité énergétique et des mesures alternatives de politique publique dans leurs rapports d’avancement nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat. Par conséquent, à compter du 15 mars 2021 (et tous les deux ans par la suite), ils devront fournir des informations sur la quantité réelle d’énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments au moyen de technologies fondées sur les énergies renouvelables nouvellement installées.

Exemple à titre indicatif et non exhaustif

Le tableau ci-dessous montre, pour une liste non exhaustive de technologies, le volume d’énergie pouvant être exclu du calcul de l’exigence en matière d’économies d’énergie. Par exemple, l’installation d’une technologie hybride héliothermique/chaudière au gaz pourrait permettre la production de 1 000 kWh d’énergie renouvelable, dont 30 % (300 kWh) pourraient être exclus du calcul (à condition que la quantité exclue ne dépasse pas 35 % des économies requises) :

Type de technologie

Demande d’énergie finale

(en kWh)

Part d’énergie renouvelable produite sur les bâtiments

(en %)

Production responsable de la réduction de l’objectif d’économies

(en kWh)

30 % pouvant être exclus de l’exigence d’économies

(en kWh)

1)                                       

Chaudière à gaz à condensation

10 526

0

0

 

2)

Chaudière au bois à condensation

10 870

100

10 870

3 261

3)

Pompe à chaleur (alimentée à l’électricité du réseau)

2 857

0

0

 

4)

 

Technologie hybride héliothermique/chaudière au gaz

10 474

~10

1 000

300

installation héliothermique

1 000

100

1 000

300

chaudière à gaz à condensation

9 474

0

0

 

5)

Installation photovoltaïque

3 500

100

3 500

1 050


(24) Voir le point 7.5 et l’appendice X.

(25) La DEE ne propose pas de définition de l’expression « énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments ». Il convient d’assimiler ce concept à la situation d’un client final qui, sur ou dans son bâtiment au sens de l’article 2, paragraphe 1, de la directive 2010/31/UE sur la performance énergétique des bâtiments, produit de l’énergie renouvelable pour sa consommation personnelle et qui peut stocker cette énergie renouvelable auto-produite dans ses locaux situés dans une enceinte confinée. Le concept d’» énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments » exclut l’énergie auto-produite revendue ou réinjectée dans le réseau. Si l’auto-consommateur n’est pas un ménage, ce concept exclut en outre toute production d’énergie constituant une activité commerciale ou professionnelle principale.

3.4.1.6. Économies d’énergie qui dépassent le volume d’économies d’énergie imposé pendant la première période d’obligation [article 7, paragraphe 4, point g)]

Les États membres peuvent comptabiliser, dans le calcul au titre de l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE, les économies d’énergie qui dépassent le volume d’économies d’énergie imposé pour la première période d’obligation (2014-2020), à condition :

 - qu’elles aient résulté d’actions spécifiques menées au titre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique ou de mesures alternatives de politique publique ; et

 - que l’État membre ait notifié les mesures de politique publique en question dans son plan national d’action en matière d’efficacité énergétique et les ait communiquées dans son rapport d’avancement au titre de l’article 24, paragraphe 2 (26).

(26) Par conséquent, les mesures doivent avoir été notifiées au plus tard le 30 avril 2017 étant donné que l’article 24, paragraphe 2, a été supprimé le 24 décembre 2018, conformément à l’article 59 et à l’article 54, paragraphe 3, point b), du règlement sur la gouvernance.

4. Choix des mesures de politique publique destinées à contribuer à atteindre l’objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale requis

Au titre de l’article 7, paragraphe 10, de la DEE, les États membres doivent atteindre l’objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale requis :

 - en établissant un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique ;

 - en adoptant des mesures alternatives de politique publique ; ou

 - en combinant les éléments ci-dessus.

L’article 7 de la DEE précise que tant les mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique que les mesures alternatives de politique publique sont des options valables à cet égard. Les États membres disposent d’une grande flexibilité et d’une large marge d’appréciation pour choisir, parmi différents types de régimes, celui qui convient le mieux à leur situation particulière et à leurs particularités (27).

Les articles 7 bis, paragraphe 1, et 7 ter, paragraphe 1, de la DEE, imposent que l’ensemble des mesures de politique publique soient conçues aux fins de satisfaire à l’obligation d’économies d’énergie au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, et qu’elles aient vocation à contribuer aux « économies d’énergie au stade de l’utilisation finale » qui s’effectuent « auprès des clients finals ». Cependant, une mesure de politique publique peut également viser d’autres objectifs et cibles (par exemple, dans le cadre des politiques énergétiques, répondre à la nécessité de préserver, de protéger et d’améliorer la qualité de l’environnement, ou de promouvoir une utilisation prudente et rationnelle des ressources naturelles).

L’article 2, paragraphe 18, de la DEE, définit une « mesure de politique publique » comme un instrument réglementaire, financier, fiscal ou volontaire ou un moyen d’information formellement établi et mis en œuvre dans un État membre pour créer un environnement propice ou instaurer des exigences ou des incitations conduisant les acteurs du marché à fournir et à acheter des services énergétiques ou à prendre d’autres mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique. Les mesures de politique publique destinées uniquement à soutenir les objectifs de politique publique autres que l’efficacité énergétique, les mesures destinées uniquement à fournir et à acheter des services énergétiques ou à favoriser des économies au stade de l’utilisation finale qui ne s’effectuent pas auprès des clients finals, risquent de ne pas entrer en ligne de compte au titre de l’article 7 de la DEE. En tout état de cause, les États membres devront évaluer soigneusement les mesures et démontrer que les économies d’énergie peuvent leur être imputées directement.

Qu’un État membre décide d’utiliser un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique ou bien d’adopter des mesures alternatives de politique publique, il doit s’assurer que les mesures de politique publique entrent en ligne de compte pour atteindre l’objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale requis au plus tard le 31 décembre 2030 (ou au cours d’une période d’économies ultérieure, en fonction du moment où les mesures sont formulées).

La liste de définitions suivante, non exhaustive, est importante pour la mise en place de mesures de politique publique (elle n’a pas changé dans la DEE).

Article 2 de la DEE

« 4) “efficacité énergétique” le rapport entre les performances, le service, le bien ou l’énergie que l’on obtient et l’énergie consacrée à cet effet ;

5) “économies d’énergie”, la quantité d’énergie économisée, déterminée en mesurant et/ou en estimant la consommation avant et après la mise en œuvre d’une mesure visant à améliorer l’efficacité énergétique, les conditions externes qui ont une incidence sur la consommation d’énergie faisant l’objet d’une normalisation ;

6) “amélioration de l’efficacité énergétique”, un accroissement de l’efficacité énergétique à la suite de modifications d’ordre technologique, comportemental et/ou économique ; « 

« 14) “partie obligée”, un distributeur d’énergie ou une entreprise de vente d’énergie au détail qui est lié par les mécanismes nationaux d’obligations en matière d’efficacité énergétique visés à l’article 7 ;

15) “partie délégataire”, une entité juridique exerçant des pouvoirs délégués par un gouvernement ou un autre organisme public en vue de mettre au point, de gérer ou d’exploiter un mécanisme de financement pour le compte dudit gouvernement ou organisme public ;

16) “partie volontaire”, une entreprise ou un organisme public qui s’est engagé à atteindre certains objectifs dans le cadre d’un accord volontaire ou au titre d’un instrument national de réglementation ;

17) “autorité publique chargée de la mise en œuvre”, un organisme de droit public qui est chargé d’assurer l’application et le suivi de la fiscalité sur l’énergie ou le carbone, des mécanismes et instruments de financement, des incitations fiscales, des normes, des systèmes d’étiquetage énergétique, des mesures d’éducation ou de formation ;

18) “mesure de politique publique”, un instrument réglementaire, financier, fiscal ou volontaire ou un moyen d’information formellement établi et mis en œuvre dans un État membre pour créer un environnement propice ou instaurer des exigences ou des incitations conduisant les acteurs du marché à fournir et à acheter des services énergétiques ou à prendre d’autres mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique ;

19) “action spécifique”, une action conduisant à une amélioration de l’efficacité énergétique pouvant être vérifiée et mesurée ou estimée et menée en application d’une mesure politique ;

20) “distributeur d’énergie”, une personne physique ou morale, y compris un gestionnaire de réseau de distribution, responsable du transport de l’énergie en vue de sa livraison aux clients finals ou aux stations de distribution qui vendent de l’énergie aux clients finals ;

21) “gestionnaire de réseau de distribution”, un gestionnaire de réseau de distribution au sens des directives 2009/72/CE et 2009/73/CE respectivement ;

22) “entreprise de vente d’énergie au détail”, une personne physique ou morale qui vend de l’énergie aux clients finals ;

23) “client final”, une personne physique ou morale qui achète de l’énergie pour son propre usage à titre d’utilisation finale ;

24) “fournisseur de service énergétique”, une personne physique ou morale qui fournit des services énergétiques ou d’autres mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique dans des installations ou locaux de clients finals ; « 

Aux fins de l’article 7, paragraphe 10, de la DEE, les États membres peuvent comptabiliser les économies d’énergie découlant de mesures de politique publique nouvellement adoptées dans la période d’obligation 2021-2030. Ils peuvent également comptabiliser les économies d’énergie découlant de mesures de politique publique adoptées dans la période d’obligation 2014-2020 (voire avant), à condition que ces mesures satisfassent aux exigences des articles 7, 7 bis ou 7 ter de la DEE.

Les États membres peuvent comptabiliser les économies découlant de mesures adoptées au plus tard le 31 décembre 2020 ou plus tard, mais ce uniquement si ces mesures donnent lieu à de nouvelles actions spécifiques menées après le 31 décembre 2020 et avant le 31 décembre 2030.

Exemples de mesures, d’actions et d’économies

Un programme de soutien financier pour la rénovation énergétique des bâtiments a été mis en place en 2010. Pour autant que ce programme soit maintenu et assure de nouvelles rénovations durant la période concernée, les économies d’énergie qui découlent de ces nouvelles rénovations peuvent être comptabilisées dans les économies requises au cours de la deuxième période d’obligation.

Une taxe sur le carburant a été créée avant 2021 pour induire des économies d’ordre comportemental et améliorer l’efficacité des transports. Pour autant que cette mesure soit maintenue et que ses effets sur les comportements soient mesurables et vérifiables compte tenu des données les plus récentes concernant l’élasticité des prix, les économies d’énergie qui en découlent peuvent être comptabilisées dans les économies requises au cours de la deuxième période d’obligation.

(27) Arrêt du 7 août 2018, Saras Energía, C-561/16, ECLI : EU : C : 2018 : 633, point 35, avec référence, par analogie, à l’arrêt du 26 septembre 2013 dans l’affaire C-195/12, IBV & Cie, (ECLI : EU : C : 2013 : 598, points 62 et 70).

4.1. Mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique

Le principal argument en faveur d’une décision de mettre en œuvre un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique dans le but d’atteindre l’objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale requis au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE, est probablement celui selon lequel les fournisseurs, les entreprises de vente au détail et les distributeurs d’énergie sont les acteurs le mieux placés pour repérer les économies d’énergie avec leurs clients, et qu’ils seront en mesure de réaliser des économies d’énergie dans leur modèle commercial en matière de services énergétiques. Dans ce cas, les États membres doivent désigner une ou plusieurs parties obligées au niveau national (28), tenues de réaliser des économies d’énergie auprès des clients finals (29). La désignation d’une partie obligée doit se faire sur la base de critères objectifs et non discriminatoires, comme le prévoit l’article 7 bis, paragraphe 2, de la DEE.

Lorsqu’ils désignent des parties obligées au titre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique, les États membres sont invités à prendre en considération l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne dans l’affaire C-561/16, dans lequel la Cour a estimé que les États membres pouvaient « n’impose[r] d’obligations en matière d’efficacité énergétique qu’à certaines entreprises déterminées du secteur de l’énergie, pour autant que la désignation de ces entreprises, en tant que parties obligées, repose effectivement sur des critères objectifs et non discriminatoires exposés explicitement, ce qu’il appartient à la juridiction de renvoi de vérifier » (30).

En outre, les États membres doivent déterminer le volume d’économies d’énergie à réaliser par chacune des (sous-catégories de) parties obligées. Ces volumes doivent ensuite être attribués à chaque partie obligée, afin de vérifier qu’elle a satisfait à ses obligations.

L’article 7 bis, paragraphe 4, permet aux États membres d’exprimer le volume d’économies d’énergie imposé à chaque partie obligée en termes de consommation d’énergie finale ou d’énergie primaire (31), en utilisant les facteurs de conversion indiqués à l’annexe IV.

Les États membres peuvent également décider de permettre ou d’imposer aux parties obligées de satisfaire à tout ou partie de leur obligation en droit national sous forme de contribution au Fonds national pour l’efficacité énergétique (32). Ils peuvent autoriser les parties obligées à comptabiliser, aux fins de leur obligation, les économies réalisées par des fournisseurs de services énergétiques (33) ou par des tiers. L’article 7 bis, paragraphe 6, point a), de la DEE leur impose de veiller à ce que la certification des économies d’énergie suive une procédure d’agrément qui soit claire, transparente et ouverte à tous les acteurs du marché, et qui vise à minimiser les coûts de certification (34).

L’article 7 bis, paragraphe 3, de la DEE précise que les États membres doivent veiller à ce que les entreprises de vente d’énergie au détail ne créent pas d’obstacles empêchant les consommateurs de changer de fournisseur.

L’article 7 bis, paragraphe 5, de la DEE impose aux États membres de mettre en place des systèmes de mesure, de contrôle et de vérification au titre desquels il est procédé par écrit à des vérifications sur au moins une proportion statistiquement significative et représentative des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique instaurées par les parties obligées (35).

En vertu de l’article 7 bis, paragraphe 6, point b), de la DEE, les États membres peuvent offrir la possibilité de reporter ou d’anticiper, c’est-à-dire autoriser les parties obligées à comptabiliser les économies d’énergie obtenues au cours d’une année donnée comme si elles avaient été obtenues au cours de l’une des quatre années précédentes ou au cours de l’une des trois années suivantes. Il convient de noter que cette flexibilité :

 - s’applique uniquement aux économies d’énergie découlant de mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique mis en œuvre depuis le 1er janvier 2014, et non aux mesures alternatives de politique publique ; et

 - est limitée dans le temps : les États membres peuvent autoriser les parties obligées à reporter et anticiper uniquement au cours d’une même période d’obligation.

Autrement dit, les économies obtenues entre 2014 et 2020 ne peuvent être reportées ou anticipées après le 31 décembre 2020, et celles obtenues entre 2021 et 2030 ne peuvent être reportées ou anticipées avant le 31 décembre 2020 ou après le 31 décembre 2030. Les économies obtenues après 2010 et avant le 1er janvier 2014 ne peuvent être reportées ou anticipées aux fins de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE.

Étant donné que l’article 7, paragraphe 8, de la DEE prévoit explicitement une dérogation, son application est restrictive et limitée aux fins de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point a), de la DEE.

(28) L’article 2, paragraphe 14, définit le terme « partie obligée » comme un distributeur d’énergie ou une entreprise de vente d’énergie au détail qui est lié par les mécanismes nationaux d’obligations en matière d’efficacité énergétique. Les États membres pourraient également prendre en considération le rôle des communautés d’énergie locales ou des communautés d’énergie renouvelable dans la conception des mécanismes nationaux d’obligations en matière d’efficacité énergétique.

(29) Voir l’annexe I, point 3.2 v, du règlement sur la gouvernance.

(30) Arrêt Saras Energía, C-561/16, (ECLI : EU : C : 2018 : 633, point 56).

(31) En vertu de l’article 7 bis, paragraphe 4, la méthode choisie pour exprimer le volume imposé d’économies d’énergie devrait également être utilisée pour calculer les économies déclarées par les parties obligées.

(32) Voir le considérant 17 de la DEE et le point 4.2.2.

(33) L’article 2, paragraphe 24, définit le terme « fournisseur de service énergétique » comme une personne physique ou morale qui fournit des services énergétiques ou d’autres mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique dans des installations ou locaux de clients finals.

(34) Voir le point 8 et les exemples proposés à l’appendice XII.

(35) Voir l’appendice XII.

Exemples

Les économies d’énergie obtenues en 2014 (résultant de la mise en œuvre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique) peuvent être comptabilisées comme si elles avaient été obtenues en 2017.

Les économies d’énergie obtenues en 2014 (résultant de la mise en œuvre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique) ne peuvent pas être comptabilisées pour 2021.

Les économies d’énergie obtenues en 2018 (résultant de la mise en œuvre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique) peuvent être comptabilisées pour 2014.

Le second alinéa de l’article 7 bis, paragraphe 6, de la DEE, prévoit que les États membres « évaluent les coûts directs et indirects des mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique et, si nécessaire, prennent des mesures visant à réduire au minimum leur impact sur la compétitivité internationale des industries grandes consommatrices d’énergie ».

En général, deux types de coûts se dégagent :

 - les coûts d’investissement, et

 - les coûts administratifs (y compris le suivi et les rapports).

Dans son analyse d’impact (36), la Commission a montré, sur la base des éléments disponibles, que les mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique sont particulièrement rentables. Lorsqu’elles mettent en œuvre ces mécanismes, les parties obligées sont tenues de s’assurer que les économies au stade de l’utilisation finale sont réalisées aux coûts (d’investissement et administratifs) les plus bas, tout particulièrement si ces coûts sont répercutés sur l’utilisateur final. Cette exigence vaut également lorsque des parties obligées choisissent de comptabiliser les économies d’énergie certifiées réalisées par des fournisseurs d’énergie et d’autres tiers.

L’article 7 bis, paragraphe 7, de la DEE, impose aux États membres de « publie[r], une fois par an, les économies d’énergie réalisées par chaque partie obligée, ou chaque sous-catégorie de parties obligées, et le total des économies d’énergie obtenues dans le cadre du mécanisme ». Ils peuvent publier ces informations en combinaison avec d’autres données qu’ils sont tenus de mettre à la disposition du public. La publication de ces données par d’autres parties, par exemple, par la Commission, ne les dégage pas de cette obligation.

(36) SWD(2016) 402 final, p. 46 et 47.

4.2. Mesures alternatives de politique publique

La DEE précise que les États membres devraient faire preuve d’une grande flexibilité dans la conception et la mise en œuvre de mesures alternatives de politique publique. Bien que la DEE ne recense plus les types de mesures, l’article 2, point 18, de la DEE prévoit, dans sa définition du terme « mesure de politique publique» , une liste non exhaustive de types possibles, à savoir des « instruments réglementaires, financiers, fiscaux ou volontaires, ou des moyens d’information formellement établis et mis en œuvre dans un État membre pour créer un environnement propice ou instaurer des exigences ou des incitations conduisant les acteurs du marché à fournir et à acheter des services énergétiques ou à prendre d’autres mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique ».

Les États membres peuvent envisager de promouvoir le rôle des communautés d’énergie renouvelable locales afin qu’elles participent à la mise en œuvre des mesures alternatives de politique publique (37).

L’annexe V, point 3, de la DEE énonce les exigences en matière de conception et d’administration des mesures alternatives de politique publique :

« a) lesdites mesures et les actions spécifiques produisent au stade de l’utilisation finale des économies d’énergie vérifiables ;

b) les responsabilités incombant à chaque partie volontaire, à chaque partie délégataire ou à chaque autorité publique chargée de la mise en œuvre, selon le cas, sont clairement définies ;

c) les économies d’énergie réalisées ou devant l’être sont déterminées selon des modalités transparentes ;

d) le volume d’économies d’énergie requis ou à réaliser par la mesure de politique publique est exprimé en termes de consommation d’énergie finale ou primaire, en utilisant les facteurs de conversion énoncés à l’annexe IV ;

e) un rapport annuel portant sur les économies d’énergie réalisées est soumis par les parties délégataires, les parties volontaires et les autorités publiques chargées de la mise en œuvre et rendu public, tout comme les données concernant l’évolution annuelle des économies d’énergie ;

f) les résultats font l’objet d’un suivi et des mesures appropriées sont prises lorsque les progrès réalisés ne sont pas satisfaisants ;

g) les économies d’énergie résultant d’une action spécifique ne sont pas déclarées par plus d’une partie ;

h) il est démontré que les activités des parties volontaires, des parties délégataires ou des autorités chargées de la mise en œuvre ont joué un rôle essentiel dans la réalisation des économies d’énergie déclarées ».

L’article 7 ter, paragraphe 2, de la DEE impose aux États membres de mettre en place des systèmes de mesure, de contrôle et de vérification au titre desquels il est procédé par écrit à des vérifications sur au moins une proportion statistiquement significative et représentative des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique instaurées par les parties obligées.

Il convient de noter :

 - que la mesure, le contrôle et la vérification sont effectués indépendamment des parties obligées (38) ; et

 - qu’une « proportion statistiquement significative et représentative » doit s’entendre comme un sous-ensemble qui reflète de manière précise la population statistique des mesures d’économies d’énergie et, ainsi, permet de dégager des conclusions raisonnablement fiables quant à la confiance dans la totalité des mesures.

(37) Voir l’annexe I, point 3.2 v, du règlement sur la gouvernance.

(38) Voir l’appendice XII.

4.2.1. Mécanismes et instruments de financement, et incitations fiscales

Il s’agit de mesures de politique publique prises par un État membre, en vertu desquelles une incitation monétaire et fiscale donne lieu à l’application d’une technologie ou de techniques à bon rendement énergétique, et qui ont pour effet de réduire la consommation d’énergie au stade de l’utilisation finale (39).

Il convient de noter que :

 - les effets doivent être mesurés, contrôlés et vérifiés, indépendamment des parties volontaires ou délégataires (40) ; et

 - dans le cas des mécanismes ou instruments de financement, le financement doit provenir :

 - de sources publiques (européennes ou nationales), ou

 - d’une combinaison de sources publiques (européennes ou nationales) et de sources privées (par exemple, banques, fonds de placement, fonds de pension) visant explicitement la réalisation d’actions spécifiques qui donnent lieu à des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale.

(39) Voir l’appendice III.

(40) Une « partie délégataire » est une entité juridique exerçant des pouvoirs délégués par un gouvernement ou un autre organisme public en vue de mettre au point, de gérer ou d’exploiter un mécanisme de financement pour le compte dudit gouvernement ou organisme public.

4.2.2. Fonds national pour l’efficacité énergétique

Les États membres peuvent créer un Fonds national pour l’efficacité énergétique conformément à l’article 20, paragraphe 6, de la DEE, soit en tant que mesure alternative de politique publique, soit en tant que partie d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique, de sorte que les parties obligées puissent réaliser tout ou partie de leurs économies sous forme de contributions à ce fonds.

Si un État membre établit un mécanisme de contribution annuelle à un Fonds national pour l’efficacité énergétique, en tant que mode principal d’exécution des obligations en matière d’efficacité énergétique, sa réglementation nationale doit garantir que :

 - les économies d’énergie réalisées sont équivalentes à celles prévues dans le cadre de mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique, et

 - les mesures financées satisfont aux exigences de l’article 7 ter et de l’article 20, paragraphe 6, ainsi que de l’annexe V, point 3, de la DEE (41).

Le Fonds national pour l’efficacité énergétique peut être tout fonds établi par un État membre dans le but d’encourager les initiatives nationales en matière d’efficacité énergétique. Il peut être créé pour financer des mécanismes de soutien économiques et financiers, d’assistance technique, de formation et d’information ou d’autres mesures visant à accroître l’efficacité énergétique, de manière à contribuer à la réalisation des objectifs poursuivis par le droit de l’Union (42). De manière générale, il est aussi envisageable de mettre en place une combinaison de fonds publics (par exemple, pour corriger les défaillances du marché, pour prendre en charge les catégories de coûts ou les mesures que ne traitent habituellement pas les mécanismes de marché) et de capitaux privés pour apporter des solutions plus efficaces.

Pour être pris en compte aux fins de l’article 7 de la DEE, le financement doit provenir :

 - de sources publiques (européennes ou nationales), ou

 - d’une combinaison de sources publiques (européennes ou nationales) et de sources privées (par exemple, banques, fonds de placement, fonds de pension, parties obligées) visant explicitement la réalisation d’actions spécifiques qui donnent lieu à des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale.

(41) Arrêt Saras Energía, C-561/16 (ECLI : EU : C : 2018 : 633, point 37 concernant les articles 7 et 20 de la DEE).

(42) Voir aussi l’arrêt Saras Energía, C-561/16 (ECLI : EU : C : 2018 : 633, points 30 à 33).

4.2.3. Dispositions réglementaires et accords volontaires

Il s’agit de mesures de politique publique prises par un État membre, qui donnent lieu à l’application de technologies ou de techniques à bon rendement énergétique et qui ont pour effet de réduire la consommation d’énergie au stade de l’utilisation finale. Elles peuvent prendre la forme :

 - de mesures juridiquement contraignantes qui imposent des technologies ou techniques spécifiques, ou

 - d’accords volontaires aux termes desquels les entreprises ou les autorités locales s’engagent à mener certaines actions (43).

Les « parties volontaires » sont notamment « les entreprises ou les organismes publics qui se sont engagés à atteindre certains objectifs dans le cadre d’un accord volontaire ou au titre d’un instrument national de réglementation ».

(43) Appendice III.

4.2.4. Normes

Il s’agit de mesures de politique publique prises par un État membre, qui sont destinées à améliorer l’efficacité énergétique (par exemple) des produits, des services, des bâtiments et des véhicules (44). Les parties qui interviennent dans le cadre de ces mécanismes sont des « autorités publiques chargées de la mise en œuvre ».

4.2.5. Systèmes d’étiquetage énergétique

Il s’agit de mécanismes d’étiquetage établis par un État membre, à l’exception de ceux qui sont obligatoires en vertu du droit de l’Union européenne [ainsi, les économies découlant de l’application de règlements relatifs à l’étiquetage énergétique ou du règlement européen établissant un cadre pour l’étiquetage énergétique (45) ne peuvent être comptabilisées] (46).

D’autres mesures de politique publique mises en œuvre dans le même temps peuvent également avoir une incidence sur les économies d’énergie, de sorte que l’ensemble des changements observés depuis l’introduction de la mesure évaluée ne saurait être imputé à cette seule mesure. Il y a lieu d’examiner attentivement l’incidence d’un mécanisme d’étiquetage pour établir un lien avec l’action spécifique donnant lieu à des économies susceptibles de lui être imputées.

(44) Appendice III.

(45) Règlement (UE) 2017/1369 du Parlement européen et du Conseil du 4 juillet 2017 établissant un cadre pour l’étiquetage énergétique et abrogeant la directive 2010/30/UE (JO L 198 du 28.7.2017, p. 1).

(46) Appendice III.

4.2.6. Mesures en matière d’enseignement et de formation, incluant des programmes de conseil en matière d’énergie

Il s’agit de mesures de politique publique prises par un État membre, qui conduisent à l’application de technologies ou de techniques à bon rendement énergétique et qui ont pour effet de réduire la consommation d’énergie au stade de l’utilisation finale au moyen (par exemple) de programmes de formation pour les auditeurs énergétiques, de programmes d’enseignement pour les gestionnaires de l’énergie ou de programmes de conseil en énergie pour les ménages.

Il convient de noter :

 - que ces mesures doivent être suivies par une « autorité publique chargée de la mise en œuvre » ; et

 - qu’il faut examiner attentivement leur incidence afin d’établir :

 - un lien entre l’activité de formation ou d’enseignement et l’action spécifique susceptible de lui être imputée, et

 - la période durant laquelle ces programmes peuvent se poursuivre pour avoir un effet (47).

(47) Appendice III.

4.2.7. Autres mesures alternatives

La liste des mesures alternatives de politique publique n’est pas exhaustive et d’autres mesures de politique publique peuvent être appliquées. Toutefois, les États membres doivent expliquer dans leur notification à la Commission de quelle manière un niveau équivalent d’économies, de suivi et de vérification est atteint (48).

La réduction de la consommation énergétique et l’utilisation d’énergie produite à partir de sources renouvelables dans les bâtiments sont des mesures importantes de réduction de la dépendance énergétique et des émissions de gaz à effet de serre, notamment dans la perspective des objectifs ambitieux que l’Union européenne a définis en matière de climat et d’énergie pour 2030 et de l’engagement global qu’elle a pris dans le cadre de l’accord de Paris. Par conséquent, les mesures de politique publique qui promeuvent l’installation, sur ou dans les bâtiments, de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables peuvent également entrer en ligne de compte pour l’exécution de l’obligation d’économies d’énergie (49).

Les mesures doivent être conçues pour produire des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale en fonction de la technologie qu’elles remplacent. Par exemple, il est possible de tenir compte des économies résultant du passage à des systèmes de chauffage ou de refroidissement ou des technologies de production d’eau chaude plus économes en énergie dans les bâtiments, en faisant appel ou non aux énergies renouvelables. Ces économies entrent en ligne de compte même si la mesure alternative de politique publique n’est pas conçue au premier chef pour améliorer l’efficacité énergétique, à condition que l’État membre puisse montrer qu’elles sont additionnelles, mesurables et vérifiables selon les méthodes et principes énoncés à l’annexe V de la DEE.

(48) Appendice XII.

(49) Appendice X.

4.2.8. Taxes sur l’énergie ou le CO2

Les mesures fiscales prises par les États membres pour réduire la consommation d’énergie au stade de l’utilisation finale peuvent entrer en ligne de compte. Les États membres peuvent également combiner des mesures fiscales avec d’autres mesures telles que les subventions (50).

La fiscalité à des fins d’efficacité énergétique vise principalement à corriger les défaillances du marché causées par la consommation d’énergie en imposant une taxe ou un prélèvement sur certains types de sources d’énergie ou d’utilisations de l’énergie. La taxe sur le CO2 ou la taxe carbone peut également susciter des actions spécifiques destinées à favoriser le passage à des sources d’énergie émettant moins de CO2. Toutefois, il convient de noter qu’exercer un contrôle sur les sources n’entraîne pas nécessairement des améliorations de l’efficacité énergétique.

L’objectif des mesures fiscales est de faire payer aux consommateurs et aux producteurs le coût social du bien (y compris sous la forme d’émissions de carbone et d’effet de serre).

En pratique, ces mesures (51) prennent généralement la forme :

 - de mesures directes, qui comprennent des redevances directement liées à l’« externalité» , à savoir l’activité qui impose un effet à un tiers non lié. Ce type de mesure suppose implicitement que la défaillance du marché peut être observée et quantifiée. Les taxes sur les émissions de carbone en sont un exemple ; et

 - de mesures indirectes, qui sont des taxes liées au consommable à l’origine de l’externalité (par exemple, les carburants qui produisent des émissions de carbone) ou aux consommables qui y sont liés (par exemple, les voitures qui utilisent ces carburants).

Les États membres peuvent prendre de nouvelles mesures fiscales aux fins de l’obligation d’économies d’énergie pour la nouvelle période (2021-2030) et/ou continuer d’appliquer les mesures existantes prises au titre de la première période (2014-2020).

Dans la détermination du volume d’économies pouvant être déclaré comme additionnel (52), l’annexe V, point 2 a), prévoit que « les États membres prennent en considération la manière dont l’utilisation de l’énergie et la demande en énergie évolueraient sans la mesure de politique publique en question en tenant compte au moins des facteurs suivants :  évolution de la consommation d’énergie, changements de comportement du consommateur, progrès technologique et modifications dues à d’autres mesures mises en œuvre au niveau de l’Union et au niveau national ».

En outre, les États membres devraient tenir compte des exigences de l’annexe V, point 4, pour calculer l’incidence de mesures fiscales :

« a) seules peuvent être prises en compte les économies d’énergie résultant de mesures de taxation qui dépassent les niveaux minimaux de taxation applicables aux combustibles et carburants prévus par les directives 2003/96/CE du Conseil ou 2006/112/CE du Conseil ;

b) les données concernant l’élasticité des prix pour le calcul de l’incidence des mesures de taxation (énergie) représentent la réactivité de la demande énergétique aux variations de prix et sont issues de sources officielles récentes et représentatives ;

c) les économies d’énergie résultant de mesures d’accompagnement de nature fiscale, notamment d’incitations fiscales ou de versements à un fonds, sont comptabilisées séparément ».  

Les États membres devraient mettre en œuvre des mesures qui visent à dépasser les niveaux minimaux prévus par le droit de l’Union européenne, et notamment :

 - les niveaux minimaux de taxation des produits énergétiques et de l’électricité (53) ; et

 - les dispositions relatives au système commun de TVA (54) concernant les produits et les biens consommateurs d’énergie.

Pour le calcul de l’incidence de leurs mesures de taxation (de l’énergie), les États membres devraient tenir compte des données concernant l’élasticité des prix (qui représentent la réactivité de la demande énergétique aux variations de prix), qui sont issues de sources officielles récentes et représentatives (55). En vertu de l’annexe III, point 3.3 f), du règlement sur la gouvernance, les États membres doivent fournir des informations sur leur méthode de calcul, y compris la manière dont les élasticités des prix sont utilisées et la manière dont elles ont été déterminées, conformément à l’annexe V, point 4, de la DEE.

Aux fins de l’annexe V, point 4 c), de la DEE, il est important de déterminer la manière dont les mesures fiscales interagissent avec d’autres mesures de politique publique. Pour le calcul des incidences de mesures fiscales utilisées en combinaison avec d’autres mesures, les États membres sont vivement invités à utiliser :

 - soit l’élasticité à court terme uniquement, soit

 - l’élasticité à court terme et l’élasticité à long terme, mais à ne pas attribuer d’économies d’énergie aux autres mesures (ce qui revient à traiter la mesure fiscale comme la principale mesure de politique publique dans un ensemble de mesures).

Pour les mesures fiscales mises en œuvre avant la période d’obligation 2021-2030, les États membres devraient prêter une attention particulière au deuxième alinéa de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE :  « [l]es États membres peuvent comptabiliser les économies d’énergie résultant de mesures de politique publique, qu’elles aient été introduites au plus tard le 31 décembre 2020 ou après cette date, à condition que ces mesures produisent de nouvelles actions spécifiques menées après le 31 décembre 2020 ».

Si un État membre met en œuvre une combinaison de mesures fiscales et de subventions, il doit comptabiliser séparément les économies d’énergie découlant des mesures fiscales et celles découlant des mesures de politique publique qui les accompagnent (y compris les incitations fiscales).

L’utilisation d’estimations de l’élasticité à court terme tout au long de la période cible réduira le risque de double comptabilisation des économies.

(50) Voir l’appendice IV.

(51) Voir l’appendice IV.

(52) Voir l’appendice IV.

(53) Directive 2003/96/CE du Conseil du 27 octobre 2003 restructurant le cadre communautaire de taxation des produits énergétiques et de l’électricité (JO L 283 du 31.10.2003, p. 51).

(54) Directive 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au système commun de taxe sur la valeur ajoutée (JO L 347 du 11.12.2006, p. 1).

(55) Voir l’appendice IV.

4.3. Mesures de politique publique destinées à réduire la précarité énergétique

Au titre de l’article 7, paragraphe 11, de la DEE, lorsqu’ils élaborent des mesures de politique publique en vue de satisfaire à leurs obligations de réaliser des économies d’énergie, les États membres doivent prendre en considération la nécessité de réduire la précarité énergétique en exigeant, dans la mesure nécessaire, qu’une partie des mesures d’efficacité énergétique relevant des mécanismes nationaux d’obligations en matière d’efficacité énergétique, des mesures alternatives de politique publique, ou des programmes ou mesures financés au titre d’un Fonds national pour l’efficacité énergétique, soit mise en œuvre en priorité en faveur des ménages vulnérables, y compris ceux qui se trouvent en situation de précarité énergétique, et, le cas échéant, dans les logements sociaux (56).

Aux fins des plans nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat, les États membres doivent évaluer le nombre de ménages en situation de précarité énergétique, conformément à l’article 3, paragraphe 3, point d), du règlement sur la gouvernance (57).

En tenant compte de leurs pratiques existantes, les États membres devraient définir des critères pour la manière dont ils entendent répondre à la précarité énergétique dans leurs mesures de politique publique. Les mesures à long terme destinées à rénover et à améliorer la performance énergétique du parc immobilier, qui doivent être adoptées en vertu de la directive sur la performance énergétique des bâtiments (ci-après la « DPEB ») (58), profiteront également à ceux qui sont touchés par la précarité énergétique. Au titre de l’article 2 bis de la DPEB, les États membres doivent produire des stratégies de rénovation à long terme pour soutenir la rénovation du parc national de bâtiments résidentiels et non résidentiels, tant publics que privés, en vue de la constitution d’un parc immobilier à haute efficacité énergétique et décarboné d’ici à 2050.

Ces stratégies doivent :

 - faciliter la transformation rentable de bâtiments existants en bâtiments dont la consommation d’énergie est quasi nulle ; et

 - exposer les grandes lignes de l’action nationale utile destinée à contribuer à réduire la précarité énergétique (59).

Depuis son entrée en vigueur et sa transposition/mise en œuvre en droit interne, cette exigence de prendre en compte la nécessité de réduire la précarité énergétique s’applique aux mesures prises dans le cadre de mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique et de mesures alternatives de politique publique. Les États membres sont libres de décider du type de mesures de politique publique qu’ils entendent utiliser, les deux étant considérées comme équivalentes. Toutefois, les mesures choisies doivent être destinées à réduire la précarité énergétique.

L’Observatoire européen de la précarité énergétique est une initiative de la Commission destinée à aider les États membres à améliorer la mesure, le suivi et le partage des connaissances et des bonnes pratiques en matière de précarité énergétique. Il a vocation à aider les États membres à concevoir les mesures de politique publique. La rubrique « Policies & Measures » (politiques et mesures) du site internet de l’observatoire (60) propose des exemples de types particuliers de politiques et de mesures.

(56) Appendice V.

(57) Les États membres devraient évaluer, dans leurs plans nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat, le nombre de ménages en situation de précarité énergétique, en tenant compte des services énergétiques domestiques indispensables pour garantir un niveau de vie basique dans le contexte national en question, de la politique sociale existante et des autres politiques pertinentes, ainsi que des orientations indicatives de la Commission concernant des indicateurs pertinents, notamment la dispersion géographique, qui reposent sur une approche commune de la précarité énergétique. Si un État membre constate qu’il compte un nombre élevé de ménages en situation de précarité énergétique, cet État inclut dans son plan un objectif national indicatif de réduction de la précarité énergétique.

(58) Directive 2010/31/UE du Parlement européen et du Conseil du 19 mai 2010 sur la performance énergétique des bâtiments (JO L 153 du 18.6.2010, p. 13).

(59) Le considérant 11 de la directive (UE) 2018/844 du Parlement européen et du Conseil (JO L 156 du 19.6.2018, p. 75), qui modifie la DPEB et la DEE, dispose que « [l]a nécessité d’atténuer la précarité énergétique devrait également être prise en compte, conformément aux critères définis par les États membres. Lorsqu’ils posent les grandes lignes des actions nationales qui contribuent à atténuer la précarité énergétique dans le cadre de leurs stratégies de rénovation, les États membres sont en droit de définir les actions qu’ils jugent utiles ».

(60) https : //www.energypoverty.eu/policies-measures

4.4. Choix des secteurs

Les États membres ont toute latitude pour cibler un ou plusieurs secteurs particuliers afin de satisfaire à l’obligation d’économies d’énergie, en introduisant des mesures de politique publique conformément aux articles 7 bis ou 7 ter de la DEE (61). Au titre des points 3.1, 3.2 et 3.3 de l’annexe III du règlement sur la gouvernance, ils doivent fournir des informations sur le ou les secteurs (et, dans le cas des mesures de taxation, le segment de contribuables) ciblés par chaque mesure. L’annexe V, point 2 d), de la DEE autorise les mesures destinées à améliorer l’efficacité énergétique des produits, des équipements, des systèmes de transport, des véhicules et carburants, des bâtiments et éléments de bâtiments (62), des processus ou des marchés.

Le cas échéant, il convient que ces mesures soient compatibles avec les cadres d’action nationaux établis en application de la directive 2014/94/UE du Parlement européen et du Conseil (63). Par exemple, les États membres pourraient cibler le secteur du bâtiment ou le secteur industriel.

Selon les évaluations des économies d’énergie réalisées et attendues notifiées par les États membres dans leurs rapports annuels et dans leurs plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique au titre de l’article 24 de la DEE, il est escompté que :

 - la plus grande partie des économies sera, de manière générale, réalisée par les mesures ciblant les bâtiments (soutenues, par exemple, par des mécanismes de financement des rénovations) ;

 - les deuxième et troisième plus grandes contributions proviendront de l’industrie et des transports ; et

 - le mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique (politique intersectorielle) produira la plus grande proportion d’économies par mesure de politique publique ; il cible également les bâtiments, par le biais de mesures qui promeuvent le remplacement de systèmes de chauffage, etc. (64). D’autres secteurs présentant un potentiel d’économies d’énergie non exploité (par exemple, les transports et l’eau) pourraient contribuer à satisfaire à l’obligation d’économies d’énergie en 2021-2030.

(61) Voir les appendices II et III.

(62) L’article 2, paragraphe 9, de la directive sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB) définit le terme « élément de bâtiment » comme un système technique de bâtiment ou un élément de l’enveloppe du bâtiment.

(63) Directive 2014/94/UE du Parlement européen et du Conseil du 22 octobre 2014 sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs (JO L 307 du 28.10.2014, p. 1).

(64) Voir Economidou et al., 2018, Assessment of the Second National Energy Efficiency Action Plans under the Energy Efficiency directive (Évaluation des deuxièmes plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique au titre de la directive relative à l’efficacité énergétique). EUR 29272 EN, Office des publications de l’Union européenne, Luxembourg, 2018, ISBN 978-92-79-87946-3, doi : 10.2760/780472, JRC 110304 (rapport disponible à l’adresse suivante :  https : //ec.europa.eu/jrc/en/publication/eur-scientific-and-technical-research-reports/assessment-second-national-energy-efficiency-action-plans-under-energy-efficiency-directive), et Tsemekidi-Tzeiranaki et al., 2019, Analysis of the Annual Reports 2019 under the Energy Efficiency directive (Analyse des rapports annuels pour 2019 au titre de la directive relative à l’efficacité énergétique). EUR 29667 EN, Publications.

4.4.1. Secteur des transports

Sur la base des rapports des États membres, la Commission a conclu, dans son analyse d’impact de 2016, que 6 % des économies d’énergie au titre de l’article 7 pourraient être associées aux mesures ciblant le secteur des transports (65).

Depuis les premiers plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique en 2014 et, tout récemment, dans leurs plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique de 2017, les États membres ont mis à jour leurs listes de mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique et de mesures alternatives de politique publique, et ont notifié plus de mesures concernant les transports. En conséquence, la proportion (potentielle) d’économies d’énergie réalisées dans le secteur des transports en 2014-2020 pourrait être encore plus importante que ne le prévoit l’analyse d’impact.

Étant donné que la consommation d’énergie finale dans le secteur des transports est incluse dans la méthode de calcul, cela peut en faire un secteur évident à cibler pour satisfaire à l’obligation d’économies pour la période 2021-2030.

Exemples

Les mesures de politique publique pourraient promouvoir des véhicules plus économes en énergie [dépassant les niveaux minimaux définis dans les règlements (CE) n° 443/2009 (66), (UE) n° 510/2011 (67) ou (UE) 2019/631 du Parlement européen et du Conseil (68), ou dans la directive révisée sur les véhicules propres (69)], un transfert modal vers le vélo, la marche et les transports en commun, ou des plans de mobilité et d’urbanisme qui réduisent la demande de transport.

Les mesures qui accélèrent l’adoption de véhicules neufs, plus économes en énergie, ou les politiques qui encouragent la transition vers des carburants plus performants qui réduisent la consommation d’énergie par kilomètre peuvent également entrer en ligne de compte, sous réserve des critères de matérialité et d’additionnalité (voir l’annexe V, point 2, de la DEE).

(65) Appendice VII.

(66) Règlement (CE) n° 443/2009 du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009 établissant des normes de performance en matière d’émissions pour les voitures particulières neuves dans le cadre de l’approche intégrée de la Communauté visant à réduire les émissions de CO2 des véhicules légers (JO L 140 du 5.6.2009, p. 1).

(67) Règlement (UE) n° 510/2011 du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2011 établissant des normes de performance en matière d’émissions pour les véhicules utilitaires légers neufs dans le cadre de l’approche intégrée de l’Union visant à réduire les émissions de CO2 des véhicules légers (JO L 145 du 31.5.2011, p. 1).

(68) Règlement (UE) 2019/631 du Parlement européen et du Conseil du 17 avril 2019 établissant des normes de performance en matière d'émissions de CO2 pour les voitures particulières neuves et pour les véhicules utilitaires légers neufs, et abrogeant les règlements (CE) n° 443/2009 et (UE) n° 510/2011 (JO L 111 du 25.4.2019, p. 13).

(69) Directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive 2009/33/CE relative à la promotion de véhicules de transport routier propres et économes en énergie (non encore parue au Journal officiel).

4.4.2. Secteur de l’eau

L’énergie et l’eau sont étroitement liées dans la vie économique et à de nombreux niveaux (« couple eau-énergie »). L’eau est nécessaire au secteur énergétique, par exemple, pour le refroidissement, le stockage, les biocombustibles ou l’hydroélectricité. L’énergie est nécessaire à l’eau, par exemple, pour le pompage, le traitement et le dessalement (70).

Le secteur de la production d’énergie est le plus gros consommateur d’eau, représentant 44 % de la consommation (71). Les secteurs de l’eau potable et du traitement des eaux usées représentent 3,5 % de la consommation d’électricité dans l’Union européenne, et cette proportion devrait augmenter (72). Dans le même temps, les fuites représentent 24 % du total de l’eau consommée dans l’Union européenne, ce qui représente un gaspillage et une perte considérable sur le plan des ressources en eau et de l’énergie utilisée pour traiter ces ressources.

Avec l’entrée en vigueur du règlement sur la gouvernance et de la DEE, le principe de « primauté de l’efficacité énergétique » s’applique. Le secteur de l’eau peut faire partie des bénéficiaires de ce principe.

Une gestion de l’eau efficace et moins énergivore peut donner lieu à d’importantes économies d’énergie. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), 10 % des prélèvements d’eau dans le monde sont liés à la production d’énergie, et ce chiffre devrait augmenter sensiblement avec la promotion de plusieurs procédés sobres en carbone mais gourmands en eau, y compris la production d’électricité, la production de biocombustibles et le captage et le stockage du carbone (73). Par conséquent, les États membres pourraient étudier le potentiel d’économies d’énergie que présenterait l’utilisation de technologies et de procédés intelligents.

En s’efforçant de tirer pleinement parti du potentiel d’économies d’énergie offert par les technologies et procédés intelligents - que la DEE encourage les États membres à utiliser (74) - les États membres pourraient trouver des solutions pour rompre le lien entre consommation d’énergie et consommation d’eau.

Les États membres pourraient, par exemple, évaluer le potentiel de la construction de systèmes doubles permettant de séparer le traitement des eaux pluviales et le traitement des eaux usées. Cela pourrait réduire le besoin en équipements supplémentaires de traitement des eaux, susceptibles d’entraîner une augmentation de la consommation d’énergie.

Les États membres ont notifié un nombre limité de mesures concernant l’eau pour satisfaire à l’obligation d’économies d’énergie prévue à l’article 7. La plus courante est la production d’eau chaude au moyen de capteurs solaires (en lieu et place des énergies non renouvelables) ou de chauffe-eau au gaz plus économes en énergie, mais ces mesures concernent la production de chaleur plutôt que la production d’eau.

Des mesures de politique publique concernant la production d’eau potable à bon rendement énergétique pourraient être envisagées sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement (distribution, utilisation et traitement des eaux usées). À ce jour, les principaux objectifs nationaux ont consisté à lutter contre la pénurie d’eau et à améliorer la qualité de l’eau. Outre l’installation de pompes plus économes en énergie, l’action notifiée engendre indirectement des économies d’énergie du fait d’une demande réduite en eau ou de la réutilisation de l’eau.

Le potentiel d’économies d’énergie dans le secteur de l’eau réside :

 - dans la réduction de la quantité d’énergie utilisée pour produire et traiter différents types d’eau, et

 - dans la réduction de la demande d’eau et des fuites dans les réseaux, ce qui se traduirait par une diminution des besoins énergétiques pour le pompage et le traitement.

Les économies d’énergie dans le secteur de l’eau peuvent soulager les budgets municipaux. Tout particulièrement lorsqu’une municipalité est propriétaire du service des eaux, la consommation d’électricité des équipements de traitement des eaux (usées) est susceptible de représenter une partie significative de sa facture d’électricité. Si l’on considère, par exemple, que la connaissance, l’expérience et les capacités peuvent varier fortement d’une municipalité à l’autre, des programmes régionaux ou nationaux peuvent s’avérer utiles pour faciliter le partage d’expériences, l’assistance technologique et les aides financières de nature à accroître le potentiel d’économies d’énergie.

Exemples à titre indicatif et non exhaustif

Les États membres pourraient prendre des mesures pour économiser l’énergie dans la production, l’utilisation et l’élimination de l’eau sous toutes ses formes à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement :

 - production d’eau potable (pompage, assainissement des eaux souterraines ou eaux de surface, dessalement de l’eau de mer) ;

 - réduction des pertes d’eau dans le réseau de distribution ;

 - réduction de la consommation d’eau par les utilisateurs finals (y compris pour les procédés industriels, l’irrigation, les ménages) ;

 - réduction de la consommation d’eau grâce à la recirculation de l’eau sanitaire ;

 - assainissement des eaux usées à des fins de réutilisation ou de rejet (pompage, procédés de traitement des eaux usées, récupération de chaleur) ; et

 - réduction de la consommation d’énergie pour le traitement des eaux pluviales (réduction de la charge du traitement sur les systèmes de collecte des eaux pluviales).

(70) Pour plus d’informations, voir l’étude du JRC « Water – Energy Nexus in Europe » (le couple eau-énergie en Europe), 2019, http : //publications.jrc.ec.europa.eu/repository/handle/JRC115853

(71) Voir le considérant 22.

(72) Voir le considérant 22.

(73) Pour plus d’informations, voir le « World Energy Outlook 2018 » (perspectives énergétiques mondiales 2018) de l’AIE, https : //www.iea.org/weo/water/

(74) Voir le considérant 22.

5. Impact de la révision sur la première période d’obligation

Les États membres doivent mettre en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour satisfaire à l’obligation modifiée en matière d’économies d’énergie au plus tard 18 mois après l’entrée en vigueur de la DEE, soit au plus tard le 25 juin 2020.

Les États membres doivent respecter :

 - les méthodes et principes communs pour le calcul de l’impact des mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique ou des autres mesures de politique publique (annexe V de la DEE) ;

 - l’exigence de prendre en considération la nécessité de réduire la précarité énergétique lorsqu’ils élaborent des mesures de politique publique (mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique et mesures alternatives de politique publique), bien que différentes mesures puissent être prises pour cibler les ménages touchés par la précarité énergétique (article 7, paragraphe 11, de la DEE) ;

 - la disposition prévoyant que les économies résultant de la mise en œuvre du droit de l’Union ne peuvent être déclarées, hormis les mesures de rénovation et le remplacement précoce par des appareils et des véhicules plus économes en énergie [annexe V, point 2 b), de la DEE] ;

 - l’exigence selon laquelle le calcul des économies d’énergie doit tenir compte de la durée de vie des mesures et du taux auquel les économies diminuent au fil du temps [annexe V, point 2 g), de la DEE, à compter de la date d’entrée en vigueur] ; et

 - l’exigence selon laquelle, lorsqu’elles s’acquittent de leur obligation d’économies, les entreprises de vente d’énergie au détail (dans le cadre du mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique) ne créent pas d’obstacles empêchant les consommateurs de changer de fournisseur (article 7 bis, paragraphe 3, de la DEE).

Les États membres peuvent transposer et mettre en œuvre la DEE modifiée avant la date limite. Dans ce cas, ils peuvent, pour le temps restant avant la fin de la première période d’obligation :

 - recourir à la dérogation prévue à l’article 7, paragraphe 8, de la DEE ;

 - recourir à la dérogation prévue à l’annexe V, point 2 b), de la DEE ; et

 - décider que les parties obligées peuvent satisfaire à l’obligation d’économies, en tout ou en partie, sous forme de contribution au Fonds national pour l’efficacité énergétique (article 20, paragraphe 6, de la DEE).

Les États membres qui se réfèrent à l’article 7, paragraphe 4, points a) à d), de la DEE pour le calcul du volume d’économies d’énergie requis pour la première période d’obligation doivent appliquer et calculer l’effet des options choisies séparément pour la première période, conformément à l’article 7, paragraphe 5, point a), de la DEE.

6. Comptabilisation des économies d’énergie au regard de l’obligation d’économies d’énergie

L’article 7, paragraphe 1, de la DEE prévoit que les deux périodes d’obligation [2014-2020, visée au point a) de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, de la DEE, et 2021-2030, visée au point b)] sont deux périodes séparées.

En principe, comme il avait déjà été prévu pour la première période, seules les économies d’énergie obtenues au cours d’une même période sont prises en compte dans la réalisation de l’obligation pour cette période, sauf indication contraire de la DEE.

Les États membres ne peuvent comptabiliser des économies d’énergie rétrospectivement. Autrement dit, au titre de l’article 7, paragraphe 7, de la DEE, les économies réalisées après le 31 décembre 2020 ne peuvent être comptabilisées dans le volume d’économies requis durant pour la période 2014-2020.

En vertu de l’article 7, paragraphe 1, deuxième alinéa, de la DEE, les États membres peuvent comptabiliser dans le volume requis pour 2021-2030 les économies résultant de mesures de politique publique introduites avant ou après le 31 décembre 2020, à condition que ces mesures produisent de nouvelles actions spécifiques menées après le 31 décembre 2020 (75).

En principe, les États membres peuvent comptabiliser les économies d’énergie obtenues au cours d’une année donnée uniquement pour cette année. Toutefois, l’article 7 bis, paragraphe 6, point b), de la DEE, permet à ceux qui ont établi un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique d’autoriser les parties obligées à comptabiliser les économies d’énergie obtenues au cours d’une année donnée comme si elles avaient été obtenues au cours de l’une des quatre années précédentes ou au cours de l’une des trois années suivantes, à condition que cela ne dépasse pas la durée de la période d’obligation concernée visée à l’article 7, paragraphe 1, de la DEE.

Exemple indicatif

Les économies réalisées en 2014 peuvent être comptabilisées pour 2017 (trois ans plus tard), mais les économies réalisées en 2024 ne peuvent être comptabilisées pour 2020, qui est pourtant l’une des quatre années précédentes, car 2020 appartient à une période d’obligation séparée.

L’article 7, paragraphe 8, de la DEE, prévoit une dérogation particulière à ce principe. Si un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique en vigueur à un moment donné entre le 31 décembre 2009 et le 31 décembre 2014 a permis à une partie obligée de reporter ou d’anticiper [article 7 bis, paragraphe 6, point b), de la DEE], l’État membre en question peut comptabiliser les économies d’énergie obtenues au cours de n’importe quelle année après 2010 et avant le 1er janvier 2014 comme si elles avaient été obtenues après le 31 décembre 2013 et avant 1er janvier 2021, à condition que l’ensemble des exigences de l’article 7, paragraphe 8, de la DEE, soient respectées :

« a) le mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique a été en vigueur à un moment donné entre le 31 décembre 2009 et le 31 décembre 2014 et figurait dans le premier plan national d’action en matière d’efficacité énergétique de l’État membre soumis au titre de l’article 24, paragraphe 2 ;

b) les économies ont été réalisées dans le cadre du mécanisme d’obligations ;

c) les économies sont calculées selon les dispositions de l’annexe V ; et

d) les années pour lesquelles les économies sont comptabilisées comme ayant été réalisées ont été consignées dans le plan national d’action en matière d’efficacité énergétique. » 

(75) Voir les définitions fournies au point 4.

7. Méthodes et principes communs pour le calcul de l’impact des mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique ou des autres mesures de politique publique arrêtées au titre des articles 7, 7 bis et 7 ter et de l’article 20, paragraphe 6

L’article 7, paragraphe 9, de la DEE, requiert des États membres qu’ils veillent à ce que les économies qui résultent des mesures de politique publique visées aux articles 7 bis et 7 ter et à l’article 20, paragraphe 6, soient calculées conformément à l’annexe V de la DEE.

7.1. Méthodes de mesure

7.1.1. Méthodes de mesure pour les mesures de politique publique autres que les mesures de taxation

L’annexe V, point 1, de la DEE, énonce les méthodes de calcul des économies d’énergie autres que celles produites par des mesures de taxation aux fins des articles 7, 7 bis et 7 ter, et de l’article 20, paragraphe 6, de la DEE.

Les parties obligées, volontaires ou délégataires et les autorités publiques chargées de la mise en œuvre peuvent utiliser les méthodes suivantes pour calculer les économies d’énergie :

« a) économies attendues, en référence aux résultats obtenus grâce à des améliorations énergétiques précédentes, contrôlées de manière indépendante, dans des installations similaires. L’approche générique est appelée “ex ante” ;

b) économies relevées, lorsque les économies réalisées grâce à la mise en place d’une mesure ou d’un paquet de mesures sont déterminées via l’enregistrement de la réduction réelle de l’utilisation d’énergie, compte dûment tenu de facteurs tels que l’additionnalité, l’occupation, les niveaux de production et les conditions climatiques qui peuvent affecter la consommation. L’approche générique est appelée “ex post” ;

c) économies estimées, lorsque des estimations techniques des économies sont utilisées. Cette méthode peut être utilisée uniquement quand l’établissement de données mesurées incontestables pour une installation donnée est difficile ou représente un coût disproportionné, comme en cas de remplacement d’un compresseur ou d’un moteur électrique fournissant un taux de kWh différent de celui pour lequel une information indépendante sur les économies a été mesurée, ou lorsque lesdites estimations sont réalisées sur la base de méthodes et de critères de référence établis au niveau national par des experts qualifiés ou agréés, indépendants des parties obligées, volontaires ou délégataires ;

d) économies estimées par enquête, lorsqu’il s’agit de déterminer la réaction des consommateurs face aux conseils, aux campagnes d’information, aux systèmes d’étiquetage ou de certification ou aux compteurs intelligents. Cette approche ne peut être utilisée que pour les économies obtenues grâce aux changements de comportement du consommateur. Elle ne peut être utilisée pour des économies résultant de la mise en œuvre de mesures physiques.» 

7.1.2. Méthodes de mesure pour les mesures de taxation

Pour déterminer les économies d’énergie découlant des mesures de politique publique liées à la taxation introduites conformément à l’article 7 ter de la DEE (76), les principes énoncés à l’annexe V, point 4, de la DEE, s’appliquent :

« a) seules peuvent être prises en compte les économies d’énergie résultant de mesures de taxation qui dépassent les niveaux minimaux de taxation applicables aux combustibles et carburants prévus par les directives 2003/96/CE du Conseil ou 2006/112/CE du Conseil ;

b) les données concernant l’élasticité des prix pour le calcul de l’incidence des mesures de taxation (énergie) représentent la réactivité de la demande énergétique aux variations de prix et sont issues de sources officielles récentes et représentatives ;

c) les économies d’énergie résultant de mesures d’accompagnement de nature fiscale, notamment d’incitations fiscales ou de versements à un fonds, sont comptabilisées séparément. » 

(76) Voir l’appendice IV.

7.2. Durée de vie des mesures et taux de diminution au cours de cette durée

L’annexe V, point 2 i), de la DEE prévoit que « le calcul des économies d’énergie doit tenir compte de la durée de vie des mesures et du taux auquel les économies diminuent au fil du temps. Ce calcul tient compte des économies que chaque action permet de réaliser entre la date de sa mise en œuvre et le 31 décembre 2020 ou le 31 décembre 2030, selon le cas. Les États membres peuvent aussi opter pour une autre méthode dont ils estiment qu’elle permettra de réaliser au minimum le même volume total d’économies. Lorsqu’ils utilisent une autre méthode, les États membres s’assurent que le volume total des économies d’énergie ainsi calculé n’excède pas le volume des économies d’énergie auquel ils seraient parvenus en calculant les économies que chaque action permettra de réaliser entre la date de sa mise en œuvre et le 31 décembre 2020 ou le 31 décembre 2030, selon le cas ».

Le concept de « durée de vie » d’une action d’économies d’énergie donnée fait référence au fait que les économies peuvent ne pas être obtenues uniquement au cours de l’année de la mise en œuvre, mais également au cours des années qui suivent. Par conséquent, la « durée de vie » est la période durant laquelle l’action continuera de générer des économies mesurables.

En calculant les économies d’énergie tout au long de la durée de vie d’une action, les États membres peuvent :

 - attribuer à chaque action les économies « réelles » qu’elle engendrera entre l’année de sa mise en œuvre et la fin de la deuxième période d’obligation (à savoir le 31 décembre 2030), ce qui est la méthode dite « simple » (77).

L’attribution d’économies au-delà de 2030 n’est pas autorisée. Les États membres ne peuvent comptabiliser les économies découlant de mesures de politique publique introduites avant 2030 aux fins de l’obligation d’économies d’énergie post-2030 que si ces mesures donnent lieu à une nouvelle action spécifique au cours de la période d’obligation suivante ;

 - appliquer une « valeur d’indice » qui reflète la durée de vie attendue (78) ;

 - « plafonner » la durée de vie attribuée à chaque action (79) : par exemple, l’État membre pourrait « plafonner » la durée de vie à 5 ans. Les États membres qui utilisent cette méthode doivent s’assurer que le résultat n’est pas supérieur à celui obtenu en appliquant la méthode « simple » ; ou

 - utiliser des durées de vie complètes, mais « actualiser » les économies des années futures (80) : avec cette méthode, l’État membre pourrait actualiser les économies réalisées au cours des années suivantes à un taux de 10 % par an, si ce taux est raisonnable. Là encore, il doit s’assurer que le résultat n’est pas supérieur à celui obtenu en appliquant la méthode « simple ».

Lorsqu’ils comptabilisent, dans le volume cumulé requis d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale, les économies résultant d’une mesure de politique publique, les États membres doivent tenir compte :

i) du moment où la mesure est mise en œuvre ;

ii) du volume d’économies d’énergie annuelles ; et

iii) de la question de savoir si la mesure générera encore des économies d’énergie en 2030 (81).

S’agissant des mesures de politique publique visant les bâtiments, la norme européenne EN 15459-1 : 2017 (82) fournit déjà des lignes directrices pour l’évaluation des durées de vie.

Il conviendra d’apporter un soin particulier à la déclaration de la durée de vie des mesures à finalité comportementale qui ne sont pas associées à l’installation de mesures physiques (83). Les mesures à finalité comportementale sont fortement réversibles étant donné que la durée effective d’un comportement énergétiquement vertueux peut dépendre de facteurs très divers. Si, par exemple, le comportement vertueux recherché est la conduite écologique, les effets d’une formation à la conduite écologique peuvent durer quelques jours seulement, mais ils peuvent également durer plusieurs années, en fonction des conducteurs et du type de formation.

Exemples de la manière dont la durée de vie des mesures pourrait être comptabilisée

1. La méthode « simple » 

Une action spécifique (par exemple, un remplacement de fenêtres) engendre une économie d’énergie de 1 tep par an et continue d’engendrer cette économie année après année. Si l’action est menée en 2021, elle engendrera une économie de 1 tep en 2021 et de 1 tep chaque année suivante jusqu’en 2030, soit au total 10 tep jusqu’en 2030. Si l’action est menée en 2022, elle engendrera une économie de 1 tep chaque année de 2022 à 2030, soit au total 9 tep. Si elle est menée en 2030, elle contribuera à satisfaire l’exigence uniquement cette année-là, soit au total 1 tep.

Un État membre doit réaliser une économie de 65 Mtep sur l’ensemble de la période et entend réaliser cet objectif au moyen d’une campagne d’information par an débouchant, par exemple, sur un million d’actions (une étude a démontré que l’efficacité de chaque action est de 1 tep), et d’un million de remplacements de fenêtres par an (la valeur attendue de chaque remplacement est estimée être de 1 tep). Chacune des campagnes d’information engendrerait une économie de 1 Mtep dans l’année au cours de laquelle elle est menée, et les 10 campagnes, 10 Mtep au total au cours de la période de 10 ans se terminant le 31 décembre 2030. Les économies équivaudront à 10 Mtep pour le million de fenêtres remplacées la première année, à 9 Mtep pour le million de fenêtres remplacées la deuxième année, à 8 Mtep la troisième, à 7 Mtep la quatrième, à 6 Mtep la cinquième, à 5 Mtep la sixième, à 4 Mtep la septième, à 3 Mtep la huitième, à 2 Mtep la neuvième et à 1 Mtep la dixième, soit 55 Mtep au total le 31 décembre 2030. Les économies découlant des campagnes d’information et des remplacements de fenêtres s’élèvent donc à 10 Mtep + 55 Mtep = 65 Mtep.

À l’inverse, une action d’une durée moins longue (par exemple, une campagne d’information) peut engendrer une économie de 1 tep dans l’année de sa mise en œuvre et aucune par la suite. Quelle que soit l’année de la mise en œuvre entre 2021 et 2030, sa contribution sera de 1 tep.

Si un État membre introduit principalement des actions spécifiques à courte durée de vie au début de la période d’obligation de 10 ans, il lui faudra prendre des mesures supplémentaires pour réaliser les économies requises au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), de la DEE.

La méthode « simple » remplit clairement la condition selon laquelle la méthode de calcul doit permettre d’aboutir à la quantité requise d’économies effectivement réalisées. Toutefois, les États membres peuvent envisager des méthodes alternatives qu’ils jugent plus appropriées.

2. Méthode de la « valeur d’indice » 

Une autre méthode consiste à donner à chaque action une « valeur d’indice » qui en reflète la durée de vie attendue. Une campagne d’information pourrait se voit donner une valeur d’indice de 0,25, alors qu’un remplacement de fenêtre pourrait se voir donner une valeur d’indice de 6. Si chacune de ces actions engendre une économie de 1 tep par an, les économies attribuées à une campagne d’information s’élèveront à (1 × 0,25 tep) = 0,25 tep. Les économies attribuées à un remplacement de fenêtres, quelle que soit l’année de la mise en œuvre, s’élèveront à (1 × 6 tep) = 6 tep.

Les campagnes d’information seraient alors comptabilisées comme produisant des économies de 0,25 Mtep dans l’année au cours de laquelle elles sont menées, soit 2,5 Mtep au total pour 10 campagnes durant la période de 10 ans se terminant fin 2030. Si 7 millions de remplacements de fenêtres sont effectués au cours de la période, les économies engendrées seront de 7 Mtep, à multiplier par 6, soit 42 Mtep. Les économies découlant des campagnes d’information et des remplacements de fenêtres seraient alors comptabilisées comme suit :  2,5 Mtep + 42 Mtep = 44,5 Mtep.

Un État membre qui utilise cette méthode doit s’assurer que le résultat n’est pas supérieur à celui obtenu en appliquant la méthode « simple ».

3. Méthode du « plafonnement » 

Une autre méthode consiste à « plafonner » la durée de vie attribuée à des actions spécifiques. Par exemple, un « plafonnement » de 5 ans pourrait être choisi. Les économies attribuées à une campagne d’information seraient de 1,25 Mtep, par exemple, 0,25 Mtep en 2022, 0,25 Mtep en 2023, 0,25 Mtep en 2024, 0,25 Mtep en 2025 et 0,25 Mtep en 2026. Les économies attribuées à un remplacement de fenêtres, quelle que soit l’année de la mise en œuvre, seraient de (1 × 5) = 5 Mtep, par exemple, 1 Mtep en 2022, 1 Mtep en 2023, 1 Mtep en 2024, 1 Mtep en 2025 et 1 Mtep en 2026.

Là encore, un État membre qui utilise cette méthode doit s’assurer que le résultat n’est pas supérieur à celui obtenu en appliquant la méthode « simple ».

Pour rendre compte de la pleine valeur d’une mesure de politique publique en matière d’efficacité énergétique, l’annexe V, point 2 i), de la DEE impose aux États membres de tenir compte de la diminution des économies d’énergie tout au long de la durée de vie de chaque mesure (84). L’intention est de s’assurer que les économies sont comptabilisées de manière réaliste étant donné que, par exemple, un nouveau produit à bon rendement énergétique peut ne pas générer les mêmes économies d’énergie au bout de quelques années d’utilisation (85). Par conséquent, les États membres doivent en tenir compte dans leur méthodologie. Le taux de diminution peut varier en fonction du type de mesure de politique publique et il doit être notifié et expliqué par chaque État membre, conformément à l’annexe V, point 2 i), de la DEE (86).

(77) SWD(2013) 451 final, considérants 47 et 49 à 52.

(78) SWD(2013) 451 final, considérant 53.

(79) SWD(2013) 451 final, considérant 54.

(80) SWD(2013) 451 final, considérant 55.

(81) Lees, E., et Bayer, E. (février 2016), Toolkit for energy efficiency obligations (Boîte à outils pour les obligations en matière d’efficacité énergétique) (Regulatory Assistance Project) ; http : //www.raponline.org/document/download/id/8029

(82) Energy performance of buildings  -  Economic evaluation procedure for energy systems in buildings  -  Part 1 (Performance énergétique des bâtiments  -  Procédure d’évaluation économique des systèmes énergétiques dans les bâtiments  -  Partie 1) :  Calculation procedures (Procédures de calcul) ; https : //www.en-standard.eu/din-en-15459-1-energy-performance-of-buildings-econo…

(83) Voir également l’annexe VI et l’appendice VIII.

(84) Pour plus d’explications et d’exemples, voir l’appendice VIII.

(85) Pour plus d’explications et d’exemples, voir l’appendice VIII.

(86) Voir également l’appendice VIII.

7.3. Additionnalité

L’exigence d’additionnalité doit être prise en compte dans la détermination des économies d’énergie pour tous les types de mesures de politique publique. Les principes de base sont énoncés à l’annexe V, points 2 a) et b), de la DEE :

« a) il est démontré que l’économie s’ajoute à celle qui aurait de toute façon été générée sans l’activité des parties obligées, volontaires ou délégataires ou des autorités publiques chargées de la mise en œuvre. Afin de déterminer le volume d’économie pouvant être déclaré comme supplémentaire, les États membres prennent en considération la manière dont l’utilisation de l’énergie et la demande en énergie évolueraient sans la mesure de politique publique en question en tenant compte au moins des facteurs suivants :  évolution de la consommation d’énergie, changements de comportement du consommateur, progrès technologique et modifications dues à d’autres mesures mises en œuvre au niveau de l’Union et au niveau national ;

b) les économies résultant de la mise en œuvre des obligations découlant du droit de l’Union sont considérées comme étant des économies qui auraient de toute façon été réalisées ; elles ne peuvent donc être déclarées en tant qu’économies d’énergie aux fins de l’article 7, paragraphe 1. » 

Cela signifie que, si le droit de l’Union européenne oblige les États membres à réaliser un certain volume ou degré d’économies, ils peuvent uniquement déclarer les économies dépassant ce niveau, à condition que les autres exigences soient respectées, par exemple, qu’il puisse être démontré et vérifié que les économies sont imputables à l’action ou la mesure en question.

L’annexe V, point 2 a), de la DEE impose également aux États membres de prendre en considération l’évolution de la situation sur le marché et d’établir un scénario de référence. Cela est particulièrement important pour éviter de comptabiliser les éléments parasites, qui sont courants dans le contexte des obligations incombant aux fournisseurs et des mécanismes de soutien financier. Par exemple, si un mécanisme national de soutien à la rénovation des bâtiments soutient 100 actions spécifiques dans une année donnée, certaines de ces actions auraient été effectuées de toute façon (sans le mécanisme) et doivent donc être déduites.

De même, lorsqu’une politique publique est en place depuis de nombreuses années, il est fort probable qu’elle produise des effets de transformation sur le marché. Par exemple, les parties prenantes du secteur privé en tiendront compte dans leurs stratégies de développement de produits, de services, etc. Cela signifie, par exemple, que les tendances courantes affichées par la moyenne du marché peuvent être dues en partie aux effets de la politique publique des années précédentes. Par conséquent, si une étude est réalisée pour évaluer les effets parasites, il est probable que certains de ces effets constatés aujourd’hui trouvent leur source dans les années précédentes. L’annexe V, points 2 b) et c), de la DEE prévoit des dérogations à ces principes de base :

« … Par dérogation à cette exigence, les économies liées à la rénovation de bâtiments existants peuvent être déclarées en tant qu’économies d’énergie aux fins de l’article 7, paragraphe 1, à condition que le critère de matérialité visé au point 3 h) de l’annexe V soit respecté. Les économies résultant de la mise en œuvre d’exigences minimales nationales fixées pour les nouveaux bâtiments avant la transposition de la directive 2010/31/UE peuvent être déclarées comme des économies d’énergies aux fins de l’article 7, paragraphe 1, point a), à condition que le critère de matérialité soit respecté et que ces économies aient été notifiées par les États membres dans leurs plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique, conformément à l’article 24, paragraphe 2 ;

c) seules peuvent être prises en compte les économies dépassant les niveaux suivants :

i) les normes de performance en matière d’émissions de l’Union pour les voitures particulières neuves et les véhicules utilitaires légers neufs introduites à la suite de la mise en œuvre des règlements (CE) n° 443/2009 et (UE) n° 510/2011 du Parlement européen et du Conseil ;

ii) les exigences de l’Union concernant le retrait du marché de certains produits liés à l’énergie à la suite de la mise en œuvre des mesures d’exécution adoptées en vertu de la directive 2009/125/CE. » 

En outre, les États membres doivent prendre en considération et dépasser dans leurs lois nationales les niveaux fixés par le règlement (UE) 2019/631, et les objectifs minimaux fixés pour les marchés publics de véhicules propres et à émissions nulles relatifs à certains véhicules de transport routier à la suite de la mise en œuvre de la directive révisée sur les véhicules propres.

7.3.1. Additionnalité dans le cas des mesures ciblant la rénovation des bâtiments (87)

À titre de principe général, l’annexe V, point 2 b), de la DEE prévoit que les économies d’énergie résultant de la mise en œuvre des obligations découlant du droit de l’Union sont à considérer comme étant des économies qui auraient de toute façon été réalisées et qu’elles n’ont donc pas à être déclarées.

En général, les codes de la construction qui ont trait à la performance énergétique des bâtiments définissent des exigences obligatoires découlant du droit de l’Union européenne (la DPEB) et font partie du scénario de statu quo.

À titre de dérogation, les États membres peuvent comptabiliser l’intégralité des économies résultant de la rénovation des bâtiments, à condition que le critère de matérialité visé à l’annexe V, point 3 h), de la DEE soit respecté et que l’ensemble des économies d’énergie découlent de mesures de politique publique qui promeuvent la rénovation. Ils doivent également montrer que les économies déclarées comme découlant de ces mesures dépassent les économies qui auraient été réalisées en l’absence des mesures. Ils doivent démontrer que la partie obligée, la partie volontaire ou la partie délégataire a contribué à la réalisation des économies déclarées (88).

Le point de départ pour calculer les économies est la mesure de la consommation du bâtiment avant et après la rénovation. Les États membres peuvent utiliser cette dérogation pour les deux périodes d’obligation, à compter de la date d’entrée en vigueur de la directive modificative (UE) 2018/2002, soit le 24 décembre 2018.

Exemple

Un code de la construction national prévoit que les bâtiments qui font l’objet de travaux de rénovation importants doivent être améliorés de sorte qu’ils satisfassent au moins aux exigences de la classe de performance énergétique B. L’État membre concerné ne peut déclarer les économies qui en résultent aux fins de l’article 7.

Toutefois, il peut déclarer des économies s’il a pris une mesure qui promeut la rénovation (par exemple, il assure aux ménages une subvention pour une rénovation que, sans cela, ils n’entreprendraient pas). Dans ce cas, l’ensemble des économies résultant de cette mesure peuvent être déclarées et ce, indépendamment du saut de classe réalisé en matière de performance énergétique (autrement dit, l’ensemble des économies peuvent être déclarées pour les améliorations qui ont pour effet de faire passer un bâtiment de la classe D à la classe C ou de la classe D à la classe B, ou de la classe D à la classe A, etc.).

Les projets de rénovation doivent respecter les exigences nationales minimales en matière de performance énergétique fixées au titre de la DPEB. Les mesures qui peuvent favoriser un plus grand degré d’ambition, soit une performance énergétique qui va au-delà de ce qui est requis, peuvent être encouragées.

(87) L’article 7, paragraphe 1, de la DPEB prévoit que « [l]es États membres prennent les mesures nécessaires pour garantir que, lorsque des bâtiments font l’objet de travaux de rénovation importants, la performance énergétique du bâtiment ou de sa partie rénovée soit améliorée de manière à pouvoir satisfaire aux exigences minimales en matière de performance énergétique fixées conformément à l’article 4 dans la mesure où cela est techniquement, fonctionnellement et économiquement réalisable ».

L’article 2, paragraphe 10, de la DPEB définit une « rénovation importante » comme la rénovation d’un bâtiment lorsqu’elle présente au moins l’une des caractéristiques suivantes :

a) le coût total de la rénovation qui concerne l’enveloppe du bâtiment ou les systèmes techniques du bâtiment est supérieur à 25 % de la valeur du bâtiment, à l’exclusion de la valeur du terrain sur lequel il se trouve ; ou

b) plus de 25 % de la surface de l’enveloppe du bâtiment fait l’objet d’une rénovation.

Les États membres peuvent choisir d’appliquer l’option prévue au point a) ou l’option prévue au point b).

(88) Voir le considérant 41 de la DEE.

7.3.2. Additionnalité dans le cas des mesures ciblant la construction de nouveaux bâtiments

À compter de l’entrée en vigueur de la DEE modifiée et, si nécessaire, de la transposition de celle-ci en droit interne ou de sa mise en œuvre sur leur territoire national, les États membres peuvent comptabiliser les économies d’énergie résultant de la mise en œuvre d’exigences nationales minimales fixées pour les nouveaux bâtiments uniquement aux fins des économies requises au cours de la première période d’obligation (2014-2020), à condition :

i) qu’elles satisfassent aux exigences nationales minimales fixées avant la transposition de la DPEB, c’est-à-dire au plus tard le 9 juillet 2012 (voir l’article 28, paragraphe 1, de la DPEB) ;

ii) qu’elles soient « matérielles » ; et

iii) qu’elles aient été notifiées dans le plan national d’action en matière d’efficacité énergétique au plus tard le 30 avril 2017 (voir l’article 24, paragraphe 2, de la DEE).

Les économies d’énergie peuvent uniquement être déclarées à compter de la date d’entrée en vigueur de la DEE, et uniquement aux fins de l’objectif cumulé d’économies au stade de l’utilisation finale requises d’ici au 31 décembre 2020. Les États membres doivent montrer que l’application des exigences nationales minimales a donné lieu à des économies mesurables qui, dans le cas contraire, n’auraient pas été réalisées. Si des mesures nationales de transposition ou de mise en œuvre sont nécessaires pour faire en sorte que ces économies puissent être déclarées, elles doivent être adoptées et mises en place avant toute déclaration.

Si un État membre a recours à une dérogation, il doit en évaluer minutieusement l’interaction possible avec l’exemption prévue à l’article 7, paragraphe 4, point d), de la DEE (« action précoce »), et veiller à éviter toute double comptabilisation.

Les projets de construction de bâtiments doivent respecter les exigences nationales minimales en matière de performance énergétique. Les mesures qui peuvent soutenir un plus grand degré d’ambition, soit une performance énergétique qui va au-delà de ce qui est requis, peuvent être encouragées.

7.3.3. Additionnalité dans le cas des bâtiments appartenant à des organismes publics

En principe, la dérogation au principe d’additionalité prévue à l’annexe V, point 2 b), de la DEE s’applique également aux économies d’énergie liées à la rénovation des bâtiments appartenant à des organismes publics, étant donné que ces économies sont « liées à la rénovation de bâtiments existants » [voir la deuxième phrase du point 2 b) de l’annexe V de la DEE].

L’intention de cette dérogation est de permettre aux États membres, à compter de la date d’entrée en vigueur de la directive modificative, de déclarer l’ensemble des économies d’énergie aux fins de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, résultant, par exemple, des mesures prises pour atteindre l’objectif de taux de rénovation de 3 % de la surface au sol totale des bâtiments chauffés et/ou refroidis appartenant au gouvernement central et occupés par celui-ci (voir l’article 5).

Toutefois, les États membres doivent montrer que l’ensemble des économies déclarées découlent des mesures de politique publique mises en œuvre pour la rénovation de bâtiments appartenant aux organismes publics (89). Ils ne peuvent comptabiliser les économies d’énergie qui auraient été réalisées en l’absence de la mesure de politique publique en question. Par conséquent, les États membres doivent démontrer la matérialité. Si des mesures nationales de transposition ou de mise en œuvre sont nécessaires pour faire en sorte que ces économies puissent être déclarées, elles doivent être mises en place avant toute déclaration.

Les États membres doivent calculer les économies d’énergie déclarées découlant des mesures de politique publique mises en œuvre pour la rénovation des bâtiments appartenant aux organismes publics conformément à l’annexe V. Le volume d’économies d’énergie comptabilisé dans le volume d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale requises au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE doit être exprimé en consommation d’énergie finale. Si le volume d’économies d’énergie est exprimé en énergie primaire, les États membres doivent utiliser les facteurs de conversion figurant à l’annexe IV de la DEE.

(89) Voir le considérant 41 de la DEE.

7.3.4. Additionnalité dans le cas des mesures de mise en œuvre au titre de la directive sur l’écoconception (90)

Le seul remplacement de chaudières n’est pas considéré comme une mesure de rénovation en raison de la disposition particulière de l’annexe V, point 2 c), de la DEE. Ainsi, le point de départ résidera, toujours, dans les exigences minimales au titre des dispositions particulières en matière d’écoconception (91). Les économies d’énergie résultant du remplacement d’appareils relevant de la réglementation en matière d’écoconception, par exemple, les chauffages d’appoint, peuvent être comptabilisées uniquement si elles dépassent les exigences minimales en matière d’écoconception, sauf en cas de remplacement précoce [voir l’annexe V, point 2 e), de la DEE].

Si les États membres offrent des incitations ou des subventions pour les produits relevant des règlements européens sur l’étiquetage énergétique, il leur est conseillé de cibler les classes les plus élevées en matière d’efficacité énergétique. Par exemple, une incitation ou une subvention destinée à encourager l’installation de nouvelles chaudières à meilleur rendement énergétique couvrirait uniquement les chaudières des deux classes les plus élevées et largement utilisées de l’étiquetage énergétique applicable aux chaudières, sur la base des données commerciales concernant la période en question.

(90) Directive 2009/125/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009 établissant un cadre pour la fixation d’exigences en matière d’écoconception applicables aux produits liés à l’énergie (JO L 285 du 31.10.2009, p. 10).

(91) Pour la liste des règlements par catégorie de produits, voir :

https : //ec.europa.eu/info/energy-climate-change-environment/standards-tools-and-labels/products-labelling-rules-and-requirements/energy-label-and-ecodesign/energy-efficient-products_fr

7.3.5. Additionnalité dans le cas des audits énergétiques au titre de l’article 8

L’article 8, paragraphe 4, de la DDE impose aux États membres de s’assurer que les grandes entreprises (soit celles qui ne sont pas des PME) réalisent un audit énergétique tous les quatre ans, ce qui, en soi, n’engendre pas d’économies d’énergie.

Les mesures visant à encourager ou à soutenir la mise en œuvre des recommandations découlant des audits énergétiques vont au-delà du minimum requis au titre de l’article 8 :  le paragraphe 7, second alinéa, de ce dernier dispose que les États membres « peuvent mettre en place des systèmes d’incitation et de soutien ». Par conséquent, les économies d’énergie résultant de telles mesures peuvent être comptabilisées, étant donné qu’elles n’auraient pas été réalisées en toute circonstance, à condition que le critère de matérialité soit respecté. Il en va de même pour les économies qui résultent des mesures destinées aux PME.

7.4. Matérialité et éligibilité

Outre le principe d’additionalité, les États membres doivent respecter le critère de « matérialité ». Le déploiement automatique de la législation de l’Union européenne ou les améliorations autonomes dues à l’exercice des forces du marché ou aux avancées technologiques (par exemple) ne peuvent être pris en compte étant donné que les États membres ne peuvent comptabiliser les actions qui se seraient réalisées de toute façon.

Les activités des autorités publiques nationales pour mettre en œuvre la mesure de politique publique doivent jouer un rôle « matériel » dans la réalisation des économies d’énergie déclarées ; en d’autres termes :

 - elles doivent avoir contribué à l’action spécifique en question, et

 - la subvention ou la participation de la partie obligée, volontaire ou délégataire doit, clairement, avoir eu plus qu’un effet minimal sur la décision de l’utilisateur final de procéder à l’investissement en faveur de l’efficacité énergétique.

Par conséquent, les États membres doivent montrer que les économies sont imputables à une mesure de politique publique conçue pour engendrer des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale (92). Les mesures prises en application du règlement (UE) 2018/842 du Parlement européen et du Conseil (93) peuvent être considérées comme matérielles, mais les États membres doivent montrer qu’elles donnent lieu à des améliorations vérifiables et mesurables ou estimables de l’efficacité énergétique.

Pour les mécanismes de financement, par exemple, une indication du montant de la subvention ne suffit pas à démontrer la matérialité :  à lui seul, le montant ne prouve pas qu’une subvention ait influé sur la décision d’investissement des utilisateurs finals. Le rôle joué par les acteurs participant aux actions peut, en principe, être prouvé sans faire état d’une subvention à titre de référence ; des actions normalisées (par exemple, la création de normes d’installation pour les produits, la fourniture de conseils en matière énergétique et la réalisation d’audits énergétiques suivies de la mise en œuvre effective d’actions) pourraient être un indicateur de matérialité important.

Pour garantir leur conformité, les États membres pourraient fixer des exigences générales de matérialité dans le cadre d’un mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique ou de mesures alternatives, et les vérifier projet par projet (94). Ces exigences générales pourraient prévoir que les parties [par exemple, en demandant un « certificat blanc » (95)] doivent documenter et prouver une contribution directe à la mise en œuvre de l’action.

Les parties obligées pourraient être tenues de prouver :

 - si les contributions ont été fournies directement ou indirectement (c’est-à-dire par des intermédiaires), et

 - si cela a été décidé avant la mise en place de l’action.

Les États membres pourraient également exiger, par exemple :

 - qu’un contrat soit conclu entre les exploitants du réseau de distribution (c’est-à-dire les parties obligées) et des tiers ;

 - qu’aucune économie d’énergie ne soit générée avant l’émission du contrat ;

 - que les parties ne puissent comptabiliser les économies que si elles ont participé directement à la mise en œuvre de la mesure (par exemple, en assurant des audits énergétiques, en fournissant des subventions, etc.) ; et

 - que des accords soient établis qui couvrent l’ensemble de la chaîne, depuis les acteurs obligés jusqu’aux utilisateurs d’énergie finals.

(92) Pour les critères servant à montrer la matérialité dans les plans nationaux d’action en matière d’efficacité énergétique et les notifications au titre de l’article 7, voir l’appendice IX.

(93) Règlement (UE) 2018/842 du Parlement européen et du Conseil du 30 mai 2018 relatif aux réductions annuelles contraignantes des émissions de gaz à effet de serre par les États membres de 2021 à 2030 contribuant à l’action pour le climat afin de respecter les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris et modifiant le règlement (UE) n° 525/2013 (JO L 156 du 19.6.2018, p. 26).

(94) Voir l’appendice XII.

(95) Il s’agit d’un acte juridique émis par une autorité compétente qui garantit qu’un volume spécifié d’économies d’énergie a été réalisé. Chaque certificat est un document unique et traçable, qui confère un droit de propriété sur un volume donné d’économies d’énergie supplémentaires et garantit que le bénéfice de ces économies n’a pas été comptabilisé ailleurs.

7.5. Mesures qui promeuvent l’installation de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables sur ou dans les bâtiments pour l’usage propre des consommateurs

Il importe de distinguer entre :

 - la possibilité prévue à l’article 7, paragraphe 4, point f), de la DEE, qui fait référence à un volume d’énergie produite à usage personnel sur ou dans les bâtiments pouvant être exclu du volume d’économies d’énergie calculé conformément à l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE ; et

 - la précision, à l’annexe V, point 2 e), de la DEE, selon laquelle les économies d’énergie découlant de mesures qui promeuvent l’installation, sur ou dans les bâtiments, de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables, peuvent, en principe, être comptabilisées dans le volume d’économies imposé au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE.

Cette distinction est également expliquée au considérant 43 de la DEE.

Au titre de l’annexe V, point 2 e), de la DEE, les États membres peuvent comptabiliser dans le volume requis d’économies d’énergie au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE les économies d’énergie découlant de mesures qui promeuvent l’installation de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables sur ou dans les bâtiments pour l’usage propre des consommateurs, à condition que ces mesures engendrent des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale vérifiables, mesurables ou estimables, et qu’elles soient calculées conformément à l’annexe V de la DEE (96).

Par conséquent, les exigences d’additionalité et de matérialité, ainsi que les règles établies par l’État membre en matière de suivi et de vérification, s’appliquent également.

Les États membres doivent montrer que ces mesures donnent lieu à des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale en raison d’une conversion technologique. Par exemple, les économies dues à l’adoption, dans les bâtiments, de technologies de chauffage et de production d’eau chaude plus économes en énergie, y compris les technologies fondées sur les énergies renouvelables, entrent parfaitement en ligne de compte dès lors que les États membres peuvent garantir qu’elles sont additionnelles, mesurables et vérifiables, conformément aux méthodes et principes énoncés à l’annexe V (97).

Cet élément est explicité à l’annexe V, point 2 e), de la DEE et répond à l’objectif général de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, à savoir réaliser des économies d’énergie au stade de l’utilisation finale, indépendamment de la technologie (qu’il s’agisse d’une mesure qui promeut les technologies fondées sur les énergies renouvelables ou d’une mesure qui promeut les technologies à base d’énergies fossiles, pour autant qu’elle aboutisse à une réduction réelle de la consommation énergétique dans les bâtiments, les transports ou l’industrie).

L’annexe V, point 2 e), de la DEE, fait explicitement référence à l’obligation d’économies d’énergie au titre de l’article 7, paragraphe 1, qui impose aux États membres d’atteindre un objectif cumulé d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale et vise à une réduction réelle la consommation d’énergie d’une personne physique ou morale [conformément à l’annexe V, point 1 b)]. L’article 2, point 5), de la DEE définit les « économies d’énergie » comme étant la quantité d’énergie économisée, déterminée en mesurant et/ou en estimant la consommation avant et après la mise en œuvre d’une mesure visant à améliorer l’efficacité énergétique, les conditions externes qui ont une incidence sur la consommation d’énergie faisant l’objet d’une normalisation. Étant donné que l’article 7 de la DEE vise à une réduction réelle de la consommation d’énergie au stade de l’utilisation finale, il peut en être conclu que l’annexe V, point 2 e), exige de démontrer que les mesures qui promeuvent l’installation de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables sur ou dans les bâtiments donnent lieu à des économies d’énergie, autrement dit à une réduction réelle de la consommation d’énergie au stade de l’utilisation finale.

Les États membres ont toute latitude pour exprimer les économies d’énergie en termes soit de consommation d’énergie finale, soit de consommation d’énergie primaire, comme le prévoient l’annexe V, point 3 d) (mesures alternatives de politique publique) et l’article 7 bis, paragraphe 4 (mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique). Cette flexibilité n’altère en rien l’obligation d’économies d’énergie cumulées en termes de ventes d’énergie (au cours de la période se terminant fin 2020) et de consommation d’énergie finale (2021-2030).

7.6. Mesures qui promeuvent l’adoption de produits et de véhicules plus économes en énergie

Les mesures prises par les États membres et qui visent à améliorer l’efficacité énergétique dans le secteur des transports peuvent entrer en ligne de compte pour réaliser l’obligation d’économies d’énergie au stade de l’utilisation finale qui leur incombe (98). Ces mesures comprennent notamment :

 - les politiques qui promeuvent des véhicules plus économes en énergie ou un transfert modal vers le vélo, la marche et les transports en commun ; et

 - des plans de mobilité et d’urbanisme qui réduisent la demande de transport.

Les marchés publics de véhicules propres et à émissions nulles peuvent entrer en ligne de compte, sous réserve de leur additionnalité par rapport aux exigences minimales de la directive révisée sur les véhicules propres.

Les mécanismes qui accélèrent l’adoption de véhicules neufs, plus économes en énergie, ou les politiques qui encouragent la transition vers des carburants plus performants qui réduisent la consommation d’énergie par kilomètre entrent également en ligne de compte, sous réserve du respect des règles de matérialité et d’additionnalité (99).

L’annexe V, point 2 f), de la DEE précise qu’il peut être pleinement tenu compte des économies produites par les politiques visant à accélérer l’adoption de produits et de véhicules plus économes en énergie, à condition qu’il soit démontré :

 - que l’adoption de ces biens advient avant la fin de la durée de vie moyenne prévue du produit ou du véhicule, ou avant le moment de remplacement habituel du produit ou du véhicule ; et

 - que l’ensemble des économies soient déclarées uniquement pour la période précédant la fin de la durée de vie moyenne prévue du produit ou du véhicule à remplacer (100).

Le cas échéant, il convient que ces mesures soient compatibles avec les cadres d’action nationaux des États membres, établis en application de la directive 2014/94/UE sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs.

(96) Pour les mesures qui promeuvent l’installation de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables sur ou dans les bâtiments pour l’usage propre des consommateurs, voir l’appendice X.

(97) Voir l’appendice X.

(98) Voir l’appendice VII.

(99) Considérant 15 de la DEE.

(100) Voir l’appendice VII.

7.7. Garantir que les normes de qualité sont préservées

L’annexe V, point 2 g), de la DEE précise que la promotion de mesures d’efficacité énergétique ne doit pas abaisser les normes de qualité concernant les produits, les services et l’installation des mesures. Les États membres doivent s’assurer que les normes de qualité sont préservées ou introduites si elles n’existent pas encore.

7.8. Répondre aux variations climatiques

L’annexe V, point 2 h), de la DEE permet aux États membres d’ajuster leurs économies d’énergie en fonction des variations climatiques entre les régions. Cette disposition propose deux options :

i) ramener les économies à une valeur standard, ou

ii) mettre les économies d’énergie différentes en accord avec les variations de température entre les régions.

7.9. Éviter la double comptabilisation

L’article 7, paragraphe 12, de la DDE prévoit que les États membres doivent démontrer, lorsque les effets de mesures de politique publique ou d’actions spécifiques se chevauchent, que les économies d’énergie réalisées ne sont pas comptabilisées deux fois. Étant donné la grande diversité d’instruments notifiés par les États membres et la forte probabilité de chevauchement entre politiques publiques en raison de l’utilisation parallèle de mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique et de mesures alternatives (par exemple, interaction entre taxation énergétique et subventions à l’intention des ménages pour remplacer des fenêtres ou des chauffages d’appoint), il est essentiel de remédier aux risques de double comptabilisation.

Une base de données nationale pourrait constituer un outil efficace à cet égard. Par exemple, cette base de données enregistrerait le fait qu’une subvention destinée à encourager le remplacement des vieilles chaudières a été versée à un ménage particulier et alerterait l’utilisateur si le même ménager faisait une nouvelle demande.

Le recours à une combinaison de plusieurs mesures de politique publique aboutit à une plus grande complexité pour les États membres du point de vue :

 - des difficultés de mise en œuvre, par exemple, pour calculer les économies d’énergie ; et (plus important encore)

 - de la nécessité d’assurer

 - le contrôle du respect des règles, notamment lorsque les différents instruments ont une portée étendue ; et

 - la vérification de l’impact en évitant toute double comptabilisation.

L’article 7, paragraphe 12, de la DEE interdit également la double comptabilisation lorsque les politiques se chevauchent :  les États membres doivent tenir compte du fait que d’autres mesures de politique publique mises en œuvre au cours de la même période peuvent avoir un impact sur le volume d’économies d’énergie, de sorte que les changements observés depuis l’introduction d’une mesure de politique publique particulière ne peuvent pas tous être attribués à cette seule mesure.

8. Mesure, évaluation, contrôle, qualité et vérification

La DEE souligne l’importance des règles d’évaluation et de vérification pour la mise en œuvre des mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique (EEOS) et des mesures alternatives de politique publique, y compris l’exigence consistant à procéder à des vérifications sur une proportion statistiquement représentative de mesures.

La sélection d’une proportion statistiquement significative et représentative de mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique suppose de créer au sein de chaque mesure un sous-ensemble d’une population statistique d’actions ayant pour objectif de réaliser des économies d’énergie. Ce sous-ensemble doit refléter fidèlement la totalité de la population de l’ensemble des actions visant à économiser de l’énergie, et permettre ainsi de tirer des conclusions raisonnablement fiables en ce qui concerne la confiance à accorder à la totalité des mesures (101).

Article 7 bis, paragraphe 5, de la DEE (relatif aux EEOS) :

« Les États membres mettent en place des systèmes de mesure, de contrôle et de vérification au titre desquels il est procédé par écrit à des vérifications sur au moins une proportion statistiquement significative et représentative des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique instaurées par les parties obligées. La mesure, le contrôle et la vérification sont effectués indépendamment des parties obligées. » 

Article 7 bis, paragraphe 2, de la DEE (relatif aux mesures alternatives de politique publique) :

« Pour toutes les mesures autres que fiscales, les États membres mettent en place des systèmes de mesure, de contrôle et de vérification au titre desquels il est procédé par écrit à des vérifications sur au moins une proportion statistiquement significative et représentative des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique instaurées par les parties volontaires ou délégataires. La mesure, le contrôle et la vérification sont effectués indépendamment des parties volontaires ou délégataires. » 

Les systèmes de mesure, de contrôle et de vérification devraient garantir que les calculs des économies d’énergie sont vérifiés sur une proportion statistiquement significative et représentative des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique.

Ces exigences peuvent être satisfaites, entre autres, par :

 - des contrôles informatiques automatisés ou des analyses documentaires des données et des calculs notifiés par les parties obligées, volontaires ou délégataires, ou par les bénéficiaires (lorsque ces derniers transmettent les données directement à l’autorité publique) ;

 - l’évaluation des économies d’énergie relevées sur une proportion statistiquement significative et représentative des mesures ou des bénéficiaires ;

 - les vérifications effectuées dans le cadre d’un système de régulation, de qualification, d’agrément ou de certification, lorsque les économies d’énergie notifiées reposent sur des audits énergétiques ou des certificats de performance énergétique (économies estimées), par exemple.

La documentation accompagnant la mesure de politique publique devrait expliquer la façon dont les exigences de cet autre système garantissent que les contrôles et les vérifications sont menés sur une proportion statistiquement significative et représentative des audits énergétiques ou autres évaluations des économies d’énergie.

Le système d’évaluation et de vérification peut s’organiser en plusieurs étapes ou niveaux. Des inspections sur place peuvent être effectuées dans le cadre de l’approche, en tant que deuxième étape de vérification, sur des sous-échantillons d’actions spécifiques considérées comme étant susceptibles de ne pas respecter les exigences des mesures. Lorsque ces inspections ne sont pas réalisables pour des raisons techniques ou financières, des justifications peuvent être jointes à la documentation accompagnant la mesure.

Les États membres sont tenus d’expliquer la façon dont les critères de référence ont été utilisés pour vérifier les économies attendues ou estimées [annexe V, paragraphe 5, point g), de la DEE].

L’indépendance des systèmes de mesure, de contrôle et de vérification [voir annexe V, paragraphe 5, point j), de la DEE] peut être établie en attestant que l’organisme de vérification (liste de critères non exhaustive) :

 - est un organisme public disposant d’une indépendance statutaire ; ou

 - est dépourvu de tout lien financier avec les parties obligées, volontaires ou délégataires (c’est-à-dire que celles-ci ne détiennent pas, partiellement ou entièrement, l’organisme et ne le financent pas) ; ou

 - est susceptible d’être mandaté par une partie obligée, volontaire ou délégataire, mais fait l’objet dans ce cas de contrôles menés par l’autorité publique ou par un organisme de qualification, d’agrément ou de certification.

L’organisme de vérification peut être :

 - directement chargé de vérifier les mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique ou les calculs des économies d’énergie ; ou

 - chargé de contrôler les processus de vérification et les vérifications d’échantillonnage mis en œuvre par d’autres organisations, y compris les parties obligées, volontaires ou délégataires.

(101) Voir l’appendice XII.

9. Obligations en matière de planification et de communication d’informations

9.1. Première période d’obligation

Pour la période d’obligation 2014-2020, les États membres doivent soumettre des rapports annuels au plus tard le 30 avril 2019 et 2020 (article 24, paragraphe 1, et annexe XIV, partie 2) (102). Ces rapports portent notamment sur les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif d’économies d’énergie et sur les mesures de politique publique adoptées ou prévues conformément à l’annexe XIV, partie 2, et seront soumis à l’appréciation de la Commission.

En vertu de l’article 27 du règlement sur la gouvernance, chaque État membre est tenu de communiquer à la Commission au plus tard le 30 avril 2022 des informations sur la réalisation de son objectif spécifique national en matière d’efficacité énergétique pour 2020 (tel que fixé en vertu de l’article 3, paragraphe 1, de la DEE) en fournissant les informations prévues à l’annexe IX, partie 2, du règlement sur la gouvernance.

(102) Conformément à l’article 59, deuxième alinéa, du règlement sur la gouvernance, le paragraphe 1 de l’article 24 est supprimé à compter du 1er janvier 2021.

9.2. Deuxième période d’obligation et au-delà

Pour la période d’obligation 2021-2030 et au-delà, les principales obligations en matière de planification et de communication d’informations figurant ci-dessous s’appliquent (articles 7, 7 bis, 7 ter et annexe V de la DEE) :

 - dans leur PNEC intégré (version provisoire et finale) (annexe III du règlement sur la gouvernance), les États membres doivent présenter leur calcul du volume d’économies d’énergie à réaliser au cours de la période 2021-2030, visé à l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b) (voir article 7, paragraphe 6, de la DEE) ;

 - certaines données [par exemple, la consommation d’énergie finale annuelle, sous forme de moyenne pour la période 2016-2018 (en ktep), par exemple] n’étaient peut-être pas disponibles pour être notifiées dans le premier projet de PNEC (103), auquel cas il pouvait s’avérer impossible de présenter le calcul susmentionné. Or, les États membres sont tenus de présenter dans leur première version définitive du PNEC ainsi que dans ses versions provisoire et définitive ultérieures la façon dont les éléments énumérés à l’annexe III du règlement sur la gouvernance ont été pris en compte ;

 - en outre, et le cas échéant, les États membres sont tenus d’expliquer dans leur PNEC (version provisoire et finale) le mode d’établissement du taux annuel d’économies et de la méthode de calcul au titre de l’article 7, paragraphes 2 et 3, de la DEE, en précisant comment et dans quelle mesure les options visées à l’article 7, paragraphe 4, ont été appliquées (voir article 7, paragraphe 6, de la DEE) ;

 - si un État membre décide d’appliquer une ou plusieurs des options visées à l’article 7, paragraphe 4, de la DEE, il est tenu d’appliquer et de calculer l’effet des options choisies pour la période d’obligation (voir article 7, paragraphe 5, de la DEE) ; et

 - si un État membre recourt à l’option visée à l’article 7, paragraphe 4, point c), de la DEE pour la période 2021-2030, il doit informer la Commission des mesures de politique publique qu’il prévoit de prendre dans le cadre de son PNEC (version provisoire et finale). Il doit calculer l’impact des mesures conformément aux dispositions de l’annexe V de la DEE et l’inclure dans le PNEC [voir article 7, paragraphe 4, point c)]. Il doit soumettre cette information pour la première fois dans le cadre de la première version finale du PNEC (au plus tard le 31 décembre 2019).

En outre, les États membres doivent :

 - intégrer, dans leurs rapports d’avancement nationaux en matière d’énergie et de climat au titre de l’article 17 du règlement sur la gouvernance, des informations sur les résultats des mesures prises en vue de réduire la précarité énergétique dans le cadre de la DEE (voir article 7, paragraphe 11, de la DEE) ;

 - publier, une fois par an, les économies d’énergie réalisées par chaque partie obligée, ou chaque sous-catégorie de parties obligées, et le total des économies d’énergie obtenues dans le cadre du mécanisme (voir article 7 bis, paragraphe 7, de la DEE) ; et

 - décrire en détail, dans leur PNEC, les autres méthodes utilisées et dispositions prises pour respecter l’obligation visée à l’annexe V, paragraphe 2, point i), de la DEE, sachant que le calcul des économies d’énergie doit tenir compte de la durée de vie des mesures et du taux auquel les économies diminuent au fil du temps.

Les États membres peuvent aussi opter pour une autre méthode dont ils estiment qu’elle permettra de réaliser au minimum le même volume total d’économies. Dans ce cas, ils doivent s’assurer que le volume ainsi calculé n’excède pas le volume auquel ils seraient parvenus en calculant les économies que chaque action permettra de réaliser au cours de la période, entre la date de sa mise en œuvre et le 31 décembre 2020 ou 2030, selon le cas.

En conclusion, les obligations suivantes en matière de planification et de communication d’informations au titre du règlement sur la gouvernance s’appliquent également à la mise en œuvre des obligations en matière d’économies d’énergie au titre des articles 7, 7 bis et 7 ter ainsi que de l’annexe V de la DEE, et aux progrès accomplis dans leur mise en œuvre.

(103) Le premier projet devait être soumis au plus tard le 31 décembre 2018 (article 9, paragraphe 1, du règlement sur la gouvernance).

Calendrier

31 décembre 2018

(puis le 1er janvier 2028 et tous les dix ans par la suite)

Présentation du projet de PNEC (article 9, paragraphe 1, articles 4 et 6, annexes I et III du règlement sur la gouvernance)

6 mois avant la version définitive du PNEC

La Commission peut adresser des recommandations aux États membres dont elle estime que les contributions (y compris les contributions relatives aux obligations en matière d’économies d’énergie au titre de l’article 3, paragraphe 5, de la DEE) sont insuffisantes (article 31, paragraphe 1, du règlement sur la gouvernance)

31 décembre 2019

(puis le 1er janvier 2029 et tous les dix ans par la suite)

Présentation de la version définitive du PNEC (article 3, paragraphe 1, articles 4 et 6, annexes I et III du règlement sur la gouvernance)

10 mars 2020

Présentation de la première stratégie de rénovation à long terme (article 2 bis, paragraphe 8, de la DPEB)

Au plus tard le 31 octobre 2021

(et tous les deux ans par la suite)

Évaluation, par la Commission, des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de l’Union, en particulier sur la base des rapports d’avancement nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat (article 29 du règlement sur la gouvernance).

S’agissant des obligations en matière d’économies d’énergie, les articles 29, 21 (rapports intégrés sur l’efficacité énergétique) et 24 (rapports intégrés sur la précarité énergétique) du règlement sur la gouvernance sont pertinents.

En cas d’insuffisance des progrès accomplis par un État membre, la Commission émettra des recommandations (article 32, paragraphe 1, du règlement sur la gouvernance).

Au plus tard le 30 avril 2022

Rapport sur la réalisation des objectifs en matière d’efficacité énergétique pour 2020 par chaque État membre (article 27 et annexe IX, partie 2, du règlement sur la gouvernance)

Au plus tard le 15 mars 2023

(et tous les deux ans par la suite)

Rapports sur la mise en œuvre du PNEC (« rapports d’avancement nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat ») (article 17 du règlement sur la gouvernance)

30 juin 2023

(puis le 1er janvier 2033 et tous les dix ans par la suite)

Présentation d’un projet de mise à jour du PNEC (article 14, paragraphe 1, du règlement sur la gouvernance)

30 juin 2024

(puis le 1er janvier 2034 et tous les dix ans par la suite)

Présentation d’une mise à jour finale du PNEC (article 14, paragraphe 2, du règlement sur la gouvernance)


9.3. Notification des EEOS et des mesures alternatives (autres que la taxation)

En vertu de l’annexe V, paragraphe 5, de la DEE et de l’annexe III du règlement sur la gouvernance, les États membres sont tenus de notifier à la Commission la méthodologie détaillée qu’ils proposent pour assurer le fonctionnement de leurs mesures de politique publique, visées aux articles 7 bis et 7 ter, et à l’article 20, paragraphe 6, de la DEE. Sauf dans le cas de taxation (voir la section 9.4), la notification doit inclure des détails concernant :

a) le niveau d’exigence en matière d’économies d’énergie au titre de l’article 7, paragraphe 1, premier alinéa, point b), ou d’économies attendues à atteindre sur l’ensemble de la période comprise entre 2021-2030 ;

b) les parties obligées, volontaires ou délégataires ou les autorités publiques chargées de la mise en œuvre ;

c) les secteurs visés ;

d) les mesures de politique publique et les actions spécifiques, notamment le volume total attendu d’économies d’énergie cumulées pour chaque mesure ;

e) la durée de la période d’obligation pour l’EEOS ;

f) les actions prévues par la mesure de politique publique ;

g) la méthode de calcul, y compris la façon dont l’additionnalité et la matérialité ont été déterminées, ainsi que les méthodes et les critères de référence utilisés pour les économies attendues et estimées ;

h) les durées de vie des mesures et la méthode pour les calculer ou ce sur quoi elles se fondent ;

i) l’approche retenue pour tenir compte des variations climatiques à l’intérieur de l’État membre ; et

j) les systèmes d’évaluation et de vérification pour les mesures visées aux articles 7 bis et 7 ter et la manière dont est garantie leur indépendance par rapport aux parties obligées, volontaires ou délégataires.

En outre, les points 3.1 et 3.2 de l’annexe III du règlement sur la gouvernance disposent que les États membres doivent communiquer les informations suivantes :

« 3.1. Mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique visés à l’article 7 bis de la directive 2012/27/UE :

a) description du mécanisme d’obligations en matière d’efficacité énergétique ;

b) volume cumulé et annuel d’économies attendu et durée de la ou des périodes couvertes par les obligations ;

c) parties obligées et responsabilités respectives ;

d) secteurs visés ;

e) actions éligibles prévues au titre de la mesure ;

f) informations sur l’application des dispositions suivantes de la directive 2012/27/UE :

i) le cas échéant, actions spécifiques, part des économies à réaliser dans les ménages en situation de précarité énergétique, conformément à l’article 7, paragraphe 11 ;

ii) économies réalisées par les fournisseurs de services énergétiques ou par d’autres tiers, conformément à l’article 7 bis, paragraphe 6, point a) ; et

iii) “report et utilisation anticipée” conformément à l’article 7 bis, paragraphe 6, point a) ; et

g) le cas échéant, informations sur les échanges d’économies d’énergie.

3.2. Mesures alternatives visées à l’article 7 ter et à l’article 20, paragraphe 6, de la DEE (autres que la taxation) :

a) type de mesure de politique publique ;

b) description succincte, y compris les détails de la conception, de chaque mesure notifiée ;

c) volume total cumulé et annuel d’économies attendu pour chaque mesure et/ou volume d’économies d’énergie à atteindre au cours de toute période intermédiaire ;

d) autorités publiques chargées de la mise en œuvre, entités volontaires ou entités délégataires et responsabilités respectives dans la mise en œuvre de la ou des mesures de politique publique ;

e) secteurs visés ;

f) actions éligibles prévues au titre de la mesure ; et

g) le cas échéant, mesures de politique publique particulières ou actions spécifiques de lutte contre la précarité énergétique. » 

9.4. Mesures de taxation

L’annexe V, paragraphe 5, point k), de la DEE dispose que les États membres (conformément au règlement sur la gouvernance) doivent communiquer à la Commission la méthodologie qu’ils proposent pour assurer le fonctionnement des mesures de taxation. Ils sont en particulier tenus de communiquer les détails suivants :

« i) les secteurs et le segment de contribuables visés ;

ii) l’autorité publique chargée de la mise en œuvre ;

iii) les économies attendues à réaliser ;

iv) la durée de la mesure de taxation ; et

v) la méthode de calcul, y compris la manière dont les élasticités des prix sont utilisées et la manière dont elles ont été déterminées. » 

De plus, l’annexe III, point 3.3, du règlement sur la gouvernance dispose que les États membres sont tenus de notifier les informations suivantes sur les mesures de taxation :

« a) brève description des mesures ;

b) durée des mesures ;

c) autorité publique chargée de la mise en œuvre ;

d) volume cumulé et annuel d’économies attendu pour chaque mesure ;

e) secteurs et segment de contribuables visés ;

f) méthode de calcul, y compris la manière dont les élasticités des prix sont utilisées et la manière dont elles ont été déterminées, conformément à l’annexe V, point 4, de la directive 2012/27/UE. » 

Les États membres devraient présenter la façon dont les élasticités ont été calculées ainsi que les sources de données officielles récentes et représentatives utilisées (104).

(104) Pour plus de propositions en ce qui concerne les élasticités à utiliser pour rendre compte de la réactivité de la demande, voir l’appendice IV.

10. Période d’obligation en matière d’économies d’énergie après 2030

En vertu de l’article 7, paragraphe 1, deuxième alinéa, de la DEE, les États membres sont tenus de continuer à réaliser de nouvelles économies annuelles, conformément au premier alinéa, point b), dudit paragraphe 1, pendant dix ans après 2030, à moins que les réexamens effectués par la Commission en 2027 au plus tard et tous les dix ans par la suite permettent de conclure que cela n’est pas nécessaire pour respecter les objectifs à long terme de l’Union pour 2050 en matière de climat et d’énergie.

Appendice I : Exemples illustratifs du taux annuel d’économies si des options visées à l’article 7, paragraphes 2 à 4, s’appliquent (1)

(1) Les chiffres figurant dans le tableau ne correspondent à aucun État membre en particulier. Cet exemple a pour objectif de présenter les conséquences éventuelles du recours à différentes options visées à l’article 7, paragraphes 2 à 4, et leur effet sur les économies d’énergie à réaliser. Le volume d’économies calculé différera selon les États membres en question.

 

Mtep

Taux annuel d’économies (%)

Explication

Scénario de référence (consommation d’énergie finale moyenne)

100

 

Consommation d’énergie finale moyenne

Autoproduction à usage personnel

5

   

Consommation d’énergie finale dans le secteur des transports

33

   

Scénario de référence ajusté

62

   

Taux d’économies minimum [article 7, paragraphe 1, point b)]

 

0,8 %

La consommation d’énergie finale moyenne (100) est multipliée par 0,8 % et cumulée sur 10 années (ce qui porte les économies totales à atteindre pendant la période d’obligation à 44 Mtep)

       

Option 1 :  utilisation maximale des exemptions (35 %)

     

Taux d’économies individuel requis avant l’application des exemptions

 

1,2 %

Taux d’économies individuel qu’un État membre devrait appliquer s’il décide d’utiliser au maximum les options visées au paragraphe 4 (35 %) ; ce qui signifie que l’exemption devrait être appliquée aux économies cumulées d’un volume de 68 Mtep.

       

Option 2 :  exclusion du secteur du transport et de l’autoconsommation

     

Économies après les exclusions appliquées au scénario de référence

27,3

 

Il s’agit des économies cumulées restantes lorsqu’un taux d’économies de 0,8 % est appliqué à la consommation après avoir procédé à l’ensemble des exclusions.

Économies supplémentaires nécessaires

16,7

 

Il s’agit des économies nécessaires pour atteindre le minimum requis (44 Mtep).

Taux d’économies individuel requis utilisé avant l’exclusion de ces secteurs du scénario de référence

 

1,3 %

Taux d’économies individuel qu’un État membre devrait appliquer s’il décide d’exclure l’énergie consommée dans les secteurs du transport et de l’autoconsommation du calcul.

       

Option 3 :  utilisation totale des exemptions et des exclusions appliquées au scénario de référence

     

Économies après les exclusions appliquées au scénario de référence

27,3

 

Il s’agit des économies restantes lorsque l’ensemble des exclusions sont appliquées au scénario de référence.

Économies après l’application des exemptions maximales

17,7

 

Il s’agit des économies restantes lorsque l’ensemble des exclusions et des options visées à l’article 7, paragraphe 2 à 4, sont appliquées.

Économies supplémentaires nécessaires

26,3

 

Il s’agit des économies nécessaires pour atteindre le seuil minimum requis (44 Mtep)

Taux d’économies individuel requis utilisé avant l’application des exclusions au scénario de référence et des exemptions

 

2 %

Taux d’économies individuel qu’un État membre devrait appliquer s’il décide d’exclure les secteurs du transport et l’autoproduction de la méthode de calcul et d’utiliser au maximum les options visées au paragraphe 4 (35 %) ;

Appendice II : Mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique (EEOS)

Lors de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un EEOS (1), les États membres devraient au moins prendre en compte les aspects ci-dessous.

1. Objectifs généraux

Les États membres devraient s’assurer que les objectifs généraux en matière d’EEOS sont simples, clairs et centrés sur la réalisation des économies d’énergie, en déterminant quel secteur d’utilisation finale présente le meilleur potentiel en matière d’économies d’énergie et quel mécanisme serait le plus à même d’éliminer les entraves aux investissements en faveur de l’efficacité énergétique.

Ils devraient garantir, si le mécanisme poursuit plusieurs objectifs, que la réalisation des objectifs n’ayant pas trait à l’énergie n’entrave pas l’accomplissement de l’objectif lié aux économies d’énergie.

Lors de l’élaboration du mécanisme, les États membres sont tenus (article 7, paragraphe 11, de la DEE) de prendre en considération la nécessité de réduire la précarité énergétique (sauf s’il a été décidé que d’autres mesures de politique publique le permettront). À titre d’exemple, l’EEOS peut comporter un objectif spécifique ayant trait à la précarité énergétique (une part ou un volume minimum d’économies d’énergie à atteindre au moyen d’actions pour les ménages à faible revenu, par exemple) ou prévoir un facteur de prime qui récompense les actions mises en œuvre en faveur des ménages à faible revenu. Une autre solution serait que les parties obligées contribuent à un fonds qui financera les programmes d’efficacité énergétique en faveur des ménages à faible revenu (2).

2. Autorisation légale

Il convient d’utiliser une combinaison soigneusement sélectionnée de législations, règlements et processus ministériels et administratifs pour établir et exploiter l’EEOS. La conception des grandes lignes d’un EEOS conformément à une législation d’habilitation offre aux parties prenantes des garanties quant à la légalité du mécanisme. L’établissement de procédures détaillées de mise en œuvre conformes au règlement permet de modifier des détails du mécanisme à la lumière de l’expérience acquise.

Avant qu’un EEOS ne devienne pleinement opérationnel, plusieurs années (3 à 4 années, en fonction de la conception du mécanisme et du contexte juridique au sein de l’État membre) peuvent être nécessaires avant de pouvoir en estimer le potentiel, de planifier et concevoir la politique et de la mettre à l’essai dans la pratique.

3. Champ d’application en matière de combustible

Il convient de décider du champ d’application de l’EEOS en matière de combustible en fonction de l’ensemble des objectifs généraux et des estimations du potentiel en matière d’efficacité énergétique des différents combustibles. Un EEOS mis sur pied pour satisfaire aux obligations en matière d’économies d’énergie visées à l’article 7 peut couvrir un large éventail de combustibles. Cependant, un certain nombre de programmes réussis ne couvraient qu’un ou deux combustibles à leur lancement et se sont ensuite étendus à d’autres combustibles au vu de l’expérience acquise.

Le champ d’application en matière de combustible devrait également prendre en compte les risques de distorsion de marché qui surviennent lorsque différents types d’énergie peuvent entrer en concurrence pour fournir le même service énergétique (le chauffage des locaux, par exemple).

4. Champ d’application en matière de secteur et d’installations

Il convient de décider du champ d’application de l’EEOS en matière de secteur et d’installations au stade de l’utilisation finale en fonction de l’ensemble des objectifs généraux et des estimations du potentiel en matière d’efficacité énergétique des différents secteurs et installations. Lorsque l’objectif est de restreindre fortement le champ d’application en matière de secteur et d’installations, il convient de déterminer si l’évaluation de la conformité ne deviendra pas trop onéreuse.

Dans les juridictions qui disposent d’industries grandes consommatrices d’énergie et exposées à la concurrence (la fusion de l’aluminium, par exemple), les gouvernements peuvent décider d’exclure (ou « exempter ») ces industries d’un EEOS au motif que leur compétitivité sur les marchés internationaux risquerait d’être compromise.

5. Objectif en matière d’économies d’énergie

Il convient de fixer le niveau de l’objectif en matière d’économies d’énergie pour l’EEOS en fonction de l’ensemble des objectifs généraux, et de trouver un équilibre entre la réalisation de progrès, le coût pour les consommateurs afférent à la réalisation de l’objectif et ce qui est possible dans la pratique, sur la base d’une évaluation du potentiel d’efficacité énergétique.

Il convient de fixer l’objectif en termes d’énergie finale (c’est-à-dire en renseignant les volumes d’énergie fournis aux consommateurs et utilisés par ces derniers), à moins que le mécanisme ne couvre plusieurs combustibles différents, auquel cas l’énergie primaire peut s’avérer plus appropriée.

Il convient de libeller l’objectif en unité d’énergie, sauf si le mécanisme poursuit un objectif général en lien avec d’autres objectifs (la réduction des émissions de gaz à effet de serre, par exemple), auquel cas l’utilisation d’unités équivalentes au CO2 doit être envisagée.

Il convient de fixer un délai de réalisation de l’objectif relativement long, de préférence situé entre 10 et 20 ans. Au vu du signal clair encourageant à maintenir ou revoir à la hausse l’objectif au fil du temps, les parties obligées peuvent adapter leur modèle économique, en lançant par exemple des mesures comportementales pendant la première période et en passant ultérieurement à des technologies plus complexes permettant d’économiser l’énergie.

Il convient de calculer les économies d’énergie éligibles au cours de la durée estimée qui sont réalisées par chaque mesure en matière d’efficacité énergétique.

Il convient d’envisager la mise en œuvre de sous-objectifs lorsque le mécanisme poursuit des objectifs généraux qui ne portent pas uniquement sur la réalisation d’économies d’énergie.

6. Parties obligées

Il convient de désigner les parties obligées dans le cadre de l’EEOS conformément à son champ d’application en matière de combustible, au type de fournisseur de service énergétique auquel appartient l’infrastructure et à la capacité de réaliser et/ou d’acheter des économies d’énergie éligibles, conformément à l’exigence (article 7 bis, paragraphe 2, de la DEE) selon laquelle les parties obligées doivent être désignées sur la base de critères objectifs et non discriminatoires.

Il convient d’envisager de limiter l’obligation aux plus grands fournisseurs de services énergétiques, qui sont généralement en mesure de mettre sur pied des projets en matière d’efficacité énergétique portant sur les installations mêmes des clients ou d’engager des tierces parties pour le faire. Au sein du marché dégroupé de l’énergie et du gaz, des obligations peuvent être imposées aux fournisseurs d’énergie et/ou aux gestionnaires de systèmes de transport et de distribution de l’énergie. Il sera nécessaire de décider quel type de fournisseur de service énergétique sera soumis à des obligations. Les relations existantes entre les fournisseurs d’énergie et les clients finals peuvent faciliter le lancement du mécanisme. Les gestionnaires de réseau de transport et de distribution sont plus éloignés de l’utilisateur final, cependant (en tant qu’entreprises monopolistiques à tarifs réglementés) leurs incitants peuvent plus aisément s’aligner sur les objectifs poursuivis par l’EEOS.

Il convient de fixer des objectifs individuels en matière d’économies d’énergie pour chaque partie obligée, sur la base de sa part de marché dans la vente d’énergie. Si les industries grandes consommatrices d’énergie, confrontées à la concurrence et/ou d’autres groupes spécifiques d’utilisateurs finals font l’objet d’exemptions, les ventes réalisées auprès de ces utilisateurs finals peuvent être exclues du calcul des parts de marché.

7. Régime de conformité

Il convient d’établir une procédure permettant aux parties obligées de communiquer les économies d’énergies éligibles déclarées à une autorité appropriée ainsi qu’un processus de contrôle et de vérification de ces économies, qui fassent partie intégrante de l’EEOS.

Il convient de prévoir une sanction envers les parties obligées qui ne respectent pas leurs objectifs individuels en matière d’économies d’énergie. Il convient de fixer un niveau de sanction suffisamment élevé pour inciter les fournisseurs de services énergétiques à atteindre leurs objectifs.

Il convient de se demander si, outre la sanction, les fournisseurs de services énergétiques devraient être tenus de compenser toute lacune en matière d’économies d’énergie (3).

8. Mesures d’incitation à la performance

Il convient de se demander si l’EEOS doit inclure les incitations à la performance à accorder aux parties obligées qui dépassent leurs objectifs en matière d’économies d’énergie. Lorsque des fournisseurs de services énergétiques dépassent leurs objectifs et tirent des revenus significatifs des paiements d’incitations à la performance, il est important que des procédures robustes de mesure, de vérification et de communication existent pour veiller à ce que ces paiements soient justifiés.

9. Économies d’énergie éligibles

Il convient de permettre aux fournisseurs de services de mettre sur pied des projets en matière d’efficacité énergétique visant à générer des économies d’énergie éligibles. Les parties obligées peuvent donc être en mesure :

 - d’engager des entreprises spécialisées, telles que des sociétés de services énergétiques, pour que celles-ci mettent en œuvre les projets en leur nom ;

 - de participer à un fonds national pour l’efficacité énergétique qui soutient la mise en œuvre de projets en matière d’efficacité énergétique ; ou

 - dans le cas des « certificats blancs » (voir la section relative aux échanges ci-dessous), d’acheter des économies d’énergie éligibles et vérifiées réalisées par des parties non obligées agréées.

10. Suppression des entraves aux économies d’énergie

Il est important de ne créer aucune entrave réglementaire ou non réglementaire à la réalisation de progrès en matière d’efficacité énergétique.

Il convient d’inciter la mise en œuvre de projets en matière d’efficacité énergétique et de mesures de politique publique pour réaliser des économies d’énergie éligibles, tout en s’assurant que celles-ci sont vérifiables.

Il convient d’éliminer les entraves, par exemple :

 - en fournissant des incitations ;

 - en abrogeant ou en modifiant des dispositions législatives ou réglementaires ;

 - en adoptant des orientations et des communications interprétatives ; et/ou

 - en simplifiant les procédures administratives.

Ces mesures peuvent être combinées à des actions d’éducation et de formation et à la fourniture d’informations spécifiques et d’assistance technique en matière d’efficacité énergétique.

Il convient d’analyser les entraves et les actions destinées à les éliminer, de communiquer les conclusions à la Commission et de partager les bonnes pratiques nationales à cet égard.

11. Mesures d’efficacité énergétique éligibles

Il convient d’envisager d’inclure dans l’EEOS une liste étendue et non exhaustive de mesures d’efficacité énergétique éligible approuvées et accompagnées d’une estimation de la quantité d’énergie économisée (pour autant de secteurs que possible, en fonction de l’objectif poursuivi par le mécanisme, de manière à susciter une réaction de la part du marché des services énergétiques).

Il convient d’autoriser l’adoption de mesures ne figurant pas sur la liste, pour encourager les parties obligées et les sociétés de services énergétiques à réaliser leurs objectifs généraux de manière innovante.

12. Interaction avec d’autres mesures de politique publique

Il convient d’envisager des façons dont l’EEOS peut interagir de manière positive avec d’autres mesures de politique publique, telles que des mesures d’information et de financement, lesquelles peuvent permettre aux consommateurs de participer à l’utilisation des mesures d’efficacité énergétique. Il serait ainsi possible de réduire les coûts engagés par les parties obligées pour s’acquitter de leurs obligations et de fixer des objectifs plus ambitieux.

Il convient de garantir que les économies d’énergie réalisées ne sont pas comptabilisées deux fois lors de la communication des incidences.

Il convient d’éviter de cibler l’adoption de mesures d’efficacité énergétique similaires à d’autres mesures de politique publique, telles que des enchères en matière d’efficacité énergétique. Cette situation conduit à une mise en concurrence des mesures dans le cadre d’initiatives en matière d’efficacité énergétique, ce qui augmente les coûts engagés tant par les parties obligées que par les participants aux enchères.

13. Évaluation, mesure, vérification et communication

Il convient d’établir un système robuste de mesure, de vérification et de communication concernant les économies d’énergie et d’autres activités contribuant à la réalisation des objectifs poursuivis par le mécanisme, qui fasse partie intégrante de l’EEOS.

Il convient d’établir des procédures pour déterminer si les économies sont supérieures à celles qui auraient été obtenues sans l’EEOS.

Il convient de garantir la mise en place de processus de suivi et de vérification indépendants des parties concernées et le recours à des inspections sur place comme un moyen de vérification additionnel aux contrôles documentaires (4).

14. Échange d’économies d’énergie

Il convient d’envisager de permettre aux parties obligées et aux tierces parties d’échanger des économies d’énergie. L’objectif de l’échange est d’accroître les possibilités de réaliser des économies d’énergie éligibles et de permettre aux forces du marché de déterminer lesquelles sont les plus rentables.

Les économies d’énergie peuvent être échangées de manière bilatérale ou sur un marché créé par un teneur de marché (qui peut être, en de rares occasions, l’administrateur du mécanisme) ou plus généralement une tierce partie.

La divulgation des prix est obligatoire dans certains EEOS et volontaire dans d’autres.

Les économies d’énergie sont souvent échangées au moyen de la création et de la vente de « certificats blancs » , mais il peut aussi s’agir d’un échange bilatéral ne nécessitant pas de certificat.

15. Financement

Il convient d’établir un mécanisme approprié dans le cadre de l’EEOS visant à recouvrer les coûts engagés par les parties obligées pour atteindre leurs objectifs individuels en matière d’économies d’énergie.

16. Mécanisme d’administration

L’administration d’un EEOS consiste au moins à :

 - affecter l’objectif en matière d’économies d’énergie aux différentes parties obligées ;

 - approuver les mesures en matière d’efficacité énergétique et (le cas échéant) leur assigner la quantité estimée d’énergie économisée ;

 - suivre, mesurer et vérifier les économies réelles d’énergie, y compris en soumettant les résultats des projets en matière d’efficacité énergétique à un audit ;

 - veiller au respect de l’obligation, notamment en évaluant la performance des parties obligées à l’aune de leurs objectifs et en déterminant des sanctions ;

 - demander, le cas échéant, aux parties obligées de communiquer les données suivantes :

 - des informations statistiques agrégées sur leurs clients finals (mettant en évidence les modifications notables par rapport aux informations fournies précédemment) ; et

 - des informations actuelles sur la consommation des clients finals, le cas échéant (tout en préservant l’intégrité et la confidentialité des informations à caractère personnel ou sensibles d’un point de vue commercial, conformément à la législation applicable de l’Union) :

 - le profil de charge ;

 - la segmentation ; et

 - la localisation géographique ;

 - enregistrer la création et la propriété de « certificats blancs » (le cas échéant) ; et

 - créer et assurer le fonctionnement d’un marché d’échange d’économies d’énergie (le cas échéant).

17. Résultats du mécanisme

La façon de communiquer les résultats d’un EEOS est essentielle lors de la mise en œuvre d’un mécanisme. Les résultats peuvent être communiqués en publiant des rapports annuels sur le fonctionnement du mécanisme, qui incluent au moins les informations suivantes :

 - les réalisations du mécanisme au cours de l’année ;

 - la conformité des parties obligées ;

 - les résultats obtenus par rapport à l’objectif général du mécanisme en matière d’économies d’énergie, y compris une ventilation des économies par type de mesures en matière d’efficacité énergétique ;

 - les résultats obtenus par rapport aux sous-objectifs du mécanisme et aux exigences du portefeuille ;

 - les résultats relatifs à tout échange d’économies d’énergie ;

 - les coûts estimés de conformité assumés par les parties obligées ; et

 - les coûts inhérents à l’administration du mécanisme.

18. Possibilités d’amélioration

Les EEOS efficaces établissent des processus permettant une amélioration continue des opérations et de l’administration. Ces processus s’intègrent dans un cycle continu d’évaluation et d’évolution des politiques et portent sur la façon dont les domaines à améliorer sont déterminés et la manière de prendre une mesure d’amélioration spécifique.

19. Mise en réserve et emprunt

En vertu de l’article 7 bis, paragraphe 6, point b), l’EEOS peut autoriser les parties obligées à comptabiliser les économies d’énergie obtenues au cours d’une année donnée comme si elles avaient été obtenues au cours de l’une des quatre années précédentes ou au cours de l’une des trois années suivantes. Selon l’échéance des objectifs ou les périodes de l’EEOS, cette souplesse peut être utilisée pour permettre aux parties obligées de dépasser leur futur objectif afin de compenser une performance située en deçà de l’objectif actuel (emprunt), et inversement.

Par exemple, cette disposition peut s’avérer utile pour dissiper toute incertitude quant au taux de réussite des stratégies déployées par les parties obligées, ce qui est pertinent pour éviter les sanctions imposées par les États membres au titre de l’article 13, entre autres.

Il convient de veiller à ce qu’aucun cycle à intensité variable ne se crée (dans le cas de mise en réserve excessive) ou que la réalisation des objectifs futurs ne soit pas remise en question (dans le cas d’emprunt excessif). Une telle situation peut être évitée en établissant des proportions maximums d’objectifs ou d’économies pouvant être mis en réserve ou empruntés, ainsi que des délais maximums pour ce faire.

(1) Adapté du RAP (2014), Best practices in designing and implementing energy efficiency obligation schemes (Bonnes pratiques en matière d’élaboration et de mise en œuvre des mécanismes d’obligations en matière d’efficacité énergétique) (https : //www.raponline.org/knowledge-center/best-practices-in-designing-and-impl…) et incluant des leçons tirées du projet ENSPOL (http : //enspol.eu/) ; RAP (Lees, E., Bayer, E.), Toolkit for energy efficiency obligations (Boîte à outils pour les obligations en matière d’efficacité énergétique) (2016) (https : //www.raponline.org/wp-content/uploads/2016/05/rap-leesbayer-eeotoolkit-2…).

(2) Pour plus de propositions concernant les mesures visant à réduire la précarité énergétique, voir l’appendice V.

(3) Voir aussi l’appendice IX sur la matérialité et l’appendice XII sur le suivi et la vérification.

(4) Voir aussi l’appendice IX sur la matérialité et l’appendice XII sur le suivi et la vérification.

Appendice III : Mesures alternatives de politique publique

En vertu de l’article 7 ter de la DEE, les États membres peuvent atteindre leurs objectifs en matière d’économies d’énergie en mettant en place des mesures alternatives de politique publique. Lorsque les États membres décident d’atteindre leurs objectifs de cette façon, ils veillent, sans préjudice de l’article 7, paragraphes 4 et 5, de la DEE, à ce que les économies d’énergie requises conformément à l’article 7, paragraphe 1, [de la DEE] s’effectuent auprès des clients finals et à ce que les exigences de l’annexe V de la DEE (en particulier celles visées à la section 3) soient respectées.

Sans préjudice des exigences juridiques et de l’évaluation faite par la Commission des mesures alternatives de politique publique prévues et existantes notifiées par les États membres, la liste qui suit, indicative et non exhaustive, présente des caractéristiques majeures susceptibles d’aider les États membres à élaborer des mesures alternatives [sauf dans le secteur du transport (1)] :

1. Mécanismes et instruments de financement, et incitations fiscales

1.1. Subventions à la rénovation de bâtiments

Les États membres peuvent offrir des subventions à la rénovation de bâtiments, pour améliorer l’efficacité énergétique de bâtiments résidentiels existants et moderniser leurs systèmes de chauffage et de refroidissement, par exemple.

Le montant de la subvention dépend de :

 - la performance énergétique à atteindre (une classe de performance énergétique spécifique, par exemple) ;

 - les économies d’énergie réalisées ; ou

 - l’efficacité du système de chauffage et de refroidissement (2).

La subvention pourrait prendre la forme d’une aide ou d’un prêt bonifié.

Ces subventions peuvent s’avérer particulièrement adaptées aux PME. Dans tous les cas, les subventions doivent être conformes aux règles en matière d’aides d’État.

1.2. Passation de marchés

Les États membres peuvent promouvoir la passation de contrats de performance énergétique - un type de service énergétique fondé sur le marché visant à mettre en œuvre des mesures d’efficacité énergétique.

Parmi les services en matière d’efficacité énergétique fournis par les entreprises figurent :

 - l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments ;

 - le renouvellement des systèmes de chauffage ou le remplacement d’éventuelles installations inefficaces ; ou

 - la transversalisation des technologies dans l’industrie (moteurs électriques, etc.).

Les entreprises veillent à ce que les mesures permettent de réaliser des économies d’énergie et/ou financières et la compensation du contractant est liée à la performance des mesures mises en œuvre.

1.3. Réduction de la TVA en faveur des mesures d’efficacité énergétique

Les États membres peuvent introduire un taux réduit de TVA pour certains produits, matériaux ou services pour encourager la mise en œuvre des mesures en matière d’efficacité énergétique.

Lors de la mise en place de ces mesures de réduction du taux de TVA, il convient d’accorder une attention particulière aux exigences établies dans la directive 2006/112/CE, entre autres, relatives à l’allègement de la TVA pour certains produits et services.

1.4. Amortissement accéléré des mesures en matière d’efficacité

Les États membres peuvent promouvoir des allègements fiscaux qui permettent aux entreprises qui paient des impôts de bénéficier d’un amortissement accéléré de leurs investissements concernant des produits à bon rendement énergétique. Ce type de mesure pourrait permettre d’accroître l’utilisation d’équipements à bon rendement énergétique, dans le secteur industriel par exemple.

Une liste de produits éligibles sur la base de critères technologiques spécifiques pourrait être dressée, de manière à cibler uniquement les produits dotés du meilleur rendement énergétique disponible sur le marché. Cette liste devrait faire l’objet d’une mise à jour régulière pour tenir compte des évolutions technologiques et du marché, et inclure les technologies les plus récentes.

2. Fonds national pour l’efficacité énergétique

Les États membres pourraient regrouper plusieurs types de mesures de politique publique sous l’égide d’un fonds national pour l’efficacité énergétique. Parmi les dispositifs dont disposerait ce fonds figurent des aides et des subventions en faveur de mesures en matière d’efficacité énergétique dans différents secteurs (les entreprises, les ménages et les municipalités, par exemple) ainsi que des campagnes d’information et des mesures d’accompagnement.

Il est nécessaire que le régime global d’aides soit conçu de manière à être le plus efficace possible, pour garantir un effet de levier élevé. Pour ce faire, la coopération entre le gouvernement et les banques peut s’avérer efficace. Pour être éligible au titre de l’article 7, le financement d’un tel fonds doit provenir de sources publiques ou d’une combinaison de sources publiques et privées (des banques, par exemple).

Lors de la mise en œuvre du fonds, il convient de prendre des précautions pour éviter d’éventuels chevauchements avec d’autres mécanismes financiers et de comptabiliser deux fois des économies d’énergie.

Les parties obligées au titre de l’EEOS peuvent participer au fonds pour satisfaire tout ou partie des obligations en matière d’économies d’énergie qui leur incombent.

3. Dispositions réglementaires et accords volontaires

Les États membres peuvent promouvoir des accords volontaires ou réglementés entre le gouvernement et les acteurs de différents secteurs. L’objectif serait de renforcer la mise en œuvre volontaire ou contraignante de certaines mesures techniques ou organisationnelles, telles que le remplacement des technologies inefficaces.

4. Normes de performance minimums pour les processus industriels

Les normes minimums en matière d’efficacité peuvent être un moyen approprié de réduire la demande en énergie du secteur industriel, étant donné qu’elles ont trait aux principales entraves à l’adoption de mesures rentables en matière d’efficacité énergétique dans le secteur industriel :  l’aversion au risque et l’incertitude.

Toutefois, la mise en place de normes peut se révéler difficile, car les processus industriels peuvent être très spécifiques à un secteur ou un sous-secteur. En outre, pour garantir l’efficacité des instruments politiques destinés aux industries grandes consommatrices d’énergie, ces normes doivent être élaborées en tenant compte des éventuelles interactions ou chevauchements avec le régime d’échange de droits d’émission de l’Union européenne.

5. Systèmes d’étiquetage énergétique

L’étiquetage énergétique doit venir s’ajouter à celui requis au titre de la législation de l’Union européenne qui permet aux clients de faire des choix éclairés fondés sur la consommation d’énergie de produits liés à l’énergie. C’est la raison pour laquelle il ne reste qu’un espace limité pour ce qui s’ajoute aux étiquettes requises pour les installations au titre du règlement relatif à l’étiquetage énergétique ou pour les bâtiments par l’intermédiaire de certificats de performance énergétique.

L’accent est donc mis sur les utilisations finales qui ne sont pas couvertes par le règlement relatif à l’étiquetage énergétique (voir la prochaine section, par exemple), étant donné que le règlement couvre l’étiquetage énergétique des produits liés à l’énergie sur le marché.

6. Étiquetage d’anciens systèmes de chauffage

Cette mesure introduit une étiquette relative à l’efficacité énergétique des anciens systèmes de chauffage composés de chaudières ayant dépassé un certain âge. Les consommateurs sont informés du niveau d’efficacité énergétique de leur installation de chauffage et peuvent demander des conseils, des offres et des subventions en matière d’énergie. L’étiquetage a pour ambition d’augmenter le taux de remplacement des anciennes chaudières et d’inciter les consommateurs à économiser de l’énergie.

Outre l’étiquetage des nouvelles installations de chauffage, cette mesure pourrait accélérer le remplacement d’anciens systèmes de chauffage inefficaces.

7. Mesures d’éducation et de formation, incluant des programmes de conseil en matière d’énergie

Ces programmes sont généralement des mesures d’accompagnement, qui offrent des conditions propices à la réussite d’autres mesures alternatives (de mécanismes de financement, par exemple). Pour éviter que les économies d’énergie ne soient comptabilisées deux fois, il est d’usage de communiquer exclusivement les économies d’énergie réalisées grâce à la mesure alternative pour laquelle les participants sont directement suivis (au travers du processus d’agrément pour bénéficier d’aides financières, par exemple). Lorsque des économies d’énergie sont communiquées directement aux fins de programmes de formation et d’éducation, il convient de veiller tout particulièrement à justifier le critère de matérialité (3).

8. Programme de diagnostic énergétique destiné aux PME

Les audits énergétiques constituent un outil essentiel pour déterminer les mesures permettant d’augmenter l’efficacité énergétique et de réduire les coûts de l’énergie. En déterminant la quantité d’énergie consommée dans chaque domaine d’une entreprise, ces audits identifient les domaines offrant des possibilités d’économies et peuvent donc offrir un avantage économique important.

Les PME ne sont généralement pas soumises à des audits énergétiques, alors même que ces derniers peuvent identifier d’importantes économies potentielles. Plusieurs mesures (des campagnes d’information, des subventions ou des allègements fiscaux en faveur de ces services, par exemple) peuvent être prises pour les rendre plus attrayants pour les PME.

9. Réseau d’apprentissage de l’efficacité énergétique

Ce type de mesures tisse des réseaux sectoriels pour appuyer la mise en œuvre de mesures en matière d’efficacité énergétique au sein des entreprises et à promouvoir une coopération et des échanges durables d’informations entre les participants. Dans de nombreux cas, la coopération se poursuit après l’échéance du financement, ce qui a des répercussions sur l’évolution globale de l’efficacité énergétique au sein des entreprises.

10. Autres mesures alternatives

10.1. Les enchères en matière d’efficacité énergétique

Cette mesure détermine l’attribution de subventions en faveur de projets en matière d’efficacité énergétique sur la base de critères techniques et économiques (la taille du projet, l’énergie économisée ou la puissance nominale réduite, par exemple) dans le cadre d’un mécanisme d’enchère inversée.

Des enchères peuvent être ouvertes (en ne spécifiant que le volume d’économies d’énergie à réaliser) ou fermées (en ne spécifiant qu’un certain type de technologie). Il pourrait être nécessaire d’exiger que les participants se soumettent à un audit énergétique et/ou de suivre les économies d’énergie après la mise en œuvre du projet. Des exigences spécifiques imposées aux fournisseurs pourraient contribuer à résoudre la situation des ménages à faible revenu.

10.2. Le SEQE national pour les secteurs non couverts par le SEQE

Cette mesure établit un système distinct d’échange de quotas d’émission (SEQE) en amont, applicable à des segments (le transport et le chauffage des bâtiments, par exemple) ou à l’ensemble des secteurs non couverts par le SEQE de l’Union.

À l’inverse d’un SEQE en aval, tel que le SEQE-UE, un SEQE en amont couvre les émissions générées lors des premières phases de la chaîne de valeur, c’est-à-dire par les sources d’énergie primaire telles que le gaz naturel, le pétrole ou ses dérivés, comme l’essence ou le diesel.

L’effet est obtenu au moyen de mécanismes similaires à ceux d’un système en aval :  la fixation d’une quantité maximale d’émission et des réductions annuelles de ce plafond aboutissent à une raréfaction définie au niveau politique servant à déterminer les prix du CO2. Cette méthode crée des incitations en faveur de mesures de réduction.

10.3. Taxes sur l’énergie et le CO2 (4)

Des informations sur d’autres types de mesure alternatives sont disponibles dans la section consacrée aux mesures réussies [Successful Measures] du projet ODYSSEE-MURE (5). Des informations en ce qui concerne le soutien en faveur de la mise en œuvre et de la révision de mesures alternatives de politique publique solides sont disponibles sur le site du projet ENSPOL (6). La base de données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) (7) ainsi que celle de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) (8) fournissent des renseignements plus généraux sur les mesures en matière d’efficacité énergétique.

Compte tenu de l’exigence d’additionnalité, il est essentiel de tenir compte de l’interaction entre les mesures de certains types pour éviter la double comptabilisation. La section consacrée aux interactions politiques [Policies Interaction] de l’ODYSSEE-MURE (9) offre un aperçu de cette interaction et de son effet de réduction ou d’augmentation. Cette section peut aider à mesurer les incidences de mesures alternatives de politique publique lorsqu’elles sont combinées.

L’étude de l’AIE (10) fournit des informations utiles sur les moyens de financer la mise en œuvre de mesures alternatives de politique publique, y compris au travers d’approches publiques/privées.

(1) Pour plus de propositions concernant le secteur du transport, voir l’appendice VII.

(2) En vertu de l’article 10, paragraphe 6, de la DPEB, les États membres subordonnent leurs mesures financières pour l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments aux économies d’énergie visées ou réalisées, telles qu’elles sont déterminées par l’un ou plusieurs des critères suivants :

 - la performance énergétique de l’équipement ou des matériaux utilisés pour la rénovation ;

 - les valeurs standards pour le calcul des économies d’énergie dans les bâtiments ;

 - les certificats de performance énergétique délivrés avant et après la rénovation ;

 - les résultats d’un audit énergétique ; et

 - les résultats de toute autre méthode pertinente, transparente et proportionnée.

(3) Voir également l’appendice IX.

(4) Pour plus de détails sur ce type de mesure alternative, voir également l’appendice III.

(5) Base de données MURE concernant les mesures réussies [Successful Measures]

http : //www.measures-odyssee-mure.eu/successful-measures-energy-efficiency-poli…

(6) http : //enspol.eu/

(7) https : //www.iea.org/policiesandmeasures/energyefficiency/

(8) https : //www.eea.europa.eu/themes/climate/national-policies-and-measures/policie…

(9) http : //www.odyssee-mure.eu/

(10) https : //www.iea.org/publications/freepublications/publication/finance.pdf

Appendice IV :  Mesures de taxation

A consulter en pdf

Appendice V : Réduire la précarité énergétique

Exemples indicatifs et non exclusifs de mesures de politique publique visant à réduire la précarité énergétique

La plupart des États membres ont mis en œuvre des politiques afin de réduire la précarité énergétique. Elles peuvent être définies comme des mesures de politique publique visant à réduire la consommation d’énergie d’un groupe cible spécifique (à savoir, les ménages vulnérables, les ménages touchés par la précarité énergétique ou les personnes résidant dans des logements sociaux). Elles se divisent en deux groupes du point de vue de leur pertinence au regard de l’article 7, paragraphes 1 et 11, de la DEE :

 - les politiques sociales en matière de consommation d’énergie :  elles visent à réduire rapidement les effets de la précarité énergétique, mais ne sont pas axées sur l’efficacité énergétique (exemption du paiement des factures énergétiques, paiements directs, tarifs réduits et paiements de sécurité sociale, etc.). Ces politiques ne sont pas pertinentes dans le cadre de l’article 7, paragraphe 11, de la DEE, en vertu duquel seules les mesures de politique publique mises en œuvre dans le but de satisfaire à l’obligation de réaliser des économies d’énergie (par exemple, en réduisant l’utilisation de l’énergie) sont éligibles ; et

 - les politiques en matière d’efficacité énergétique ciblant spécifiquement les ménages à faible revenu, soit au travers d’une composante spécifique, soit en se concentrant uniquement sur ce groupe :  elles sont pertinentes dans le cadre de l’article 7, paragraphe 11, de la DEE, puisqu’elles visent à éliminer les entraves et à encourager les investissements en faveur de l’efficacité énergétique, ainsi qu’à réduire la précarité énergétique.

Le tableau ci-dessous donne un aperçu de certains types de politiques en matière d’efficacité énergétique concernant les ménages à faible revenu et ayant déjà été mises en œuvre dans plusieurs États membres ; les exemples sont indicatifs et non exhaustifs :

Exemples indicatifs de politiques visant à réduire la précarité énergétique (1)

(1) Ugarte, S. et al., Energy efficiency for low-income households (étude pour la commission ITRE, 2016) ;

http : //www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2016/595339/IPOL_STU(2016)59…

Type de politique

Politique en matière d’efficacité énergétique concernant les ménages à faible revenu

États membres concernés (2)

Mesures prises en vertu des EEOS (article 7 bis de la DEE)

Instruments fondés sur le marché

Objectif précis en matière de précarité énergétique (ou concernant les ménages à faible revenu) ou facteur de prime pour les actions mises en œuvre en faveur des ménages à faible revenu

AT, DE, FR, IE, UK

Mesures prises au titre des mesures alternatives de politique publique (article 7 ter de la DEE)

Mécanismes et instruments de financement

Mesures incitatives en faveur des rénovations visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, par exemple centrées sur les ménages à faible revenu ou les logements relevant des classes d’efficacité énergétique inférieures (G et F par exemple) ou proposant des tarifs incitatifs plus élevés sous réserve de critères de revenu ou sociaux

BE, BG, CY, DE, DK, EL, ES, FR, IE, LT, LV, MT, NL, RO, SI, UK

Mécanismes et instruments de financement

Mesures incitatives en faveur du remplacement des appareils, par exemple centrées sur les ménages à faible revenu ou proposant des tarifs incitatifs plus élevés sous réserve de critères de revenu ou sociaux

AT, BE, DE, HU

Incitations fiscales

Crédit/réduction d’impôt sur le revenu, par exemple en proposant des tarifs incitatifs plus élevés sous réserve de critères de revenu ou sociaux

EL, FR, IT

Mesures d’éducation et de formation

Campagnes d’information et centres d’information

AT, DE, FR, IE, HU, MT, SI, UK

Mesures d’éducation et de formation

Audits énergétiques (3)

BE, DE, FR, IE, LV, SI

(2) Statut à la mi - 2016.

(3) Le type de politique « Mesure d’éducation et de formation » est le type général de l’intervention politique. Le type de politique en matière d’efficacité énergétique « Audits énergétiques » est un sous type possible de cette catégorie. Par exemple, les audits énergétiques à l’intention des ménages à faible revenu visent en effet à les informer sur les sources de consommation d’énergie et à les former sur la façon de les optimiser ou de les réduire de manière efficace. En outre, certains de ces programmes incluent également la formation de personnes sans emploi afin qu’elles deviennent des conseillers en énergie (c’est le cas du programme Caritas en Allemagne, par exemple).

Ces politiques sont mises en œuvre en tant que composante spécifique d’un EEOS et sous la forme d’une sélection de mesures alternatives de politique publique (4). Les instruments financiers consistant en des prêts et des subventions pour la rénovation des bâtiments sont les mesures les plus largement établies pour promouvoir l’efficacité énergétique auprès des ménages à faible revenu. Des politiques de remplacement des appareils et des mesures d’information sont également en place, mais uniquement dans un petit nombre d’États membres. En outre, certains États membres ont introduit des programmes d’audit énergétique spécifiques ciblant les ménages à faible revenu.

Les sources suivantes peuvent être consultées pour plus d’exemples détaillés sur les politiques en matière d’efficacité énergétique concernant les ménages à faible revenu :

 - observatoire européen de la précarité énergétique :

https : //www.energypoverty.eu/policies-measures

 - base de données MURE dans le cadre du projet H2020 ODYSSEE-MURE

http : //www.measures-odyssee-mure.eu/

 - Energy efficiency for low-income households (Étude pour la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement européen) :

http : //www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2016/595339/IPOL_STU(2016)59…

(4) Par conséquent, les explications générales figurant dans les annexes II (EEOS) et III (mesures alternatives de politique publique) sont également pertinentes en l’occurrence.

Appendice VI : Calcul des économies d’énergie découlant de mesures comportementales

Les « mesures comportementales » couvrent tout type de mesure ou d’intervention politique visant à réaliser des économies d’énergie en changeant le comportement des utilisateurs finals, c’est-à-dire la façon dont ils utilisent l’énergie, les produits consommateurs d’énergie (par exemple, appareils, dispositifs techniques, véhicules) ou les systèmes consommateurs d’énergie (par exemple, bâtiments résidentiels ou non résidentiels). Ces mesures peuvent inclure des conseils en matière d’énergie, des campagnes d’information ciblées, un affichage ou un retour d’information en temps réel sur la consommation d’énergie, une formation sur l’écoconduite, des campagnes d’économie d’énergie sur le lieu de travail, etc.

Les mesures comportementales nécessitent une évaluation spécifique dans la mesure où la matérialité d’un changement de comportement est plus difficile à prouver que l’installation d’une solution technique, par exemple. En outre, les changements de comportement peuvent être hautement réversibles, il est donc plus difficile de déterminer la durée de vie des mesures et le volume des économies au fil du temps.

1. Approches en matière d’évaluation

1.1. Essais randomisés contrôlés

Pour surmonter les difficultés susmentionnées, il est recommandé aux États membres d’utiliser, le cas échéant, l’approche expérimentale [essais randomisés contrôlés (ECR)] (1) qui implique de collecter des données sur la consommation d’énergie mesurée ou suivie avant et après une ou plusieurs intervention(s). En comparant les changements de comportement en matière de consommation énergétique (avant/après) entre les groupes de traitement et le groupe de contrôle, il est possible de vérifier si les économies d’énergie réelles se rapprochent des économies attendues.

Il est recommandé que les expériences soient réalisées à l’aide de cette approche avant son déploiement à échelle réelle, ce qui permet :

 - d’établir des comparaisons entre des variantes ;

 - d’améliorer la conception et l’efficacité ; et

 - d’obtenir une évaluation rigoureuse des effets.

(1) L’approche ECR, largement utilisée dans les sciences humaines, consiste à répartir aléatoirement des personnes (issues de l’ensemble de la population cible) dans des groupes de traitement ou un groupe de contrôle. Les groupes de traitement seront soumis à l’intervention (traitement) faisant l’objet d’une évaluation, contrairement au groupe de contrôle. La répartition aléatoire des personnes est supposée créer des conditions de comparaison rigoureuses dans lesquelles la seule différence significative entre les groupes du point de vue statistique réside dans le fait qu’ils ont reçu ou non le traitement. Différents groupes de traitement peuvent être utilisés lorsque l’évaluation a pour objectif de comparer différents types d’intervention.

Pour des orientations détaillées sur l’approche ECR, veuillez consulter les exemples suivants :

 - Vine, E., Sullivan, M., Lutzenhiser, L., Blumstein, C., & Miller, B. (2014), « Experimentation and the evaluation of energy efficiency programs » (Expérimentations et évaluation des programmes d’efficacité énergétique), Energy Efficiency, 7(4), p. 627-640 ;

 - Frederiks, E. R., Stenner, K., Hobman, E. V., & Fischle, M. (2016), « Evaluating energy behavior change programs using randomised controlled trials : Best practice guidelines for policymakers » (Évaluation des programmes de modification des comportements énergétiques au moyen des essais randomisés contrôlés :  meilleures pratiques à l’intention des décideurs politiques), Energy research & social science, 22, p. 147-164.

1.2. Approche quasi expérimentale

Lorsqu’il n’est pas possible d’appliquer l’approche ECR, une autre méthode consiste à utiliser l’approche quasi expérimentale (2) selon laquelle un groupe de traitement est comparé à un groupe de comparaison. La principale différence par rapport à l’approche ECR réside dans le fait que les personnes ne sont pas réparties aléatoirement dans des groupes. Il est par conséquent nécessaire de contrôler ou de minimiser les éventuels biais d’échantillonnage ou de sélection, par exemple à l’aide de méthodes de mise en correspondance. Il est également important de consigner les essais statistiques utilisés pour vérifier la validité et la portée des résultats.

(2) Pour de plus amples informations sur l’approche quasi expérimentale, veuillez consulter les exemples suivants :

 - Hannigan, E., & Cook, J. (2015), « Matching and VIA :  quasi-experimental methods in a world of imperfect data » (Mise en correspondance et variation dans l’adoption :  méthodes quasi expérimentales dans un monde de données imparfaites), Proceedings of IEPEC 2015 (https : //www.iepec.org/wp-content/uploads/2018/02/2015paper_hannigan_cook-1.pdf) ;

 - Voswinkel, F., Broc, J.S., Breitschopf, B., & Schlomann, B. (2018), Evaluating net energy savings – a topical case study of the EPATEE project, financé par le programme Horizon 2020 (https : //epatee.eu/sites/default/files/files/epatee_topical_case_study_evaluating_net_energy_savings.pdf).

1.3. Mesure ou suivi de la consommation énergétique

Lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser l’une des approches susmentionnées, les économies d’énergie peuvent être évaluées en mesurant ou en suivant la consommation d’énergie des participants avant et après l’intervention. Cette approche est plus simple à mettre en œuvre, mais elle est entourée d’une bien plus grande incertitude en raison de la difficulté à isoler les changements résultant de l’intervention des changements résultant d’autres facteurs. Il est par conséquent nécessaire d’expliquer comment d’autres facteurs ont été pris en compte (par exemple, en normalisant la consommation d’énergie en fonction des conditions climatiques) et comment les incertitudes ont été traitées (par exemple, en recourant à des hypothèses conservatrices).

2. Méthode des « économies d’énergie attendues » pour le calcul de l’impact

Les évaluations réalisées sur la base d’une des approches susmentionnées produisent des résultats qui peuvent servir de référence pour les « économies attendues » [voir annexe V, paragraphe 1, point a)], pour autant que ces économies soient utilisées pour le même type d’intervention (conditions de mise en œuvre similaires) et des groupes cibles équivalents. Les résultats des mesures comportementales peuvent fortement varier selon le type d’intervention (et les conditions de mise en œuvre) et le type de groupe cible. Les résultats obtenus pour un type d’intervention donné auprès d’un groupe cible donné ne peuvent donc être extrapolés à un autre type d’intervention ou un autre groupe.

Un exemple de formule de calcul générale à l’aide des économies attendues dans le cas de mesures comportementales figure ci-dessous :

Le nombre de participants peut être obtenu :

 - directement par le biais d’un système de suivi (par exemple, dans lequel les participants s’inscrivent au programme ou rendent compte de leurs actions) ; ou

 - par le biais d’enquêtes menées auprès de l’ensemble de la population ciblée, auquel cas la méthode d’échantillonnage doit expliquer comment il est garanti que l’échantillon est représentatif afin de permettre l’extrapolation à l’ensemble de la population.

La « consommation d’énergie finale unitaire » (c’est-à-dire, par participant) peut être obtenue :

 - directement sur la base des données communiquées par les participants (par exemple, factures d’énergie, mesures effectuées par les participants eux-mêmes) ; ou

 - en estimant la consommation d’énergie moyenne par participant pour le groupe cible (par exemple, sur la base de statistiques nationales ou de précédentes études), auquel cas il est nécessaire d’expliquer comment il est garanti que la consommation d’énergie moyenne est représentative de la consommation d’énergie dans le groupe cible.

Le « coefficient d’économies attendues » est un pourcentage d’économie d’énergie basé sur les précédentes évaluations (voir les approches ci-dessus). Il est nécessaire d’expliquer comment il est garanti que les conditions de l’intervention pour lesquelles le coefficient est utilisé sont similaires à celles pour lesquelles la référence a été obtenue.

Le « facteur de double comptabilisation » (en %) s’applique lorsque la mesure de politique publique est mise en œuvre à plusieurs reprises, en ciblant le même groupe sans suivi direct des participants. Il tient compte du fait qu’une proportion des participants affectés par la mesure de politique publique auront déjà été affectés la ou les fois précédente(s) (chevauchement des effets).

Dans le cas d’une mesure de politique publique impliquant une approche ciblée et le suivi direct des participants (par exemple, un programme de formation), la double comptabilisation des participants peut être détectée directement. Il pourrait donc ne pas être nécessaire d’appliquer un facteur de double comptabilisation.

De même, si la durée de vie des économies d’énergie est considérée comme la durée entre deux mises en œuvre de la mesure de politique publique (par exemple, deux campagnes de communication), il n’existe aucun risque de double comptabilisation (3).

(3) Voir l’appendice VIII pour de plus amples détails sur la question de la durée de vie.

Appendice VII

A consulter en pdf

Appendice VIII

A consulter en pdf

Appendice IX

A consulter en pdf

Appendice X

Calcul des économies attribuables aux mesures qui promeuvent l’installation, sur ou dans les bâtiments, de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables et d’autres technologies de chauffage

1. Économies attribuables aux mesures qui promeuvent l’installation de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables

Comme expliqué à la section 7.5, les mesures qui promeuvent l’installation, sur ou dans les bâtiments, de technologies à petite échelle fondées sur les énergies renouvelables peuvent être éligibles pour satisfaire l’objectif d’économies d’énergie prévu à l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, pour autant qu’elles donnent lieu à des économies d’énergie pouvant être vérifiées et mesurées ou estimées.

Les exemples ci-dessous illustrent la manière dont les économies pourraient être calculées conformément à l’annexe V, paragraphe 2, point e), de la DEE. Les chiffres sont indicatifs et ne correspondent pas à des valeurs réelles. Ils sont choisis pour illustrer la logique de calcul.

1.1. Remplacement d’une ancienne chaudière à mazout par une nouvelle

 

Demande de chaleur

Rendement de conversion

Demande d’énergie finale (1)

Économies d’énergie finale par rapport à l’ancienne chaudière (2)

Économies d’énergie finales par rapport à l’efficacité minimale (3)

Situation d’origine

Chaudière à mazout

10 000 kWh

0,77

12 987 kWh

   

Chaudière à combustible fossile à efficacité minimale (4)

10 000 kWh

0,86

11 628 kWh

   

Options d’efficacité énergétique

         

(1) Chaudière à gaz à condensation

10 000 kWh

0,975

10 526 kWh

2 731 kWh

1 371 kWh

(2) Produit combiné thermosolaire/chaudière à gaz

10 000 kWh

 

10 474 kWh

2 731 kWh

1 371 kWh

Installation thermosolaire

1 000 kWh

1

1 000 kWh

   

Chaudière à gaz à condensation

9 000 kWh

0,95

9 474 kWh

   

(1) Demande de chaleur divisée par le rendement de conversion présumé.

(2) Différence entre la demande d’énergie finale de la situation d’origine et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies. Pour le calcul des économies d’énergie finales, voir également les explications sur le principe d’additionnalité.

(3) Différence entre la demande d’énergie finale de la chaudière à efficacité minimale et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies. Pour le calcul des économies d’énergie finales, voir également les explications sur le principe d’additionnalité.

(4) Au titre du règlement (UE) n° 813/2013 de la Commission du 2 août 2013 portant application de la directive 2009/125/CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les exigences d’écoconception applicables aux dispositifs de chauffage des locaux et aux dispositifs de chauffage mixtes (JO L 239 du 6.9.2013, p. 136).

1.2. Remplacement d’une ancienne chaudière à mazout par une nouvelle chaudière à biomasse

 

Demande de chaleur

Rendement de conversion

Demande d’énergie finale (5)

Économies d’énergie finales par rapport à l’ancienne chaudière (6)

Économies d’énergie finales par rapport à l’efficacité minimale (7)

Situation d’origine

Chaudière à mazout

10 000 kWh

0,77

12 987 kWh

   

Norme minimale

         

Chaudière à biomasse à efficacité minimale (8)

10 000 kWh

0,75

13 333 kWh

   

Options d’efficacité énergétique

         

(1) Chaudière à biomasse (meilleure technologie disponible sur le marché, estimée à partir des catalogues de produits/systèmes de certification)

10 000 kWh

0,92

10 870 kWh

2 117 kWh

2 464 kWh

(5) Demande de chaleur divisée par le rendement de conversion présumé.

(6) Différence entre la demande d’énergie finale de la situation d’origine et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies.

(7) Différence entre la demande d’énergie finale de la chaudière à efficacité minimale et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies.

(8) Au titre du règlement (UE) 2015/1189 de la Commission du 28 avril 2015 portant application de la directive 2009/125/CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les exigences d’écoconception applicables aux chaudières à combustible solide (JO L 193 du 21.7.2015, p. 100).

1.3. Remplacement d’un chauffage électrique par une pompe à chaleur

 

Demande de chaleur

Rendement de conversion

Demande d’énergie finale (9)

Économies d’énergie finales par rapport à l’ancienne chaudière (10)

Économies d’énergie finales par rapport à l’efficacité minimale (11)

Situation d’origine

Chaudière à mazout

10 000 kWh

0,77

12 987 kWh

   

Norme minimale

         

Pompe à chaleur de norme minimale (12)

10 000 kWh

3,1

3 225 kWh

9 762 kWh

0

Options d’efficacité énergétique

         

(1) : Pompe à chaleur

10 000 kWh

3,5

2 857 kWh

10 130 kWh

368 kWh

(9) Demande de chaleur divisée par le rendement de conversion présumé.

(10) Différence entre la demande d’énergie finale de la situation d’origine et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies.

(11) Différence entre la demande d’énergie finale de la chaudière à efficacité minimale et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies.

(12) Au titre du règlement (UE) 2015/1189.

1.4. Installation photovoltaïque

     

Demande d’énergie finale (13)

Économies d’énergie finales (14)

Situation d’origine

       

Électricité du réseau

3 500 kWh

 

3 500 kWh

 

Option d’efficacité énergétique

       

Installation photovoltaïque

3 500 kWh

 

3 500 kWh

0 kWh

(13) Demande d’électricité divisée par le rendement de conversion présumé.

(14) Différence entre la demande d’énergie finale de la situation d’origine et la demande d’énergie finale de l’option impliquant des économies.

L’exemple montre que l’électricité provenant d’une installation photovoltaïque est comptabilisée comme énergie finale fournie au bâtiment afin d’en satisfaire la demande d’énergie finale.

2. Économies attribuables aux mesures qui promeuvent l’installation de micro-centrales de cogénération

Les unités de production combinée de chaleur et d’électricité (PCCE) installées sur site peuvent être utiles pour réaliser les économies d’énergie requises au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE si elles utilisent moins d’énergie que l’installation qu’elles remplacent. L’efficacité totale du système de production combinée de chaleur et d’électricité (c’est-à-dire la production d’électricité et la production thermique utile) en fonction du combustible consommé devrait être supérieure à celle de l’installation de production de chaleur qui est remplacée.

Bien que la PCCE permette de réaliser d’importantes économies d’énergie primaire (en fonction du mix électrique), son potentiel de réduction de la consommation d’énergie finale est moindre. En termes d’énergie finale, l’électricité a la même valeur que les combustibles fossiles ou les énergies renouvelables.

Seules les économies finales résultant du gain d’efficience du système sur site peuvent être comptabilisées au titre de l’article 7, paragraphe 1, de la DEE, comme indiqué ci-dessous :

Exemple

Supposons que :

 - le scénario de référence est une chaudière à mazout présentant une efficacité thermique (eta,thermique) de 0,77 (efficacité par rapport au pouvoir calorifique inférieur) ;

 - étant donné que la PCCE produit également de l’électricité, dans le scénario de base, une quantité égale d’électricité devra être fournie au bâtiment ;

 - le scénario de la PCCE est une centrale au gaz de PCCE présentant une efficacité eta,thermique = 0,70 et eta,électricité = 0,30 ;

 - la chaleur fournie est de 10 000 kWh, thermiques

Afin de calculer les économies totales, il faut d’abord calculer la quantité d’électricité produite par la centrale de PCCE. Dans un premier temps, nous calculons la quantité de combustible fossile utilisée par la centrale en divisant la chaleur fournie par l’efficacité thermique de la centrale. On peut en déduire la quantité d’électricité produite.

Scénario de la PCCE :

10 000 kWh,thermique/eta,thermique = 14 285 kWh,gaz

14 285 kWh,gaz × eta,électricité = 4 285 kWh,électricité

Au total, 14 285 kWh d’énergie finale (entièrement produite à partir de gaz naturel) est fournie au bâtiment.

Pour le scénario de base, le calcul est différent. Nous dérivons la quantité de gaz à partir de l’efficacité thermique et de la chaleur fournie par la chaudière :

Scénario de base :

10 000 kWh,thermique/eta,thermique = 12 987 kWh,gaz

En outre, le réseau doit fournir 4 285 kWh d’électricité au bâtiment.

Au total, 17 273 kWh d’énergie finale (gaz naturel et électricité) sont fournis au bâtiment.

Dans cet exemple, l’installation de la PCCE permettrait d’économiser 2 988 kWh d’énergie finale.

Appendice XI

A consulter

Appendice XII

A consulter

A propos du document

Type
Recommandation
État
en vigueur
Date de signature
Date de publication

Documents liés